Cambodge: A la découverte d'un peuple inconnu

 

Des chercheurs de l'Université d'Otago (en Nouvelle-Zélande), travaillant dans des régions éloignées des montagnes cambodgiens, sont entrain d'apporter un nouvel éclairage sur l'histoire perdue d'un peuple non identifié. En étudiant leurs rites funéraires énigmatiques, les chercheurs ont pu fournir les premières datations au radiocarbone d'urnes et cercueils en rondins inhabituels. Ils se trouvent sur des hauts rebords exposés dans les montagnes de Cardamome au sud du Cambodge.


urnes_funeraires_cambodge_phnom_pel.jpg

 Urnes funéraires à Phnom Pen


Depuis 2003, ils ont travaillé à géolocaliser et étudier 10 sites d'inhumation. Ils les ont dater grâce à des échantillons de bois de cercueil, d'émail des dents et d'os.

Avec des collègues en provenance du Cambodge, d'Australie, des Etats-Unis et d'Ecosse, les Drs Nancy Beavan et Sian Halcrow, du Département d'Anatomiede l'Université d'Otago,  viennent de publier la datation de quatre sites dans la revue Radiocarbon.

L'étude révèle que les mystérieux rituels funéraires, qui ne ressemblent à aucun autre connu au Cambodge, ont été pratiqués à partir de 1395 après JC à 1650 après JC.
Le Dr Beavan rapporte que cette période coïncide avec le déclin et la chute du puissant royaume d'Angkor, qui se trouvait dans les basses terres: "Les pratiques funéraires dans le Royaume d'Angkor et chez ses successeurs impliquaient la crémation et n'avaient rien à voir avec ce que l'on trouve sur les sites que nous étudions. Cette différence marquée suggère que, en termes culturels, ces montagnards non identifiés étaient un «monde à part» de leurs contemporains des plaines."
À ce jour, la majeure partie des recherches concernent l'histoire culturelle de la région Khmer; elle ont mis l'accent sur les basses terres, et Beavan ajoute: "Grâce à notre travail, nous espérons élargir la compréhension de cette histoire au-delà des héritages du seul grand royaume Khmer, aux autres cultures qui ont vécu sur son territoire". 

Le Dr Sian Halcrow affirme que les découvertes archéologiques de l'un des 10 sites, dont elle et le Dr Beavan sont en train de préparer la publication, offrira de nouveaux indices importants au sujet de ce peuple: qui étaient ces gens mystérieux, leur culture, les relations commerciales et l'adaptation biologique à l'environnement.
Compte tenu des endroits accidentés et éloignés des sites, le travail de terrain n'a pas été sans difficultés, rapporte le Dr Beavan: "En 2010, l'un de nos campings a été envahi par un éléphant sauvage au milieu de la nuit et il a dû être repoussé par notre équipe en frappant sur des casseroles. Il s'est avéré que nous avions dressé le camp entre deux bananiers sauvages alléchants. Nous avons donc remballé et nous nous sommes installés un peu plus loin peu de temps après." 

Source:

Photos

 

ces-mysterieuses-sepultures-sont-les-seules-traces-d-une-an.jpg

les-chercheurs-ont-decouvert-sur-certains-sites-de-grosses-.jpg

ces-cercueils-en-rondin-tailles-il-y-a-plus-de-700-ans-sont.jpg

les-jarres-en-ceramique-contenant-les-ossements-ont-ete-per.jpg

la-datation-de-ces-cercueils-indique-une-pratique-de-ces-ri.jpg

les-chercheurs-s-attelent-desormais-a-etudier-les-sepulture.jpg

Sources photos: Maxisciences

Tag(s) : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog