Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Ce que vous cache l'UE. 3,5 millions d'ukrainiens ont voté contre l'adhésion à l'UE !

Publié par wikistrike.com sur 9 Décembre 2013, 08:18am

Catégories : #Politique internationale

 

 

Ce que vous cache l'UE. 3,5 millions d'ukrainiens ont voté contre l'adhésion à l'UE !

 

 

7jsdf-patriot-3.jpgDans un précédent éditorial j’expliquais que la présentation des événements d’Ukraine – une nouvelle ‘révolution de couleur’, un coup d’état rampant occidental – était une « storytelling », une grand médiamensonge de l’OTAN. Le but : faire avaler aux masses européennes l’existence d’un « élan majoritaire des Ukrainiens pour l’UE ».

 

Lire :

‘STORYTELLING’ A KIEV : LES MEDIAMENSONGES DE L’OTAN EN UKRAINE …

http://www.lucmichel.net/2013/12/05/lucmichel-net-storytelling-a-kiev-les-mediamensonges-de-lotan-en-ukraine/

 

MAIS la réalité va encore plus loin, bien plus loin que ce que médias de l’OTAN inventent. Elle est dans ce qu’ils vous cachent. ! Peu importe alors que 30.000 manifestants deviennent 100.000 ou 350.000, que le Maidan soit quasi vide hors coups médiatiques. Que le noyau dur des « démocrates » qui « partagent les valeurs de l’UE » sont des néofascistes antisémites qui glorifient la Waffen SS …

 

3,5 MILLIONS D’UKRAINIENS VIENNENT DE SIGNER POUR LA DEMOCRATIE (LE REFERENDUM), CONTRE L’UE ET POUR L’UNION ECONOMIQUE AVEC LE BLOC RUSSE …

 

La réalité c’est que le Parti Communiste d'Ukraine (KPU) (*) a recueilli 3,5 millions de signatures contre l'adhésion à l'Union Européenne en novembre 2013.

Le KPU a récolté 3,5 millions de signatures pour obtenir un référendum sur l'adhésion de l'Ukraine à l'Union Européenne. « Les communistes s'activent pour bloquer cette adhésion qui détruira les emplois et le pays ».

 

Le Premier secrétaire du KPU, Petro Simonenko, lors d'une réunion avec les chefs de factions (groupes politique à la Rada ukrainienne) et les présidents du Parlement, a annoncé dès le 19 novembre 2013 « que le Parti communiste avait recueillit plus de 3 millions de signatures pour obtenir un référendum contre l'adhésion de l'Ukraine à l'UE ». Pour Simonenko, « le peuple, lors d'un référendum, doit décider ». « Nous avons recueilli 3.500.000 de signatures, les citoyens ont appuyé le Parti communiste dans son exigence d'obtenir un référendum » annonçait Petro Simonenko.

 

Précédemment, la Commission électorale centrale d'Ukraine avait rejeté l'initiative populaire par deux fois et avait refusé l'enregistrement du groupe d'initiative.

 

Les communistes se sont mobilisés. Dans l'Oblast (district) de Kherson, « la branche régionale du KPU annonce avoir rassemblé plus de 110.000 signatures, dans les régions de l'ouest (plutôt favorable à l'UE) 150.000 signatures, dans l'oblast d'Odessa 220.000 signatures, plus de 70.000 signatures à Sébastopol, 199 088 signatures en Crimée. Les plus grand nombre de signatures recueillies ont été fait dans les oblasts de Dnipropetrovsk (402.000 signatures), Donetsk, Zaporozhye (260.000 signatures) et Lugansk. ». Au cœur du noyau industriel ukrainien.

 

Les communistes ukrainiens proposent une alternative : l'adhésion de l'Ukraine à l'Union douanière Russie-Belarus-Kazakhstan. Que l’Arménie rejoindra en 2014 et qui deviendra en 2015, à sept pays, l'Espace Economique Eurasiatique, la ‘Seconde Europe’ à l’Est ...

