Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Construction des pyramides : vers la fin du mystère ?

Publié par wikistrike.com sur 11 Janvier 2014, 10:18am

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

Construction des pyramides : vers la fin du mystère ?

La première pyramide est une pyramide à degrés. Elle fut construite par Djoser à Saqqarah :

01

La seconde pyramide est aussi une pyramide à degrés. Elle fut construite par Houni à Meïdoum (elle finira par s'effondrer partiellement) :

02.jpg

Peu après, cette même pyramide fut agrandie et transformée en pyramide lisse par Snefrou.

Toutes les pyramides suivantes seront des pyramides lisses. Il semble qu'elles ont toutes en commun, de la plus petite à la plus grande, une structure interne qui évoque une pyramide à degrés. 

Ci-dessous, la pyramide initialement lisse de Neferirkaré Kakai à Abousir :

04.jpg

En accord avec l'évolution architecturale ainsi qu'avec des constatations archéologiques indiscutables, mon hypothèse consiste donc à construire une pyramide à degrés puis à transformer cette structure initiale en pyramide lisse :

 

03

Ci-dessus, la construction de la pyramide interne à degrés, grâce à l'utilisation de rampes latérales en pierres, vient de s'achever. La transformation de cette structure initiale en pyramide lisse se fera ensuite par simple déplacement d'une partie des pierres des rampes. Le concept est aussi simple que cela.

 Cette hypothèse concerne toutes les pyramides construites en pierres au cours de l'Ancien Empire, les petites comme les grandes. Elle n'est donc pas une énième hypothèse de construction de la pyramide de Khéops, bien que celle-ci soit aussi concernée.

 Le développement complet de mon hypothèse, sous la forme d'un document pdf de 13 pages abondamment illustré, est consultable à l'adresse ci-dessous (si une fenêtre "Facebook" apparaît, vous pouvez la refermer) :

https://www.academia.edu/4835025/UNE_NOUVELLE_HYPOTHESE_DE_CONSTRUCTION_DES_PYRAMIDES_DE_LANCIEN_EMPIRE

Merci de l'intérêt que vous porterez à cette étude. Elle est le fruit de quarante années de réflexion. Finalisée depuis plus de trois, elle sombre injustement dans la plus totale indifférence depuis tout ce temps.

En pages 6 (pour le texte) et 7 (pour l'illustration) de mon document, j’explique que des blocs de revêtement devront être insérés sous un rang de revêtement qui a été posé précédemment au cours de l'aménagement du degré supérieur. Cela parait incohérent, voir inconcevable, mais, au sommet de la pyramide de Khéphren, on observe une caractéristique qui répond parfaitement à mes attentes. Il s'agit d'un bloc de revêtement biseauté qu'on peut insérer entre deux autres blocs à la façon d’un bouchon ….

Certes, cette singularité n'est pas suffisante pour valider la totalité de mon hypothèse mais si elle n’avait pas été mise en évidence, mon hypothèse aurait été instantanément invalidée.

 

C'est donc particulièrement encourageant.

 

verif_2.jpg


Source

Commenter cet article

OTOOSAN 25/01/2014 13:16


A bnien regarder, il me semble déceler une différence dans la qualité du matériau, il y a beaucoup de bulles vers le haut non ??? Un bloc coulé non damé ???

OTOOSAN 25/01/2014 13:13


@Michel MICHEL : Jolie photo, (site de jppetit ?) je ne suis pas convaincu par la ligne rouge (lol) Les Egyptiens montaient les pierres avec du liants ???? de plus, ce dernier aurait la même
couleur que la pierre ? ,,,alors qu'ils montaient des parties internes avec du residus, il sauraient faire un liant à partir du calcaire des blocs ( à priori) et n'auraient pas eu l'idée de
faire des blocs ????? je suis pas certain que ça manque pas un peu de logique tout cela...)


 

Michel MICHEL 24/01/2014 18:25


@ OTOOSAN,
à propos des bossages:


Les bossages des murs cyclopéens des andes (et autres) évoquent, effectivement, ceux des blocs de granite de la pyramide de mykhérinos. On observe néanmoins une légère différences: Les bossages
des andes possèdent une partie plate au-dessous alors que chez mykhèrinos elle est plutôt sur la face avant, ce qui ne favorise pas la mise en place de cordages ou l'usage de leviers.


Il y a peut-être une autre explication (pour l’Égypte). En effet, si ces bossages étaient destinés à faciliter la manipulation des blocs, on devrait en trouver également sur la quasi totalité des
blocs en calcaire. Or, ce n'est pas le cas, cette caractéristique semble exclusivement réservé au granite.


Ça pourrait s'expliquer ainsi:


Les blocs de granite seraient d'abord débités en barres plus ou moins longues, à la façon des obélisques, en faisant en sorte de conserver des "quilles" verticales qui les relient provisoirement
à la roche mère. Les quilles seraient ensuite brisées pour séparer les barres de la roche. Enfin, les barres seraient tronçonnées par insertion de coins. Ces bossages pourraient donc être les
restes des quilles provisoires, un procédé intimement lié au mode d'extraction du granite.

Michel MICHEL 24/01/2014 17:53





Le bloc ci-dessus fait partie de ceux que Mr Davidovits classe dans la cathégorie des blocs moulés. Mais à y regarder de plus près, on peut émettre quelques réserves:


L'image ci-dessus est une animation. Observez attentivement la base du bloc, là où une ligne rouge apparaît ponctuellement. Bloc moulé ou bloc scellé sur une couche de mortier de nivellement ?

OTOOSAN 24/01/2014 17:14


@ Michel MICHEL : J'oubliais,... n'ayez crainte, je ne me formalise pas, c'est une discussion amicale de passionnés, je voulais juste expliquer que pour moi l'usage de "cales et leviers" n'était
pas une extrapolation puisque utilisée personnellement, en cas pratique. Je reste convaincu d'ailleurs que le système a été utilisé avec profit dans le passé. (Exemple Corral
castle) ...

OTOOSAN 24/01/2014 17:08


@Michel MICHEL : a/s des blocs moulés : Je n'ai pas malheureusement de photos dispo actuellement, (j'ai beaucoup de documentation stockée dans des cartons au grenier par manque de place)je vous
renvoie aux articles illustrés de la revue  "sciences et vie" relatifs au sujet (archives accessibles par le web parait il) ainsi qu'aux 2 livres de DAVIDOVITS. Son blog est tenu à
jour, il est possible d'y trouver d'autres travaux scientifiques (récents)que ceux cités en références ci-dessous.  


En ce qui concerne la photo web de la pyramide de Mykherinos, ce que je veux signaler, c'est la présence de bossages de manutention visibles sur certains des blocs, en particulier l'un des blocs
où les bossages ont commencé à être martelés. Je ne parle pas du surplus du matériau (qui sera surfacé par martelage) mais des petits bossages (sur ce surplus) similaires à ceux des
murs andins (en principe deux par pierres). Ces bossages signifient  que l'on a employé une corde pour positionner le blocs en question. 

Michel MICHEL 24/01/2014 16:54


@ OTOOSAN


En
complément, pour vous convaincre que je ne suis pas farouchement opposé au système de levage que vous préconisez, en page 7 de mon article on peut lire: "Enfin, le pyramidion pourrait être
soulevé verticalement, uniquement sur les 14,5 derniers mètres, en utilisant des leviers et des calages successifs. La construction serait alors terminée." . Ce procédé ne doit pas être très
éloigné du vôtre.

Michel MICHEL 24/01/2014 11:01


@ OTOOSAN


- "Cale et leviers : ...extrapolation hasardeuse... " Ne vous formalisez pas, je veux simplement dire que je ne souhaite pas trancher pour
aucune des méthodes connues qui permettent de soulever des blocs de pierres et encore moins inventer un procédé de levage quelconque (extrapolation hasardeuse). Cela n'a donc aucun rapport avec
l'idée que vous suggérez.


- "Un rampe telle que vous préconisez OK, mais la traction , par action /réaction fait que
le sol de cette rampe doit être relativement tenace (...)" Mes
calculs d'effectifs reposent sur un effort individuel horizontal de 12 kg et sur une surface au sol de 0,75 m2 par haleur. Par action / réaction, les contraintes subies par le sol des rampes est
donc de 12 kg / 0,75 m2 (ou 15 kg / m2). Tout cela me semble raisonnable.


