Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Comment les services de renseignement français surveillent ce qui se dit sur le net

Publié par wikistrike.com sur 23 Septembre 2013, 16:07pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

 

Comment les services de renseignement français surveillent ce qui se dit sur le net

 

Moins bien doté en personnel et en moyens que la NSA américaine, la DGSE n’en est pas moins très performante pour assurer une surveillance très fine des communications.


Le réseau de stations d'écoute de la DGSE, surnommé Frenchelon. (DR)

Le réseau de stations d’écoute de la DGSE, surnommé Frenchelon. (DR)

 

« Les habitués l’appellent « le salon de lecture ». Une pièce sans âme au cœur de la Piscine, le siège de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), boulevard Mortier, à Paris. C’est dans ce lieu secret que les représentants de grands groupes français peuvent accéder aux documents rassemblés par les services de renseignements sur leur secteur. « Ce sont des centaines de milliers de pages de documents internes de concurrents internationaux, offres commerciales, technologies, explique un familier de la DGSE. Les types envoyés par les boîtes, dont on ne sait pas trop quel est leur poste exact, passent des heures à potasser des piles de dossiers. La règle, c’est qu’aucun document ne sort de la pièce. »

 

Bigre. La France se serait-elle convertie à l’espionnage à l’américaine, Big Brother dévoilé par l’ancien sous-traitant de la National Security Agency (NSA) Edward Snowden depuis juin ? Quelques semaines après ses révélations, Le Monde assurait, le 5 juillet, que la France disposait d’un outil de surveillance d’Internet similaire. Un « supercalculateur », situé dans le sous-sol du siège de la DGSE, assurait le quotidien, « stocke les interceptions d’une grande part des communications, mails, SMS, fax, ainsi que toute activité Internet des Français, et les flux entre la France et l’étranger ».

 

La ROEM moins bien doté que la NSA


Où en est vraiment la France dans le renseignement technique, affublé du nom barbare de ROEM (renseignement d’origine électromagnétique)? « On a longtemps été à la traîne, car le renseignement humain était considéré comme plus noble dans la culture française », explique un ancien cadre de la DGSE. La France a désormais rattrapé une partie de son retard. « Elle est en première division sur ces technologies, dans le sens où nous maîtrisons tous les modes d’interception (mobiles, Internet, communications satellites…), assure Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Mais nous restons à des années-lumière des moyens de la NSA, ou même du Government Communications Headquarters britannique, le GCHQ. »

 

De fait, le GCHQ emploie 6.000 spécialistes des écoutes, quand la direction technique de la DGSE ne s’appuie que sur 1.100 employés, auxquels il faut ajouter les spécialistes de la Direction du renseignement militaire (DRM), soit environ 700 personnes. Quant à la NSA, c’est un monstre : elle disposerait de 55.000 employés, avec un budget annuel de 10,8 milliards de dollars, selon Edward Snowden, soit quatorze fois plus que le budget de la DGSE (600 millions d’euros), aux attributions pourtant beaucoup plus larges.

 

Des antennes satellites en Dordogne et dans les Pyrénées-Orientales


« Le renseignement français fait du bon boulot avec ses moyens », veut se rassurer Louis Caprioli, ancien patron de l’antiterrorisme à la Direction de la surveillance du territoire (DST), désormais conseiller au cabinet de gestion des risques GEOS. « Le renseignement français a le meilleur rapport coût-efficacité du monde occidental », appuie Eric Denécé.

 

La France dispose notamment d’un large réseau de stations d’écoute dotées d’antennes satellites, parfois surnommé Frenchelon, en référence au réseau Echelon américain (voir carte ci-dessus). Les sites les plus connus sont ceux de Domme (Dordogne) et Saint-Laurent-de-la-Salanque (Pyrénées-Orientales). Mais la DGSE profite aussi de stations à Kourou (idéalement placée pour écouter les Etats-Unis), en Nouvelle-Calédonie, à Mayotte et dans plusieurs bases à l’étranger (Abou Dhabi, Djibouti).

« Nous stockons bien évidemment tous les mots de passe »


Le renseignement français peut aussi compter sur les capacités d’écoute électronique des équipements militaires français, notamment les six sous-marins nucléaires d’attaque, le navire espion Dupuy-de-Lôme, ou les deux avions Transall Gabriel bardés d’électronique. La Direction générale de l’armement (DGA) dispose également de quatre microsatellites d’écoute lancés en 2011, la constellation Elisa, qui préfigurent le système d’écoute électromagnétique Ceres prévu vers 2020.

 

La France n’est pas dépourvue non plus dans la surveillance du Web. « A la suite des préconisations du Livre blanc de 2008, nous avons pu développer un important dispositif d’interception des flux Internet », reconnaissait l’ancien patron de la DGSE Erard Corbin de Mangoux devant les députés de la commission de la Défense, le 20 février. Le directeur technique de la DGSE, Bernard Barbier, est allé plus loin en septembre 2010, lors d’un colloque évoqué par le journaliste Jean-Marc Manach dans son blog : il affirmait que la DGSE avait « la meilleure équipe de cryptomathématiciens » de France, qu’elle pouvait pénétrer sans problème les ordinateurs pas assez sécurisés. « Nous stockons bien évidemment tous les mots de passe, nous avons des dictionnaires de millions de mots de passe », assurait même Bernard Barbier.

 

Un « data-center » implanté dans les Yvelines


De quoi accréditer la surveillance généralisée d’Internet évoquée par Le Monde ? La DGSE, selon la lettre Intelligence Online, dispose d’un nouveau data center « de 100 mètres de long sur 10 de large » dans les Yvelines, près des Alluets-le-Roi, sur le site d’un ancien bunker allemand. Mais les spécialistes sont sceptiques sur la possibilité d’interceptions systématiques.

 

« Le réseau téléphonique français est bien plus décentralisé qu’aux Etats-Unis, ce qui suppose des moyens énormes pour en surveiller l’intégralité, indique Kavé Salamatian, professeur d’informatique à l’université de Savoie. Contrairement aux Etats-Unis, la France n’a pas les moyens d’une telle surveillance généralisée, en aveugle. En gros, on peut faire de la pêche à la ligne sur des sujets précis, mais pas au chalut. »

 

Le rôle stratégique d’Alcatel Submarine Networks


Pas si grave puisque la France dispose d’un moyen efficace de scanner le trafic Internet international à moindre coût : la surveillance des câbles sous-marins en fibre optique, par lesquels transite une bonne partie des données. Edward Snowden a ainsi dévoilé que les Américains et les Britanniques ne se privaient pas de se brancher sur ces câbles. Selon deux familiers de la DGSE, la France les « scanne » aussi allègrement. « On aurait tort de se priver, Alcatel est le leader mondial de la pose de câbles », s’amuse l’un d’eux.

 

Voilà qui explique peut-être pourquoi les rumeurs de cession de cette activité, Alcatel Submarine Networks, ont immédiatement mobilisé le gouvernement qui, par la voix de la ministre Fleur Pellerin, a insisté en janvier sur un nécessaire « ancrage national », avec une possible entrée au capital du Fonds stratégique d’investissement. Techniquement, la manœuvre est facile : « Il suffit de mettre un petit équipement, un splitter optique : c’est très peu cher, ça dure trente ans, et c’est totalement indiscernable », souligne Kavé Salamatian. Une telle opération est possible aux points d’ »atterrissage » des câbles, en Bretagne (Lannion, Penmarc’h) ou en Provence (Marseille). Face au monstre américain, la France a encore quelques arguments.

 

Source : Challenges


Commenter cet article

Liberté 24/09/2013 11:59


@Rensk

Mon commentaire ne portait que sur la loi que tu as cité, merci d'avoir l'honneteté de ne pas déformer mes propos ou des les utiliser dans un cadre différent de ce dont je ne parle.

Athos 24/09/2013 10:38


A  tagueule


 tagueule !

Arlette 24/09/2013 03:40


on s’en tape de ton petit pays de m*rde
en cas de problèmes sérieux, on vous annexe vite fait
du con


Commentaire n°3 posté par tagueule hier à 21h47


La SUISSE a 8 millions d'habitants et a un statut de neutralité - ISRAEL 8 millions aussi, avais-je LU
dernièrement (avec superficie de 2 départements Français).  Annexe une fois Israël pour commencer
- ses 400 missiles pointés vont pleuvoir !  La Suisse saura se défendre  : avait commandé 52 avions de combats Suédois,
marque GRIPEN moins chers que les F32  Américains.  En 1939-45 les Suisses n'ont rien ressenti de la guerre à leurs portes. Le Suisse,
cél., (aussi décédé, déjà) avait trouvé une grenade dans un champ en Suisse - il est allé l'apporter au MUSEE qu'il m'avait raconté.  Un avion
s'était aussi crashé chez eux sur les hauteurs, à l'époque de la guerre. Il m'avait montré l'emplacement. Je crois même qu'il y avait une inscription commémorative. Les
SUISSES sont plus intelligents que nous, une meilleure éthique humaine, acquise depuis Guillaume TELL.  Je n'ai pas été en SUISSE depuis 2002 -  hormis le TAMIFLU (Grippe H1N1) cherché à BASEL.ch - en FRANCE, ne m'en parlez pas ! ... 


 

Rensk 24/09/2013 00:06


Parce que tu crois que ton pays est un grand pays " tagueule " ???


Le notre est le seul au monde où le peuple a voté pour entrer dans l'ONU... Le votre ce sont les "achetés-vendus" qui vous ont fait entrer...


Tiens, de peur vous êtes même entré dans l'OTAN car vos bombes illégales ne vous sont utiles a rien du tout... Et en plus de cela vous ne pouvez plus vendre aux autre votre energie atomique ni
vos avions de guerre... cocoricooo

Franck - MLFB 23/09/2013 22:47



Lundi 23 septembre 2013




Les
laboratoires Merck-Serono priveraient les malades français pour alimenter leurs exportations vers la Chine




Incroyable mais vrai. Incroyablement monstrueux.


