Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Canada: une chef amérindienne fait une grève de la faim pour sauver les Premières Nations

Publié par wikistrike.com sur 23 Décembre 2012, 10:55am

Catégories : #peuples du monde

 

Canada: une chef amérindienne fait une grève de la faim pour sauver les Premières Nations

 

000_Was7147940_0.jpg

 

Elle dort dans un tipi, se chauffe avec un petit feu et boit du bouillon de poisson pour garder des forces: la chef Theresa Spence campe devant le parlement canadien à Ottawa et observe une grève de la faim depuis le 10 décembre, inspirant une vaste contestation chez les autochtones.

Elle refuse de s’alimenter tant que le Premier ministre Stephen Harper ou le Gouverneur général David Johnston – qui représente la reine Elizabeth II dans cette ancienne colonie britannique – n’accepte pas de la rencontrer.

Chef de la tribu des Attawapiskat, dans le nord de la province de l’Ontario, Mme Spence s’est installée sur une petite île sise au milieu de la rivière qui traverse Ottawa pour dénoncer les conditions de vie des 1,2 million d’autochtones du pays (Amérindiens, Métis et Inuits).

Son combat est rapidement devenu l’emblème du mouvement de défense des droits indigènes « Idle No More » lancé il y a un mois par quatre jeunes Amérindiennes.

A l’image des manifestations organisées à travers le Canada vendredi, mais aussi à Londres, en Egypte, et aux Etats-Unis, Theresa Spence a inspiré des dizaines d’autochtones canadiens réclamant le respect des traités signés par leurs ancêtres avec les envahisseurs britanniques.

« La chef Theresa Spence n’est pas seule », lance le Grand Chef de la Nation Nishnawbe Askim Harvey Yesno. « Les indigènes de tout le pays soutiennent ses efforts pour ramener autour de la table de discussion les partenaires des traités. »

Les trois partis d’opposition à la Chambres des communes, Greenpeace, mais aussi le syndicat des postes ont officiellement affiché leur soutien à la grève de la faim de Mme Spence.

La fronde a été déclenchée par l’adoption récente d’une loi permettant aux Amérindiens, Inuits et Métis de vendre certains de leurs territoires à des non-autochtones, explique Tanya Kappo, l’une des fondatrices d’ »Idle No more », estimant qu’un tel développement pourrait signer la fin du mode de vie traditionnel des premiers peuples d’Amérique du Nord.

 

« Fin d’une manière de vivre »

« Ce sera la fin (…) d’une manière de vivre possible uniquement dans les réserves », explique-t-elle à l’AFP. « Par exemple, les langues indigènes ne sont parlées que dans les communautés autochtones et si ces dernières disparaissent, ces langues disparaîtront », avertit cette étudiante en droit.

Selon Mme Kappo, il ne fait aucun doute: « le gouvernement essaie d’assimiler les Indiens » dans la société canadienne. « On essaie de nous enlever le peu qui nous reste », assène-t-elle.

Le Canada compte plus de 600 réserves, créées par sanction royale en 1763. Les règles entourant la vie de société ou le droit du sol dans ces territoires autonomes découlent de la Loi sur les Indiens de 1876. Mais beaucoup estiment que cette loi, jugée paternaliste, est à l’origine de nombre de problèmes dans les réserves.

En réponse, Ottawa a assoupli les règles pour permettre aux tribus de louer une partie de leurs terres. La loi amendée apporte ainsi plus de flexibilité aux Premières Nations « pour tirer profit des opportunités de développement économique ».

Mais, s’inquiète Tanya Kappo, « comment pouvons-nous lutter contre le développement dans nos communautés quand nous sommes si pauvres ? »

Le ministre fédéral des Affaires autochtones John Duncan, qui a exprimé ses craintes pour la santé de Mme Spence, a déjà proposé de la rencontrer. En vain. Le gouvernement canadien insiste: ce sont les autochtones eux-mêmes qui ont demandé un tel amendement.

Quant au Gouverneur général David Johnston, il a refusé de la rencontrer, arguant que l’affaire était trop politique.

En attendant un signe de M. Harper, elle assure qu’elle est prête à mourir pour sa cause. Et Mme Kappo s’inquiète: si la chef décède, « je suis très inquiète de voir comment les Premières Nations réagiront » conclu-t-elle.

Ce qu’il y a dessous et qui n’a pas été dit dans l’article ci-dessus.

Elle a tout à fait raison et je la soutiens, car elle défend ainsi le peu qui reste d’un patrimoine culturel et ethnique, d’une civilisation appelée Première Nation, ce n’est pas pour rien, qui a déjà subi une très lourde détérioration lors de la colonisation. Ce que tente le gouvernement, est de permettre aux non autochtones plutôt de entreprises comme BP de voler les autochtones pour qu’ils vendent au rabais leurs terres, dans le seul et unique but dans exploiter le sous-sol soi-disant riche en hydrocarbures et autre gaz de schiste. Ne laissons pas faire le même saccage que ce que l’église a fait en Amérique Latine et du Sud.

Chef Th. Spence , Iya hemaca conze ,  ikpataya, iyopa stake.

 

Source: Les moutons enragés

Commenter cet article

JASTREBIEC 23/12/2012 19:56


"C'EST UN BEAU JOUR POUR MOURRIR"....Les récentes découvertes anthropologiques, archéologiques et génétiques tendent à prouver que les amérindiens qui se sont répandus en Amérique après avoir
traversé le BERING gelé , il y a environ 15 à 20 000ans ne sont pas les premiers occupants du continent .Lorsqu'ils sont arrivés , sur la cote EST vivaient des populations solutréennes venues
d'Europe il y a 25 ou 27 000ans , profitant de la glaciation  qui faisait descendre la banquise jusqu'à la latitude 45 et réunissait les deux continents . L'ADN  de ces solutréens
se retrouve  dans le nord est des USA ,mais ce rappel, qui tend à etre occulté par les "NATIVES" ne leur plait pas car il pourrait mettre fin à certains privilèges économiques , les
détaxes, les casinos etc...

Archives

Articles récents