- "La surface au sol est je crois voisine de cinq hectares, ça laisse de la place pour le
stockage." Selon votre méthode, tous les blocs devront être
soulevés simultanément à la verticale de leur zone de destination. Ce n'est donc pas la surface de base qui compte (5,3 ha) mais la surface de la zone de destination. A 48 m (hauteur de pose des
9 premiers linteaux), elle est de 2,4 ha. Cette surface devra donc est suffisante pour accueillir 43 linteaux et 44 chevrons (2 couches). Cela correspond à 273 m2 par bloc (un carré de 16,5 m de
côté). Pour des blocs dont les dimensions minimum sont 1,2 m x 6 m, c'est évidemment possible mais ce n'est pas trés confortable. C'est bien plus simple d'utiliser les rampes.


- "(...) les égyptiens en gens pratiques ont pu utiliser plusieurs systèmes
(...)" Je suis d'accord comme en témoigne mon
article.


- "La visée par les angles est (quasi)impossible car le point visé, vers le haut n'existe
pas tant que le pyramidion n'est pas en place !" Pour le
ravalement final, je suis d'accord. Il faut néanmoins que la construction progresse sur de bonnes bases et là, je ne vois pas d'autre moyen que de se référer aux arêtes.


- "Blocs moulés : C'est iconoclaste mais incontournable, certains blocs sont totalement
impossibles à tailler par la complexité des surfaces de contacts." Auriez-vous une photo ?


- "J attire votre attention sur les photo google de la pyramide de Mykherinos
(..)" J'avoue que le ravalement inachevé de cette pyramide est difficile à
interpréter. Il semblerait que les égyptiens se soient contentés de surfacer le revêtement autours de l'entrée. 


Cordialement


Michel



OTOOSAN 22/01/2014 16:02


@michelmichel : J attire votre attention sur les photo google de la pyramide de Mykherinos, en particulier celles qui montrent  le parement en granit non terminé. Sur certaines d'entre elles
des bossages de manipulation sont toujours visibles : Techniques de soulèvement nécessitant une corde, technique  identique que pour  les murs andins.  Certains bossages sont en
cours de martelage pour les faires disparaitre. Le polissage se fait verticalement pour favoriser la visée entre le pyramidion et la base : seule technique assurant la régularité du batiment.

OTOOSAN 22/01/2014 13:08


@michel Michel :


Cale et leviers : ...extrapolation hasardeuse... J'ai fait un mur de soutènement avec des blocs de béton d'environ 100 à 130 kg sur une hauteur d'environ 2 mètres sur 10 mètres de long, tout seul
comme un grand. Je me voyais pas faire une rampe, même en pierre pour monter ces blocs !. Ces blocs ont dont été montés à la verticale a l'aide de morceau de (récup) de bastaings pour cale
posées près du centre de gravité. Une première levée avec un levier, ensuite il suffit de cumuler les cales avec une lègére pression alternée de part et d'autre du bloc. Et ça monte relativement
vite, ensuite faut "ripper" la pierre avec le levier pour la mise en place. Par la suite j'ai doublé ce mur avec des pierres sèches : ça bouge plus ! Il existe dans youtube un films relatif au
fumeux "corral castle" où l'on voit un américain hisser de très gros blocs (plusieurs tonnes), seul avec un système similaire au mien.


Un rampe telle que vous préconisez OK, mais la traction , par action /réaction fait que le sol de cette rampe doit être relativement tenace pour ne pas se barrer au passage des ouvriers, puisque
la force nécessaire à la traction passe par l'appui des plantes de pieds des ouvriers. En l'occurrence les plus gros blocs de granit, je les voit mal logiquement être tractés alors qu'ils
pouvaient être hissés à mesure de l'avancée des grandins. La surface au sol est je crois voisine de cinq hectares, ça laisse de la place pour le stockage. Ne pas oublier qu'une seule rampe c'est
un seul accès au chantier même sur 13 m, vu le nombre de blocs, je suis pas certain qu'une rampe suffise.


Les tailleurs ne sortaient pas les obélisques de leurs gangues avec des rampes mais avec des cales !


 


En résumé, vu les différents paramètres, VU LES OUTILS TROUVES je suis convaincu que les égyptiens en gens pratiques ont pu utiliser plusieurs systèmes, comme ça tout le monde est d'accord.
Il est évident que votre approche est séduisante dans la mesure où elle correspond au témoignage d' Hérodote. L'aspect définitif de l'ouvrage débute par le haut. Mais elle n'implique pas qu'une
seule technique soit utilisée.


Blocs moulés : C'est iconoclaste mais incontournable, certains blocs sont totalement impossibles à tailler par la complexité des surfaces de contacts.


 


La visée par les angles est (quasi)impossible car le point visé, vers le haut n'existe pas tant que le pyramidion n'est pas en place !  C'est faisable sur un dessin pas dans le réel...


Berceaux oscillants : Pont aux anes des archéologues : Voir impérativement le site constructiondepyramlide.fr L'objet ne résisterait pas à l'usage d'ascenseur oscillant !


Il en est de même des champignons de granit . Plutot que de supputer sur des cabestans, renvois de cordes compliqués etc... il faut intégrer ces outils dans toute démarche intellectuelle sur ce
sujet.


 


 

Michel MICHEL 21/01/2014 12:48


Petit rectificatif: C'est la mise en place complète d'un plafond (environ 9 linteaux) qui ne devrait pas exéder une semaine.

Michel MICHEL 21/01/2014 10:58


@ OTOOSAN 


Le hissage des linteaux en granite que vous préconisez m'inspire ces
quelques réflexions complémentaires. Elle implique que la totalité des linteaux soient disponibles dés le début du chantier. Or ils sont au nombre de 43 et proviennent d'Assouan qui est située à
950 km du chantier. Les délais de fabrication et d'acheminement par bateaux me semblent incompatibles avec un approvisionnement complet dés le début du chantier. Par ailleurs, ils devraient être
tous hissés simultanément (ainsi que les 22, 44 ou 66 chevrons qui coiffent la chambre du roi) ce qui risque de poser un énorme problème d'encombrement.


Avec la méthode que je préconise, le délai d'acheminement des matériaux
peut avoisiner une quinzaine d'années. Le hissage d'un bloc jusqu'à sa destination finale ne devrait pas excéder une demi-journée et la prise en charge de chaque blocs pourrait s'effectuer à
intervales d'une heure environ. Ainsi, l'acheminement complet des linteaux jusqu'à leurs emplacement définitifs ne devrait pas excéder une semaine.

Michel MICHEL 19/01/2014 20:23


@ OTOOSAN  


Pour commencer, je vous remercie  pour vos compliments. Je les apprécie d'autant plus que je n'en ai encore reçu
aucun.


Les question techniques:


- Les blocs de granite: Je privilégie l'usage des rampes pour les raisons suivantes: Elles sont suffisamment larges
(env. 13 m) pour accueillir ces linteaux (env. 6m). Elles ont une superficie suffisantes pour accueillir environ 2400 haleurs pour les tracter avec un effort horizontal individuel d'environ 12
kg. Si les haleurs se déplacent à une vitesse d'environ 1 km/h, il ne faut que 5 mn pour éléver chacun des ces blocs par tranche de 8,5 m. C'est donc extrêmement rapide, efficace et sécurisant.
Je n'utilise pas de poyens sophistiqués puisqu'ils transitent par les rampes comme tous les autres.


- Les blocs moulés: désolé, mais je ne peut pas me résoudre à admettre ça.


J'espère n'avoir rien oublié.





- Les cales et leviers. Je suisparfaitement  d'accord avec vous. En fait, je ne néglige aucun moyen simple qui
permet l'élévation des blocs. Simplement, je préfère éviter de me lancer dans des extrapolations hasardeuses.


- La visée: L'alignement des arêtes est impérative tout au long du processus de construction pour éviter d'être
confronté à un proplème de vrillage. Une visée vers le pyramidion ne serait possible que vers la fin des travaux et ce serait trop tard. 


- Les berceaux oscillant ont été retrouvé à Deir El Bahari dans un dépot de fondation. Ils datent de la 18° dynastie
, plus d'un millénaire après la construction des pyramides de Gizeh et ils sont de petite taille. Pour être franc, ils ne m'intéressent pas en tant que procédé de construction.


- Le champignons de granite: Je crois savoir de quoi vous parlez mais je n'ai pas d'explication.





 

OTOOSAN 19/01/2014 13:58


@Michel MICHEL :J'ai pris connaissance de vos travaux. C'est une excellente approche qui doit être identique ou vraiment voisine de la véritable technique utilisée par les bâtisseurs
des grandes pyramides. Elle a le mérite d'être conforme avec Hérodote, dans le sens où les pyramides étaient "construites à partir du haut"...


Je note toutefois des points qui pourraient faire l'objet d'une reflexion supplémentaire :


1/ Les blocs de granit :


Pourquoi imaginer des techniques sophistiquées pour charger ces blocs à leurs hauteurs d'utilisation. Logiquement l'architecte du bâtiment ne travaille par au jour le jour, (même si des
changements en cours de chantier ont été notés) je veux dire que l'utilisation de ces blocs a été prévue dès la conception de l'ouvrage. Comment les utiliser sans les élever par des rampes ? ,
ben en les positionnant au sol dès le premier niveau puis les monter à mesure par calage et leviers à chaque niveau posés, jusqu'au niveau d'utilisation, comme la marée monte le bateau. C'est le
moyen le plus simple de monter ces monolithes sans rampes, pyramidion compris. C'est rapide, très simple et vraiment efficace. (J'ai expérimenté cette méthode pour mon compte en superposant
plusieurs niveaux de blocs de béton d'environ 100kg tout seul !)


2/L'utilisation de pierres coulées : Voir post précédents. Les résultats déterminés par des pros de l'analyse des roches sont formels, certains blocs sont coulés, c'est même plus une
hypothèse. La logique même parle pour ce moyen : Certains blocs sont impossibles à tailler et mettre en place sans coulage(face convexes concaves). Je ne parle pas des blocs communs vus sur les
flancs de la pyramide, je connais la technique de coupe et la présence de la fine couche d'argile qui permet d'extraire facilement ces blocs. Je pense que seuls certains endroits, en particuliers
les blocs hauts (plus petis d'ailleurs) sont en blocs coulés. ce n'est pas incompatible avec votre théorie.


2/ Chèvres et machines de levage...Le moyen utilisé est uniquement la cale et le levier, c'est à dire la technique qui est utilisée pour sortir les obélisques de leur gangue de carrière. Le plus
dur est de synchroniser les ouvriers !


3/ Je ne suis pas certains qu'il soit réellement possible de faire une visée à partir des angles du bas des pyramides, Sur un plan informatisé ca va tout seul , dans la réalité, sur le terrain,
c'est moins évident.la meilleure manière possible est une visée de vérification à l'aide du pyramidion.


 


4/De manière générale, comment utilisez vous les outils trouvés par les archéologues sur place ? (les fameux "berceaux oscillants", les "champignons de granits"...etc)...


Mes quatre remarques ne sont pas vraiment des critiques, mais des points de reflexion, vous exprimez une des meilleures théories en la matière (Je suis le sujet depuis milieu des années 70),
j'espère qu'elle accèdera à une reconnaissance officielle...

OTOOSAN 14/01/2014 17:55


@ Michel MICHEL


Je prendrais connaissance de vos travaux ce week end.


Lorsqu' il est question de pblocs moulés, je précise que personne ne parle de mortier ou de stuc, éléments parfaitement connus des Egyptiens et impropre au coulage de blocs !.


 


"...tout moulage laisse des traces de coffrage..."   Pas du tout, pour ma part j'utilise des tôles ou des toiles plastiques pour protéger mes planches  : pas de traces, d'autres
parts une planche brute réutilisée est saturée par le béton : plus de traces...


 


Dire qu'il n'y a pas de traces d'utilisation de  coffrage c'est méconnaitre le dossier. Outre certain bloc totalement impossible à mettre en place physiquement (multiples faces convexes
et concaves-dont l'intérêt d'un tel travail ne saute pas aux yeux-), il existe bel et bien des blocs présentant des rainures destinées à faciliter le coffrage, je vous rappelle que certains blocs
présentent des différences de densité visibles à l'oeil nu (blocs non compactés), ensuite un coffrage réalisé sur place n'est pas un gage de régularité ni de standardisation, je dirais même
plutot l'inverse...


 


Outre mes remarques consignées sur les précédents posts, je terminerais en rappelant pour les lecteurs que Davidovits a reproduit à l'échelle  les blocs selon sa technique, ça marche et ça
correspond à la chimie d'une partie des blocs utilisés.


 


Effectivement, les pyramides ont été contruites à l'origine sous forme de gradins, puis lissées par la suite, pour mettre en relief le retrait de l'a pothème, il vallait mieux qu'elle soit lisse
d'ailleurs...c'est un cheminement qui me parait des plus logiques...

Laurent Franssen 14/01/2014 15:44


Michel tu a bien vu qu'on pouvait mouler par ondes sonores un susbtrat lèger,
Une relation oxygénante dans la composition pourrait entraîner une prise de masse à la solidification.

Fait quand même attention à qui tu demande si tu dis que ce que tu veux c'est du calcaire,
on risque de te poser 2-3 question ,
ou bien tu va te retrouver avec un fournisseur US. 

Michel MICHEL 14/01/2014 15:36


@ OTOOSAN


La composition physique et chimique que vous évoquez est celle des mortiers que les
anciens Egyptiens ont abondamment utilisé pour colmater, niveler, sceller etc. Ces mortiers étaient faits à partirs des débris recueillis  dans les carrières et mélangés à de la chaux. Ces
débris sont constitués de calcaire pulvérisé, de débris plus ou moins gros mais aussi de tout ce qui pouvait traîner alentour (reliefs de nourriture, paquet de clope et gourmette du carrier :-)
etc )


Par ailleurs, tout moulage laisse des traces telles que celles des veines ou des
assemblages des  bois de coffrage. Enfin les pièces moulées ont une forme standardisée et des pourtours nets.  Mais on ne trouve aucune trace de tout cela sur les pyramides.


Comme je le sisais précédemment, ce n'est pas cette hypothèse qui risque de perturber mon
sommeil.

OTOOSAN 14/01/2014 10:16


Je crains que l'on ait dépassé la simple thèse dans la mesure ou l'on établit que la composition chimique et physique des pierres n'est pas la même, et de loin, à celle des carrières d'où elle
est tirée !

Laurent Franssen 13/01/2014 17:58


C'est fort dommage oui.

Michel MICHEL 13/01/2014 16:35


@ OTOOSAN Je ne doute pas que l'auteur de cette hypothèse ait de solide arguments. Une chose est certaine, s'il est une théorie qui ne risque pas de perturber mon sommeil, c'est bien celle-ci. Le


  démantèlement des pyramides de Gizeh a débuté en 995 sur les ordre d'Aziz Othman Ben Youssef (le fils de Saladin) et durera plusieurs siècles. Mais avant cela, la pyramide de Djedefré
(fils de


  Khéops)à Abou Roach fut entièrement détruite à l'époque de l'occupation romaine (pas de date précise).

OTOOSAN 13/01/2014 11:18


@Laurent frassen : Dommage seulement qu'un crétin ait fait détruire le revêtement gravé d'informations pour en faire du crépi à mosquée...

OTOOSAN 13/01/2014 11:16


@michel MICHEL : Les blocs coulés pour les assises hautes : pas besoin de monter des blocs entiers. Thèse confirmée en 2006 par les travaux des physiciens Michel BARSOUM et Gilles Hug, lesquels
ont repris la thèses DAVIDOVITS (Docteur en Chimie) datant des années 1970, lui même confirmant des infos plus anciennes ... Les rampes "légères" pour monter et descendre les ouvriers avec leurs
charges personnelles de béton..;


"...Quiconque voit une pyramide..." ho le bel argument !  Justement lorsqu'on voit des blocs avec des surfaces convexes et concaves s'encastrer d'une manière incroyablement précise ,
ben faut pas sortir de Saint Cyr pour voir qu'il est impossible de tailler un tel bloc ! (Je sais de quoi je parle depuis 25 ans je travaille la pierre à l'ancienne - à la
boucharde-) Il n'a jamais été question que TOUTES les pierres soient coulées , bien entendu, je pense même que la majorité des pyramides est constituée de blocs massifs naturels....


