Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Certains de nos ancêtres étaient consanguins

Publié par wikistrike.com sur 27 Mars 2013, 09:52am

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

Un crâne humain préhistorique montre des signes de consanguinité

 

skull-comp-2.jpg

En 2010, la surprenante découverte que les néandertaliens se seraient probablement croisés avec nos ancêtres il y a des dizaines de milliers d'années a fait les gros titres autour du monde.

Aujourd'hui nous avons une nouvelle découverte sur la vie sexuelle des premiers Homo sapiens. Il semblerait qu'ils se livraient aussi à la consanguinité.


C'est la conclusion de l'anthropologue Erik Trinkhaus de l'université de Washington à St Louis et de Xiu-Jie Wu et Song Xing de l'académie des sciences chinoises, institut de paléontologie, en se basant sur un crâne fracturé âgé de 100.000 ans, mis au jour dans le bassin Nihewan en Chine. Leur découverte, publiée hier dans PLOS ONE, est un crâne qui montre des preuves d'une mutation génétique inhabituelle, probablement le résultat d'une consanguinité poussée.

Les chercheurs ont utilisé la tomodensitométrie et une modélisation en 3D pour reconstituer pour la première fois les 5 morceaux du crâne fracturé – connu sous le nom de Xukiayao 11, nommé d'après le site où il a été découvert en 1977 – et ils ont réalisé qu'il présentait une déformation inhabituelle. Quand les pièces sont replacées, elles laissent un trou au sommet du crâne, mais il n'y a aucune preuve que la fracture ait été causée par un traumatisme ou une maladie. Ils envisagent donc qu'il est plus que probable que le trou est un défaut connu comme foramen pariétal hypertrophique ( foramen = trou).

 

CT-scan.jpg

Les chercheurs utilisent pour la première fois la tomodensitométrie et une modélisation 3D pour rassembler les éléments du crâne

 

De nos jours,  ce trou est plus souvent trouvé chez des gens avec une paire particulière de mutation génétique sur les chromosomes 5 et 11 - la plupart du temps conséquence d'une consanguinité - et survient environ dans 1 naissance sur 25.000. La mutation interfère avec la formation osseuse du crâne pendant les cinq premiers mois de la vie de l'enfant, quand les éléments du crâne sont supposés fusionner pour recouvrir ce "tendre endroit". Étant donnée la toute petite quantité d'échantillons de crânes humains de cet âge et le fait que des types semblables d'anomalies génétiques ont été vues aussi souvent dans d'autres crânes préhistoriques - les chercheurs ont compté 22 individus avec des difformités crâniennes découverts dans cette zone - Trinkhaus pense que l'explication la plus simple est que des populations réduites et instables ont poussé nos ancêtres à la consanguinité.


S'il n'y a eu aucune consanguinité, "la probabilité de découvrir l'une de ces anomalies dans le petit échantillonnage disponible de fossiles humains est très faible et la probabilité cumulée d'en trouver autant est excessivement réduite", a-t-il dit dans une conférence de presse. "La présence de l'anomalie de Xukiayao et celle d'autres humains du Pléistocène (qui s'est étalé de - 2,6 millions d'années à - 12.000 ans) suggère donc une dynamique de population inhabituelle, très probablement en provenance de forts taux de consanguinité et d'une instabilité de la population du lieu".


Une telle consanguinité était pratiquement inévitable, étant donné que presque toute l'humanité vivait en populations réduites et isolées. Par exemple, certains scientifiques pensent qu'un étranglement dans la population qui précédait rendait nécessaire à certaines époques la consanguinité. Nos ancêtres ne comprenaient certainement pas l'importance de la diversité génétique et les dangereuses conséquences de la consanguinité. Mais avec une population aussi maigre, la survie de notre espèce pourrait avoir dépendu en fait de la reproduction de nos grand-mères ancestrales avec les mâles de la même famille.

 

Les bonnes nouvelles ? Les chercheurs disent que la malformation génétique conservée dans ce crâne par suite de consanguinité peut ne pas avoir été trop nuisible pour cet individu. Normalement, c'est en lien avec des problèmes cognitifs majeurs, mais c'est douteux dans le cas présent, étant donné les conditions nécessaires à une survie au Pléistocène. Cet humain préhistorique semble avoir survécu jusqu'à un âge avancé – ce qui, à cette époque-là, signifie probablement que les individus vivaient une trentaine d'années.

 

SOURCE

Traduction: BBB

Commenter cet article

JackJacques 28/03/2013 13:33

Mdrr c'est quoi encore cet article vous découvrez le monde ou c'est encore un grand moment de propagande ? Vous en avez pas marre ? Je sais pas ça fait un peu des milliers d'années qu'on est
consanguins entre Blancs non ? Pourquoi sucer les juifs en disant que c'est mal ? Jules Cesar allait chercher des femmes en Thaïlande pour fuir la consanguinité ? Faites attention avec vos articles
de merde quand même il y a une liberté d'expression mais il y a une censure aussi et elle se rapproche de plus en plus de vous.

Rensk 27/03/2013 14:26


Pas si loin de nous... dans nos vallées... nous faisions de même.


 


Regardez depuis quand la loi a été faite pour contrer la cosanguinité...


Même entre frère et soeur le sexe se "découvre" encore aujourd'hui (la loi n'interdisant pas la découverte... mais les fruits de cette dernière seulement)...


 


Idem question enfants adoptés sous "X", comment voulez-vous empêcher la cosenguinité... si vous ne savez pas que c'est votre soeur, cousine ???

aj 27/03/2013 13:01


C'est pour ça que les humains son débiles

Laurent Franssen 27/03/2013 11:44


Est ce un comportement deja constater dans la diversité humaine présente ? Oui / Non 

Y avait'il un pouvoir fort en place pour interdire et effectivement reprimer l'organisation sociale de certains comportements ? Oui / Non

études terminé ,cout , quelques watts. 

Archives

Articles récents