Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

C'est très rare, les archéologues bretons sont en grève

Publié par wikistrike.com sur 9 Février 2012, 07:34am

Catégories : #Social - Société

Grève des archéologues bretons



zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz.jpgC'est rare ! Les archéologues refusent d'être sacrifiés. Ils protestent contre la suppression des postes en CDD.
Si il y a une chose que ne supportent pas Emmanuelle et Angélique, c'est d'être comparée à Indiana Jones, le fameux découvreur de trésors. « C'est un cliché et notre métier d'archéologue n'a rien à voir avec ça. » Deux femmes hyper diplômées, de bac + 5 à bac + 10, qui travaillent au sein de l'institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Un organisme dépendant du ministère de la Culture et de celui de la Recherche. Emmanuelle est en contrat à durée indéterminée. Angélique en contrat à durée déterminée depuis 2008.

 

Côté salaire. Un peu plus de 1 300 € par mois pour un plein temps pour Emmanuelle. Un peu moins de 1 300 € pour sa collègue. « C'est évident que l'on ne fait pas ce métier pour l'argent », confie Emmanuelle. « On participe à la connaissance et à la diffusion de notre histoire dont une partie est enfouie dans les sols. »

Mais hier, ces deux femmes, n'étaient ni sur un chantier de fouilles ni à rédiger des études sur leurs dernières découvertes. Avec une trentaine de leurs collègues, elles manifestaient dans les rues de Rennes et ont distribué des tracts d'information au musée de Bretagne des Champs-Libres. Un de ces endroits qui existent justement parce que des archéologues y ont contribué.

« C'est un mouvement national suivi par 80 % des agents opérationnels », assurent les deux archéologues.

Ouvert à la concurrence

Leur revendication principale : « Notre ministère de tutelle veut supprimer tous les CDD. En Bretagne, nous sommes 60 en CDI et 35 en CDD. Ça représente donc plus de la moitié de nos effectifs. » Explications : « Depuis 2003, les appels d'offres pour des fouilles archéologiques ont été ouverts à la concurrence et notamment à des sociétés privées françaises et étrangères. L'Inrap n'est pas la plus compétitive en terme de prix. » Une structure qui perd de l'argent. « C'est lié à une mauvaise gestion de la direction générale de l'Inrap et du ministère de la culture aggravée par la mise en concurrence », estime d'autres archéologues. Une politique de restriction qui passe par la suppression de tous les CDD.« Nous ne savons pas comment nous allons pouvoir assurer nos missions », s'interroge Emmanuelle. Angélique, elle, se pose des questions sur son avenir.

Quid également des chantiers de fouilles dont celui du couvent des Jacobins, à Rennes, assuré par des CDD spécialement formé à cette mission !

La rédaction de WikiStrike soutient les archéologues du monde entier

 

Samuel NOHRA.  Ouest-France  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents