Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Compte Suisse : L’agent du fisc croit Cahuzac coupable « à 99% »

Publié par wikistrike.com sur 7 Décembre 2012, 16:11pm

Catégories : #Politique intérieure

Compte Suisse : L’agent du fisc croit Cahuzac coupable « à 99% »

 

 

Rémy Garnier, qui a alerté sa hiérarchie sur l’actuel ministre du Budget, assure à Rue89 que « d’autres preuves » prouveront l’existence d’un compte en Suisse.

Jérôme Cahuzac, lors d’une conférence de presse, à Paris, le 1er octobre 2012 (WITT/SIPA)

Ce vendredi matin, au cabinet du ministre du Budget, on a lu Le Parisien-Aujourd’hui enFrance avec soulagement. Sous le titre « Je n’exclus pas l’innocence de Jérôme Cahuzac », Rémy Garnier, agent du fisc, auteur de la note qui avertissait sa hiérarchie que Cahuzac pouvait avoir détenu un compte en Suisse, se livre à ce qui ressemble à une défense du ministre.

Celui que ses collègues surnommaient « Columbo » se dit lassé et rappelle que sa note n’avait pu « ni confirmer ni infirmer l’information ».

Il assure au Parisien n’être « pas à l’origine des informations de Mediapart » et douter de l’existence d’un compte en Suisse ouvert par le ministre du Budget :

« Je n’exclus pas à 100% l’hypothèse de l’innocence de Jérôme Cahuzac. Si ce compte existe, le ministre aurait alors beaucoup à perdre. Je ressens un peu de compassion car cela m’attriste de voir un personnage aussi brillant malmené comme il l’est actuellement. »

C’est bizarre. Cela tranche avec la teneur de ses interventions précédentes. Nous passons donc un coup de fil à Rémy Garnier pour y voir clair. Il décroche immédiatement. « Depuis avant-hier matin, de 6h30 à 20 heures, je suis assailli par les journalistes. » Il semble épuisé.

L’agent du fisc évoque « d’autres preuves »

Le titre du Parisien l’étonne. « Faut pas voir ça comme ça. » Il reformule ce qu’il pense :

« Mon intime conviction est faite à 99% que les informations de Mediapart sont conformes à la vérité. »

Il évoque « des éléments accablants » et « d’autres preuves » de l’existence d’un compte en Suisse. « Tout ça sortira en son temps », promet-il. Rémy Garnier affirme avoir « la trace » de ces documents. Quelques minutes plus tard, il admet ne les avoir jamais vus mais assure :

« J’ai vu des gens faire état de ces faits de façon très sûre. »

Qui ? « Je ne peux pas le dire. » D’où pourraient sortir ces documents, alors ?

« Il y a plusieurs hypothèses. Notamment dans l’entourage du ministre. »

« Il n’y a rien de personnel »

Pendant quelques minutes, il s’énerve (« Jérôme Cahuzac est un imposteur, ce n’est pas un homme de gauche »), puis s’en excuse, et répète posément que son rapport n’était pas motivé par une vengeance personnelle.

En 1998, alors qu’il s’apprêtait à notifier un redressement fiscal à France Prune, coopérative lot-et-garonnaise, le député du coin, Jérôme Cahuzac, serait intervenu. Le redressement a finalement été annulé. Selon Garnier, c’est à cette époque-là qu’il a été mis au placard.

« Depuis, je suis en guerre contre l’administration fiscale, mais il n’y a rien de personnel. »

Rémy Garnier n’a eu « aucun contact avec Bercy » depuis le début de l’affaire.

« Ils savent que je ne suis pas une personne susceptible de plier sous une pression quelconque. »

 

 

Source : Rue89

Commenter cet article

Archives

Articles récents