Le Levothyrox, médicament utilisé pour soigner l'hypothyroïdie, est en rupture de stock dans la plupart des pharmacies hexagonales... et Merck propose, pour le
remplacer, son équivalent italien, Eutirox... gratuitement pour essayer de se faire pardonner ! On attend l'avis des endocrinologues pour en savoir plus sur ce dernier produit. L'affaire est
grave.  


 


Le Levothyrox est indispensable à de très nombreux patients et les endocrinologues sont unanimes pour refuser les génériques, produits dans des pays en voie de
développement qui ne respectent pas les dosages extrêmement précis que nécessite le traitement de l'hypothyroïdie.


Or, contrairement à ce que voudraient nous faire croire le laboratoire et Rue 89 (qui joue un drôle de jeu de
désinformation en osant parler de psychose), ce n'est pas la hausse de la production mondiale qui a asséché les stocks des pharmaciens, c'est que Merck-Sorono aurait signé un énorme et
juteux contrat avec la Chine... le conduisant à envoyer dans ce pays tout son stock.


Voilà ce qui se passe en France, au nez et à la barbe du ministre de la Santé qui ne dit mot.


Encore une fonction régalienne de l'Etat qui disparaît au nom de l'ultra-libéralisme, au nom de la préférence étrangère.


Il me semblait normal jusqu'à présent que des parents donnent à manger à leurs enfants avant de donner le surplus à ceux des voisins au lieu de nourrir les
enfants des voisins et de laisser les leurs danser devant la chaise vide. 


Mais je ne dois pas être logique...


Qu'en dit  le ministre de la santé, Marisol Touraine,
quand elle aura fini d'expérimenter les salles de shoot ? Qu'en dit le
laboratoire Numéro vert pour les patients bénéficiant d'un traitement
alternatif à Lévothyrox®: 0 800 00 86 22


? ) A vous de les interroger et de bousculer un peu les journalistes de votre région sur le sujet...

tagueule 23/09/2013 21:47


on s’en tape de ton petit pays de m*rde
en cas de problèmes sérieux, on vous annexe vite fait
du con

Rensk 23/09/2013 21:37


Je vois que tu parle de mon pays sans rien savoir "Liberté"...


Les autres intervenant sont en train de t'expliquer les conséquances de votre "liberté" et "fraternité"...


Tu ne sais probablement pas le scandal des fichiers policier et les lois qui ont suivit, tu ne sais pas non plus que les policiers ont essayés de détourner la loi spécifique (pour eux) crée après
le scandal...


Les lois crées dans "l'urgences" en France oublient bien souvant votre constitution... basé sur les droits de l'homme... et c'est pourquoi autant de condanations de votre pays par le tribunal des
droits de l'homme.


N'allez pas me dire que c'est a cause des russes qui font partie de cette convention.


Je signale au passage que mon pays a aussi été condamné par les juges de ce tribunal... et ce que vous ne savez pas c'est qu'une juge Suisse a voté contre son propre pays (la loi c'est la loi !)


UE 27 (aujourd'hui 28) États, tribunal = 47 États

poLoq 23/09/2013 21:15


La surveillance n'est pas criticable ; elle a de nombreuses nécessités.
Ce qui dérange c'est les trop nombreux usages anormaux, comme par exemple, le bon job que j'ai perdu sans raison valable à cause des renseignements généraux. Des agents très collaboratifs avec le
chef du personnel de ma Sté américaine du cac40... ma copine avait sa carte au PC... mon père aussi !
Ce qui est alors bien pourri dans le système, c'est qu'il n'y a pas de rédemption possible, le marquage rouge reste à vie. Alors, contestataire un jour, contestataire catalogué toujours, inutile
de vouloir entrer dans le rang.

Franck - MLFB 23/09/2013 20:45


Ca fait quand meme la grosse difference entre les deux pays.....


En france (volontairement avec f et non pas F), on sous entend que toute action est forcement criminelle avant meme qu'elle soit faite, c'est pour cela que des lois sont crees dans ce sens. La
justice francaise a deja jugé des gens et incarcéré des gens AU MOTIF QU'ILS POURRAIENT AVOIR DES COMPORTEMENTS CRIMINELS OU FAIRE DES ACTES CRIMINELS "PAR PRECAUTION"...


 


C'est en cela que la france est un pays a justice a 2 vitesses et liberticides vis a vis d'une grande partie de son peuple...


 


Mais au bon moment, une seule cartouche suffira pour entamer le virage salutaire...

Liberté 23/09/2013 20:22


@Rensk

Tout site qui recolte et conseve les données personnelles de ses visiteurs ou inscrits doit se déclarer auprès de la CNIL et disposer d'un numérro d'enregistrement.
C'est ça l'esprit de la loi, en quoi cela est-il anti-democratique ou liberticide ?
La Suisse dispose du même type de loi, sans demande d'enregistrement c'est tout.

Rensk 23/09/2013 19:06


Le blog ont une obligation en France :


Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, le traitement de vos données personnelles fait l’objet d’une déclaration ordinaire auprès de la Commission Nationale de
l’Informatique et des Libertés (CNIL).


Cela n'existe pas dans d'autres pays démocratique...


Et quel culot de parler de "liberté" alors qu'il y a obligation !

Archives

Articles récents