 

Luc MICHEL

 

Photos : Campagne du KPU contre l’UE,

Luc MICHEL avec des militants du KPU à Odessa en juillet 2007 lors d’une action contre la Flotte US en Mer Noire.

 

http://www.lucmichel.net/2013/12/09/pcn-spo-ce-que-vous-cachent-les-medias-de-lotan-le-pc-dukraine-recueille-35-millions-de-signatures-contre-ladhesion-a-lunion-europeenne/

________________________

 

(*) Le KPU, Parti Communiste d’Ukraine (et pas ‘ukrainien’ comme l’écrivent les médias révisionnistes du PCF), est une formation proche du KPRF russe de Zouganov, c’est-à-dire un communisme patriotique et anti-occidental, ce que les politologues occidentaux classent comme « national-communiste » (SPS de Milosevic, Lukashenko, KPRF, PCN …). C’est le noyau dur des forces pro-russes en Ukraine, radicalement anti-NATO.

 

Le KPU passé à 15% a été la véritable force politique émergente lors des législatives ukrainiennes d’Octobre 2012 (mais les médias occidentaux ont mis en avant les protégés de l’UE/NATO et le noyau dur de la coalition anti-russe, les néofascistes antisémites de Slovoba et leurs 7%, alliés électoralement à l’oligarque Timochenko).   

 

La position du KPU et du KPRF

 

Le KPU, PC d’Ukraine, dénonce les agissements des dirigeants de l’Union européenne pour « détruire l’Ukraine comme pays ».

 

Le Parti Communiste d’Ukraine demande aux dirigeants de l’Union Européenne de réagir immédiatement aux déclarations provocatrices du co-président de la mission de l’UE pour le pays, M. Aleksandr Kwasniewski qui, dans un entretien pour le journal polonais Rzeczpospolita, a ouvertement appelé l’opposition à user de la force pour s’emparer du pouvoir en Ukraine.

 

Le KPU exige également d’interroger la chancelière Angela Merkel, pour savoir de quel droit et au nom de qui le ministre des Affaires étrangères allemand Guido Westerwelle s’est rendu Place de l’Indépendance pour rencontrer les dirigeants de l’ « opposition ».

 

Le KPU appelle le Ministre des Affaires étrangères à réagir à l’ingérence directe de dirigeants d’Etats étrangers dans les affaires intérieures du pays.

 

On cherche à dénier au peuple ukrainien le droit de disposer de son propre sort. On essaie de lui nier son droit à prendre des décisions en fonction de ses propres intérêts, et non ceux du capital international.

 

Aujourd’hui, la pseudo-opposition, comme en 2004, est une cinquième colonne qui brade l’intérêt national aux multinationales. Ce sont quasiment les mêmes acteurs, les mêmes promesses, les mêmes procédés.

 

C’est pourquoi le Parti Communiste d’Ukraine appelle tous les citoyens et le peuple d’Ukraine à prendre en main la résolution de la crise politique actuelle par les seuls moyens légaux.

 

Dans le cas contraire, nous nous dirigeons vers une « balkanisation » du pays, la destruction de l’Ukraine comme Etat.

 

Petro Simonenko,

Premier Secrétaire du KPU

 

http://www.lucmichel.net/2013/12/09/pcn-spo-le-pc-dukraine-lunion-europeenne-veut-detruire-lukraine-comme-pays/

___________________________

 

 (*) Le KPU, Parti Communiste d’Ukraine (et pas ‘ukrainien’ comme l’écrivent les médias révisionnistes du PCF), est une formation proche du KPRF russe de Zouganov, c’est-à-dire un communisme patriotique et anti-occidental, ce que les politologues occidentaux classent comme « national-communiste » (SPS de Milosevic, Lukashenko, KPRF, PCN …). C’est le noyau dur des forces pro-russes en Ukraine, radicalement anti-NATO.

Le KPU passé à 15% a été la véritable force politique émergente lors des législatives ukrainiennes d’Octobre 2012 (mais les médias occidentaux ont mis en avant les protégés de l’UE/NATO et le noyau dur de la coalition anti-russe, les néofascistes antisémites de Slovoba et leurs 7%, alliés électoralement à l’oligarque Timochenko).  

 

Luc Michel

 

 

 

 

Les émeutes à Kiev aident-elles les USA à défendre le bouclier de Deveselu ?


 

Sergei Smolianinov, député de Sébastopol, en Ukraine a déclaré que les services spéciaux occidentaux, par le biais des agents qu’ils ont formés et entraînés, ont entrepris une tentative de renverser le pouvoir légal. Il a demandé au président russe d’envoyer des troupes à l’Ukraine, pour se défendre contre l’armée américaine et les agresseurs de l’OTAN. 

Les pourparlers de Genève sur le programme nucléaire de l’Iran ont abouti à des accords qui résolvent définitivement la crise iranienne. Si le bouclier antimissile de Deveselu était dirigé contre les missiles iraniens, cela voudrait dire que maintenant il doit être aboli. Le Conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche a déclaré que les Etats-Unis n’étaient pas du tout disposés à aller dans ce sens. Une étude à usage interne du Commandement Sud de l’armée russe, fort probablement entré en possession des Etats-Unis, illustre la solution trouvée au problème des risques et des vulnérabilités résultant du positionnement du  bouclier antimissile américain à Deveselu. C’est un signal clair que la Russie n’est pas prête à rester les bras croisés, en attendant que les Etats-Unis attaquent à partir du territoire roumain.

http://romanian.ruvr.ru/2013_11_17/Deveselu-locatia-ideala-pentru-scutul-antibalistic-american-2834/

Pour neutraliser les missiles US l’emplacement optimal de l’antidote serait une des trois bases militaires ukrainienne Izmail, Bolgrad et Tatarbunar à l’embouchure du Danube ou l’île des serpents ou dans les casernes de Vulcanesti  dans la région autonome de Gagaouzie. Jusqu’à l’effondrement de l’URSS, les régiments de parachutistes qui ont formé la 98ème Division aéroportée (subordonnée au district militaire soviétique d’Odessa) avaient leurs garnisons dans les bases militaires mentionnées ci-dessus.

02BugeacGeneral01

La Russie est le seul utilisateur des bases en Crimée louées à l’Ukraine et les frappes nucléaires des États-Unis lancés sur elles auront une incidence sur la population civile ukrainienne, incapables de se protéger. L’Ukraine n’a pas d’autre choix que d’accepter que la Russie se charge d’élimine le danger à sa place. Quant aux moyens de lutte préconisés, les auteurs du rapport ont opté pour des missiles 9K720 Iskander M. La mission est facilitée par le fait que les capteurs de guidage du missile SM-3 block 1b ne fonctionne pas en dessous de l’altitude de 80 000 m, tandis que le missile Hawk et S-75, dont est dotée l’Armée roumaine ont un plafond maximum de 18 à 27000 m. Notez que le missile Iskander M est un missile quasi-balistique, avec une altitude de croisière de 50 000 m (c’est-à-dire, concrètement, qu’il glisse sous le SM-3 block 1b et au-dessus des missiles AA roumains) avec une portée de 400-500 km et une marge d’erreur maximale de 6 m. Le missile Iskander M peut prendre en charge la lutte contre un missile à ogive nucléaire ou classique, avec six bombes de type anti-bunker.

Le chargement des batteries Iskander M est considérée comme extrêmement facile, surtout en l’absence missiles balistiques tels que les R-17 / SCUD-B, avec une portée de 500 km, dont s’est séparé la Roumanie. Ils auraient pu détruire les rampes de lancement des Iskander dans les 6 minutes, c’est à dire avant que les Russes lancent leur premier missile. Alors que les généraux roumains se hâtèrent de mettre fin à la dotation de ce type de missiles, invoquant des dispositions inexistantes dans le Traité sur les forces armées conventionnelles en Europe, la Turquie, elle agissait selon ses intérêts.

http://romanian.ruvr.ru/2013_11_25/Turcia-nu-Si-negociaza-interesul-national-pe-cand-Romania-doar-executa-4538/

On peut dire que la pensée militaire russe est capable de résoudre n’importe quel problème complexe, alors que la pensée militaire roumaine, complètement à côté de la plaque, a conduit à la situation constatée par le Livre blanc sur la défense. Contrairement à d’autres pays d’Europe de l’Est, qui n’ont pas eu le choix, la Roumanie a reçu de la Russie une bonne offre. Qui, malheureusement a été refusée.

http://romanian.ruvr.ru/2013_12_01/Cum-ar-fi-putut-sa-arate-azi-armata-romana-9526/

http://romanian.ruvr.ru/2013_12_03/Tancul-Taghil-la-parada-militara-de-1-Decembrie-8466/

Comme le retour de l’Ukraine vers la Russie compromet définitivement le bouclier de Deveselu, les Américains n’ont pas abandonné tout espoir dans le succès d’un soulèvement populaire. Chapitre dans lequel les Etats-Unis  se sont avérés hautement qualifiés tant en Amérique latine dans les années 70 que dans les anciens pays communistes d’Europe de l’Est (voir la série de révolutions roses de 2003-2004 et celle de Chisinau en 2009).

Par Valentin Vasilescu, pilote d’aviation, ancien commandant adjoint des forces militaires à l’Aéroport Otopeni, diplômé en sciences militaires à l’Académie des études militaires à Bucarest 1992.

Traduction Avic

http://reseauinternational.net/2013/12/09/les-emeutes-a-kiev-aident-les-etats-unis-a-defendre-le-bouclier-de-deveselu/

 

Commenter cet article

Dalek 10/12/2013 11:01


C'est vrai que quand on compare le nombre de pays (et quels pays !!) membre de la CEI avec ceux qui sont membre de l'UE (plus ceux qui font tout pour entrer dans l'UE), le "triomphe russe saute
immédiatement aux yeux.



CVV 09/12/2013 19:47

L'Ukraine est la porte du succès pour les Russes qui y ont déployé leur stratégie en tenant compte de l'invasion allemande de 41: les USA et l'OTAN ainsi qu'Israël ont déjà perdu (position
d'échec); ils seront (mat) s'ils s'obstinent comme en Syrie L'UERSS ne séduit plus l'est, vu la médiocrité et la tromperie monumentale de nos élites NWO façon farce grecque. La Russie ne peut dès
lors plus que triompher à court ou long terme (pacifiquement ou non si on la provoque)

Dalek 09/12/2013 11:28


Surtotu que sur les 3 millions de signataires, tu as potentiellement une partie qui veulent se référendum pour pouvoir justement voter "conter la non-adhésion" et donc, pour l'adhésion.


Enfin, je suis peut être trop optimiste, mais j'ai quand même peine à croire qu'il existe encore 3 millions de communistes où que ce soit.

lesaint 09/12/2013 10:57


Eu, là y a truc qui me dérange 3,5 millions ont demander un référunfum, cela ne veut pas dire qu'ils disent non ?


Tu fais de l'audience de merdias wikis.


Et 3,5 million c'est largement moins de la moitié de 45 millions que compte d'habitant l'Ukraine. Même en relativisant il y a un faux message dans cet article...


lesaint

Hercobulus 09/12/2013 10:01


Un parti communiste, même patriotique, ce n'est pas mieux que des


eurocrates à la botte de l'Empire.


Vous préférez la peste rouge ou bien le choléra bruxello-atlantiste ?


Pauvre Ukraine (et pauvre France) !

Archives

Articles récents