Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Chine : Des organes prélevés sur des prisonniers exécutés ont été utilisés pour des greffes !

Publié par wikistrike.com sur 11 Juillet 2013, 19:04pm

Catégories : #Social - Société

Chine : Des organes prélevés sur des prisonniers exécutés ont été utilisés pour des greffes !

 

 

 

organes.jpgUn juge à la retraite vivant dans la ville de Wuhan (Chine centrale) a déclaré le 4 juillet à la chaîne de télévision de langue chinoise New Tang Dynasty (NTD) que les organismes de sécurité du Parti communiste chinois ont commencé il y a plus de 30 ans à extraire les organes des prisonniers exécutés pour les utiliser dans les greffes.

 

L’interview donnée à NTD est inhabituelle, car Pan Renqiang, ce juge qui avait travaillé à la Cour pénale N°1 de Wuhan, a donné son nom complet et le titre de son ancien poste, alors qu’il réside toujours en Chine. Cette interview est également le signe que les personnes en Chine reçoivent les informations et sont au courant des prélèvements d’organes effectués par l’appareil de sécurité et les établissements militaires médicaux du PCC, alors que c’est un sujet qui est très fortement censuré.

 

«En 1983, le Comité des affaires politiques et législatives (CAPL) du PCC a créé un précédent en envoyant une notification au Ministère de la santé», a déclaré Pan. Le CAPL est un comité du Parti communiste de haut niveau qui supervise tous les systèmes de répressions en Chine, dont la police, les camps de travaux forcés, la police secrète, etc. «La notification précisait que toutes les autorités de la sécurité publique devaient coopérer avec les fonctionnaires de la santé dans le domaine du prélèvement d’organes sur les prisonniers condamnés à mort.»

 

«J’en ai profité, participé et été témoin», a poursuivi Pan.

 

Il a également expliqué la procédure de prélèvement d’organes sur des prisonniers exécutés. Il est souvent difficile d’obtenir ces informations détaillées et précises, étant donné que les personnes impliquées sont généralement des responsables de la sécurité publique ou les victimes à qui on a extrait les organes. Selon Pan, les autorités judiciaires devaient connaître à l’avance les noms de personnes à qui on allait prélever les organes.

 

«Après la condamnation à mort du prisonnier, mais avant l’application de la sentence, nous faisions une injection dans le postérieur du prisonnier pour éviter la coagulation du sang et nous faisions tout ce que demandait le médecin. Le bureau judiciaire s’occupait du coté opérationnel; un médecin conduisait une ambulance sur le site d’exécution, et l’équipe de ce site prélevait les organes.»

 

Le corps était ensuite incinéré.

 

«Les autorités de la sécurité publique envoyaient une douzaine de policiers au crématorium pour surveiller la procédure», a précisé Pan.

 

Selon les experts, vers la fin des années 1990, les forces de sécurité chinoises ont commencé à utiliser des prisonniers de conscience ouïgours en tant que source de prélèvements d’organes. Des années plus tard, ils ont commencé à exploiter de manière intensive une autre source: les pratiquants de Falun Gong, une pratique spirituelle que le Parti a commencé à persécuter en 1999. Selon les rapports d’enquête, au début de ce siècle, les pratiquants de Falun Gong dans les camps de travaux forcés et dans les prisons ont été tués pour leurs organes. Selon ces rapports, ils sont rapidement devenus la principale source d’organes.

 

Le juge Pan a parlé à NTD quelques jours après avoir déclaré qu’il quittait officiellement le Parti communiste chinois dans une longue interview avec la Radio Son de l’espoir, où il a parlé de ses décennies de griefs contre le régime et ce qu’il a appelé comme étant un traitement profondément injuste placé entre les mains de fonctionnaires et promoteurs immobiliers corrompus.

 

De 1997 à 2002, il a passé cinq ans en prison suite à ce qu’il appelle un coup monté. «J’aurai dû mourir en 1996, si je ne m’étais pas précipité à l’hôpital. Donc, je n’ai plus peur de la mort», raconte-t-il.

 

Pan a aussi raconté qu’il avait joint le Parti à l’âge de 17 ans. «Ce parti est une dictature corrompue qui a perdu la confiance du peuple. Il opprime le peuple et porte atteinte à ses droits. Tout le monde le déteste. Actuellement, de plus en plus de Chinois déteste réellement le Parti communiste», a-t-il affirmé.

 

 

 

Version en anglais: Judge Says: As Early as 1980s, Organs Were Harvested in China

 

Epoch Times .


Commenter cet article

Laurent Franssen 13/07/2013 11:18


Le mao-isme c'est encore une style de " culte de l'empereur " puant ?

C'etais quoi avant les Xtiens ,? le Taoisme ? 

aurical 13/07/2013 10:56


il y a lgtps qu'on sait ça  35 ans au moins,  lisez le livre de Pierre Alagiani éd. de la table ronde: requiem pour l'église de chine   .vous n'aduleriez plus le maoïsme(une
des pires pollutions spirituelles!),ni le régime mensoger criminel de fous chinois, et cesseriez de nourrir son économie  peu respectueuse du droit de l'homme et du travail...  et la
pollution pour y transporter! au train où ça va on en est pas loin dans toute la planète

Ouvrier 12/07/2013 11:26


Pas mal la vanne Athos :)

Arlette 12/07/2013 07:12


Il y a un vice. Si un détenu est comdamné à la peine de mort, toutes les parties de son être doivent mourir. Juridiquement, les proches du condamné peuvent demander l'exécution totale, la
destruction de parties encore vivantes... non ?


Commentaire n°2 posté par poLoc hier à 22h25



Nous n'allons pas être bourreaux nous aussi poLoc. Personne ne reste sur la terre en MODELE ! T'es un sadique comme ref... D'un mort, tu ne fais plus un
vivant ! Alors l'inverse, il ne faut pas vouloir condamner. Il est vrai qu'en temps normal, certains ne veulent pas être des donneurs DONS d'ORGANES ! Condamné à mort chez les Communistes...
là, eux régissent. J'ai déjà LU qu'en CHINE, la famille doit venir payer la ou les balles qui ont servi à tuer
le condamné (car certains sont aussi fusillés - pas seulement la pendaison).

Arlette 12/07/2013 06:39


Je commence à comprendre : j'ai parlé avec un gars (début 50 ans) qui m'a dit avoir été opéré à STRASBOURG - cancer de la moelle osseuse - ET ILS LUI ONT
GREFFE UNE nouvelle moelle QUI VENAIT d'AMERIQUE. De tellement loin, d'AMERIQUE ! Il était tout
éberlué.  300 millions d'habitants - je pense que leurs greffons, ils les utilisent sur place chez eux ! Je crois plutôt que la Source est la CHINE
quand je lis ce texte. Je savais qu'ils prélevaient des organes sur les condamnés à mort ! En CHINE, c'est la pendaison ! La CHINE et leur camelote d'articles inutilisables, pas
chers mais à jeter d'office ne fonctionnant pas - à présent, ils commercent avec des organes humains.   Un presse-fruits électrique acheté dans un supermarché - Made in
CHINA - le câble électrique y était - mais ça ne fonctionnait pas - je l'avais posé sur une étagère - 5 ans plus tard je voulais l'offrir pour m'en débarrasser - leur fils a le Brevet de Maîtrise
Electricien : les gens ont ouvert l'appareil : il n'y avait pas de moteur dedans et l'ont jeté. (J'aurais dû le rapporter de suite au magasin qu'ils m'avaient dit). Un beau
réveil aussi  pour cadeau - mentionné CHINA - et ne fonctionnait pas : CORA a remboursé. La CHINE, je détourne le regard ! Les vaccins GRIPPE H1N1 (certains du
moins)  transitaient aussi par la CHINE car ils travaillent de nuit et pas chers !  Certains craignaient une insertion de la fameuse PUCE RFID (grain de riz) dans ces vaccins transitant
par la CHINE.

poLoc 11/07/2013 22:25


Il y a un vice. Si un détenbu est comdanmé à la peine de mort, toutes les parties de son être doivent mourir. Juridiquement, les proches du condamné peuvent demander l'excécution totale, la
destruction de parties encore vivante... non ?

Athos 11/07/2013 22:03


il vient d'où le cerveau de flamby ? d'un yogourts

Cutchaka 11/07/2013 21:27


Et pourquoi pas? Si la dépouille peut être utilse, autant en profiter un peu

Archives

Articles récents