CEJ : Le secret qui couvre Goldman Sachs et la BCE

 goldman-sachs_0.jpgLa Banque centrale européenne (BCE), dont le président Mario Draghi est un ancien de Goldman Sachs, a été autorisée par la Cour Européenne de Justice (CEJ) à conserver secrets des documents expliquant comment la Grèce a savamment camouflé sa dette. Avec l'aide (très) active de... Goldman Sachs. Tout va bien...

Au nom du droit à l'information, selon lequel "tout citoyen de l'Union a un droit d'accès aux documents de la BCE", l'agence de presse Bloomberg a demandé, en aout 2010, la divulgation de deux documents internes de la banque centrale. Il s'agissait de savoir si des membres de la BCE étaient informés de (voire impliqués dans) ces malversations, qui ont coûté des dizaines de milliards d'euros aux citoyens européens. La demande a été retoquée du tac au tac. Bloomberg a donc fait appel à la justice. Mauvaise pioche : le tribunal de première instance de la CEJvient de lui répondre... sous forme de boutade :

"La divulgation de ces documents aurait porté atteinte à la protection de l'intérêt public, puisqu'ils concernaient les politiques économiques de l'Union européenne et de la Grèce". Un telle publication "aurait pu avoir des conséquences négatives sur l'accès, notamment de la Grèce, aux marchés financiers, et aurait pu affecter la conduite effective de la politique économique de la Grèce et de l'Union", affirme l'arrêt.

Justice ? Défense des citoyens devant des malversations de fonctionnaires européens ? Que nenni... "Les tribunaux se plient aux règles économiques" imposées par l'administration politique, plutôt que de juger sur des principes de droit, a déclaré Georg Erber, un spécialiste allemand de la régulation des marchés financiers. "Cela révèle implicitement que l'Union européenne a bien été informée sur ce qui se tramait et qu'elle n'a pas pris les mesures nécessaires pour éviter la crise".

La Justice ? C'est has been... Vive les marchés financiers !

Pire encore... Qu'est-ce qui pourrait bien autant paniquer les marchés pour que l'intérêt public soit ainsi menacé ? La Grèce sombre, tous les jours un peu plus. La BCE a beau la renflouer deux fois l'an à grands coups de dizaines de milliards, telles les Danaïdes remplissant leur tonneau percé, rien n'y fait. La BCE possèderait-elle (en plus de cela) quelques piteux secrets capables de faire exploser (un peu plus) l'économie européenne ? Pas franchement rassurant. A moins qu'elle ne cherche simplement à couvrir les agissements de ses fonctionnaires, pour une bonne part issus de la sulfureuse Goldman Sachs (Mario Draghi, Mario Monti, Lucas Papadémos...), et de Goldman Sachs itself, puisque c'est bien la banque qui était aux commandes de la manoeuvre de camouflage (et qui a raflé 600 millions d'euros au passage) ! Non... on n'oserait y croire.

En attendant, les citoyens européens n'auront pas le droit de savoir comment a été dilapidé leur argent. Et ça ne risque pas de s'arranger. Venant s'ajouter à la longue liste d'anciens de Goldman Sachs qui ont pris la tête d'institutions bancaires internationales (voire d'Etats), un certain Mark Carney vient de prendre les rênes royales de la Bank of England. Remplacé à son ancien poste de gouverneur de la banque centrale du Canada par... un autre ancien de Goldman Sachs, William Dudley. Aux Etats-Unis, une enquête sur ce sujet est en cours depuis... trois ans ! Et aux dernières nouvelles, elle n'a pas avancé d'un pouce. Pas encore demain que Goldman sera prise la main dans le Sachs...

"Tant qu'il y a de la musique, on continue de danser"... le nouveau slogan de Goldman Sachs ?

(

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

Tag(s) : #Economie
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog