Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Conduire nuirait aux ovaires, selon un dignitaire saoudien

Publié par wikistrike.com sur 29 Septembre 2013, 15:16pm

Catégories : #Social - Société

Conduire nuirait aux ovaires, selon un dignitaire saoudien


 

 

media_xll_6162788.jpgUn dignitaire conservateur en Arabie saoudite a affirmé que les femmes qui conduisaient risquaient d'avoir des enfants anormaux en raison de la pression que cette activité entraîne sur leurs ovaires, alors que des militantes se préparent à défier l'interdiction de conduire le 26 octobre.

 

"La médecine a étudié cette question (...) la conduite affecte les ovaires et pousse le bassin vers le haut", a déclaré cheikh Saleh Al-Luhaydan au site saoudien Sabq. "C'est pourquoi nous trouvons que la plupart des femmes qui conduisent des voitures de façon continue ont des enfants qui souffrent de troubles cliniques", a ajouté le religieux, membre du comité des ulémas et ancien président du conseil supérieur de la magistrature. 

Les propos du religieux, qui interviennent alors que des militantes ont appelé les femmes à prendre le volant le 26 octobre dans le royaume, seul pays au monde où les femmes n'ont pas le droit de conduire, ont provoqué une tempête de protestations et de commentaires ironiques sur les réseaux sociaux. 

"Imbéciles. L'homme a conquis l'espace et vous continuez à interdire à la femme de conduire", a affirmé un homme sur Twitter, alors qu'une Saoudienne se demandait "si le fait de monter à dos de chameau affecte également les ovaires". Cheikh Luhaydan a affirmé en outre que dans les autres pays arabes, 33% des femmes qui conduisent ont été à l'origine d'accidents, contre 9% seulement des hommes. 

Interdiction pour des raisons "morales et sociales"
Il a ajouté qu'il y avait clairement "dans le Coran et la sunna (tradition du prophète Mahomet) des preuves que la conduite des femmes est interdite pour des raisons morales et sociales". Les militantes à l'origine de la campagne du 26 octobre affirment que le fait de conduire ne contrevient pas à la charia, la loi islamique invoquée dans les milieux conservateurs partisans de cette interdiction. Elles ont mis en ligne une pétition pour réclamer l'autorisation de conduire, qui avait recueilli dimanche plus de 11.900 signatures. Mais le site a été bloqué dimanche matin dans le royaume, a affirmé à l'AFP Nassima al-Sada, l'une des militantes. 

L'Arabie saoudite, royaume ultra-conservateur, applique une version rigoriste de l'islam. Les femmes doivent sortir voilées et ne peuvent pas voyager sans être accompagnées d'un membre masculin de leur famille. Des militantes avaient lancé en juin 2011 une campagne pour braver l'interdiction de conduire. Depuis, plusieurs d'entre elles ont pris le volant et certaines ont été forcées par la police à signer un engagement à ne plus récidiver, selon des militantes. Le roi Abdallah, un prudent réformateur, a accordé le droit de vote aux femmes à partir des prochaines élections municipales en 2015.

 

Source

 

Les femmes se mobilisent pour prendre le volant

Des militantes saoudiennes viennent de lancer une campagne sur internet pour obtenir le droit de conduire pour les femmes. Le 26 octobre, elles appellent toutes les femmes du pays à braver l'interdiction.

Dessin en faveur de la campagne "femmes au volant" par Carlos Latuff (Licence CC)

 

Plus de deux ans après leur dernière tentative, des militantes saoudiennes viennent de lancer une nouvelle campagne sur Internet pour braver l’interdiction faite aux femmes de conduire dans le royaume ultraconservateur. Le mouvement, qui assure n’avoir aucun agenda politique ou "anti-islamique", appelle les Saoudiennes à prendre le volant le 26 octobre prochain. 

"L’islam et la loi en Arabie saoudite octroient la liberté de mouvement à tous les citoyens, peu importe leur sexe, peut-on lire sur le site Web de la campagne. Le roi Abdallah a par ailleurs déclaré que l’interdiction de prendre le volant ne trouve de justification que dans la tradition et les coutumes de la société saoudienne". "Tout comme les femmes des compagnons du prophète (Mohammad) se déplaçaient à dos de cheval et de chameau, il est de notre droit de conduire en utilisant les moyens de transport de notre ère moderne", poursuivent les militantes dans leur communiqué.

Lancé en début de semaine, le mouvement a reçu le soutien de plus de 9 700 personnes qui ont signé une pétition en ligne appelant le gouvernement saoudien à lever cette interdiction. La campagne invite également les femmes à apprendre à conduire une voiture et à soutenir le mouvement en publiant des photos et des vidéos d’elles-mêmes derrière le volant. 



Sur les réseaux sociaux, les réactions en faveur de ce mouvement se sont multipliées. "Ceux qui m’empêchent de conduire une voiture sont obligés de payer les frais de mon chauffeur", écrit @_MahaG sur Twitter. "Selon leur logique, une femme est incapable de conduire une voiture à 30 ans, mais peut très bien se marier et avoir des enfants à 12 ans", lance de son côté @FawazAhmed7. "Un pays ne pourra jamais évoluer si la moitié de sa population est incapable d’évoluer. Renforcez les droits des femmes !" renchérit @MMasihuddin. 

L’Arabie saoudite est le seul pays au monde où les femmes n’ont pas le droit de conduire, mais elles prennent souvent le volant dans les régions désertiques éloignées de la capitale. Un groupe de militantes avait lancé en 2011 une campagne pour braver l’interdiction de conduire dans le royaume. Une quarantaine de femmes avaient répondu à leur appel le 17 juin. L’icône de cette campagne était Manal al-Charif, une informaticienne de 32 ans libérée le 30 mai après deux semaines de détention pour avoir mis sur YouTube une vidéo la montrant au volant. Plusieurs femmes qui avaient pris le volant par la suite avaient été brièvement interpellées.

 La princesse Amira Tawil avait fait état en février 2009 dans un entretien au journal saoudien al-Watan de sa frustration en raison de l’interdiction de conduire en Arabie saoudite, affirmant qu’elle était prête à prendre le volant aussitôt que le gouvernement l’autoriserait. Son époux s’est à plusieurs reprises prononcé en faveur de plus de libertés pour les femmes dans le royaume ultraconservateur.
Source
Commenter cet article

Arlette 06/10/2013 01:54


Parlons-en :   http://www.monde-diplomatique.fr/2013/01/LERER/48585 


Commentaire n°2 posté par Pascho le 30/09/2013 à 00h19

Damstounet 30/09/2013 06:17


Les prémisses du féminisme dans les pays arabes.


Les arguments de ce cheikh me font penser à ceux favorables à l'interdiction des mini-miss en France. Dans les deux cas, on prend prétexte de la santé, du bien-être, de
l'intérêt ici des femmes, ici des jeunes filles pour limiter leur liberté individuelle, leur intégration sociale et plus globalement leurs droits.


Selon cette vision des choses, la place d'une femme ou d'un enfant est à la maison. Ni l'un ni l'autre ne doivent s'en échapper. Une femme doit rester une femme et un enfant un enfant car,
c'est bien connu, les capacités d'une femme sont inférieures à celles d'un homme tout autant que celles d'un enfant par rapport à un adulte, ce qui une raison amplement
suffisante pour limiter les droits de l'inférieur vis-à-vis du supérieur car il faut bien le protéger, n'est-ce pas ?


Alors forcément accorder les mêmes droits aux femmes qu'aux hommes et les mêmes droits aux enfants qu'aux adultes, c'est bouleverser l'ordre établi et cela est proprement insupportable pour les
conservateurs de tous bords car immanquablement, cela ne fera que faciliter l'émancipation des femmes vis-à-vis des hommes et des enfants vis-à-vis des adultes...

Pascho 30/09/2013 00:19


Parlons-en :http://www.monde-diplomatique.fr/2013/01/LERER/48585

abou muhammad 29/09/2013 20:37


ce savant n'est pas salih bnou muhammad al luhaydan qui fait parti du comité permanent des lois juridiques d'arabie saoudie mais salih bnou sa'id al luhaydan, un homme psykologue qui fait parti
d'association.veuillez rectifiez l'erreur svp, et verifié vos sources avant de propager des mensones envers les savants. de toute façon pour une personne conaissant shaykh salih bnou muhammad al
luhaydan et ses mises en garde contres les associations qui sont des innovations dans l'islam, il aurait décelé l'erreur.allez voir sur reuters il y a une note sur leur site


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

Rensk 29/09/2013 17:26


Vous avez trouvé un article plus "étoffé" (que mon commetaire plus bas dans un autre article)... Mais j'aime bien ceci :


La Burka entre les jambes gêne l'enfentement

JBL1960 29/09/2013 17:19


Encore un qui pense avec sa teub !

Archives

Articles récents