Le montage des blocs massifs le plus facile est le balancement par cales près du point de gravité du bloc, visible dans you tube. J'ai personnellement utilisé ce système pour entasser des
(gros)blocs de béton ça fonctionne nickel. Que ce soit pour leurs mathématiques ou leur physique les Egyptiens (de l'époque) ont toujours eu un féroce sens pratique, ce système autorise 
plusieurs accès au chantier en même temps...


Je n'ai pas dis qu'il y avait de la physique extravagante dans VOTRE approche...

Laurent Franssen 13/01/2014 09:47


L'important c'est qu'elles soient toujours là ;
ça me rassure , c'est bien la planète que j'ai toujours connu :-) 

Michel MICHEL 12/01/2014 22:50


@ Laurent Franssen


Il s'git bien de pente à 7 %. Vous devriez facilement retrouver l'info. Cela dit, ça ne
changerait pas grand chose (entre 1 et 2 hommes sur 40.

Laurent Franssen 12/01/2014 13:54


De mémoire la pente maximale utilisée dans les modèles est de 6%.

Michel MICHEL 12/01/2014 11:44


@ OTOOSAN


Qiconque voit une pyramide de près considérera obligatoirement que l'utilisation de blocs
moulés est une totale aberration. Quant à utilser des structures légères pour hisser des blocs pesants, j'y vois une certaine incohérence.


Je ne vois aucune physique extravagante ou parapsychologique dans mon hypothèse.

OTOOSAN 12/01/2014 11:23


cf constructiondepyramides.fr de jean Kuzniar. Si rampes il y a, c'est pour monter et descendre les ouvriers, seulement, d'où une construction légère, les matériaux sont montés par cales et
balancements : pas de physique extravagante ou parapsychologique !  L'utilisation de blocs moulés pour les couches supérieures autorisent une vitesse d'exécution  relativement rapide.

Michel MICHEL 12/01/2014 10:55


Rectificatif: Il ne faudrait que 4 à 6 fois plus de personnel que ce qui est suggéré dans la vidéo et le commentaire (désolé, pour une fausse manoeuvre).

Michel MICHEL 12/01/2014 10:50


Petit rectificatif à mon message ci-dessous (coeff glace = 0.01):


Il faudrait seulement 4 à 6 fois plus de personnel que ce qui est suggéré dans la vidéo et le commentaire. Mais ça ne change rien au problème.

Michel MICHEL 12/01/2014 10:23


@ WikiStrike: Merci pour le partage


Info: Il semble que mes images n'apparaissent plus.


@ Laurent Franssen


Sérieux et rigueur de Jean-Pierre Houdin, c'est en effet ce qu'on peut espèrer des
références des intervenants: Jean-Pierre Houdin en sa qualité d'architecte et Dassault Systèmes pour son impressionnante technologie. Mai si on gratte un peu ....


Les videos nous montrent une dizaine d'hommes qui tractent avec une apparente facilité une
charge de deux tonnes sur une pente à 7 % (confirmé par le commentaire). Nous les voyons aussi manoeuvrer sur une plateforme d'angle dont la surface est tout juste suffisante pour accueillir cet
équipage de dix hommes.


En fait, pour que la réalité soit conforme à cette fiction, il faudrait que le traîneau
glisse sur de la glace (frottement de 0.02) ou que les hommes soient forts comme des percherons.


Selon que les rails sont savonnés (frottement 0.16) ou mouillés (frottement 0.25), il
faudrait en réalité 8 à 12 fois plus de personnel pour procéder à ces manoeuvres. Dans ce cas, les plateformes d'angles seraint bien trops exigues pour accueillir jun minimum de 80 hommes et
c'est l'ensemble de l'hypothèse qui vascille. 

Laurent Franssen 11/01/2014 15:04


J'ai été convaincu par la démonstration, et surtout le sérieux et la rigueur , de Monsieur Jean-Pierre Houdin 
en ce qui concerne la réalisation humaine de la Pyramide de Khéops. 

Loren 11/01/2014 14:01


Aucun rapport avec les pyramides ami quenellier, mais merci tout de même pour l'info.

Antoine 11/01/2014 11:28


Voici "LA Haine", "LE Racisme", "L'Ignoble"... !!!


http://youtu.be/B6TW7iKqZwc


Crachez, Crachez sur votre écran, vous en avez le Droit (LE DEVOIR,
L'OBLIGATION !!!), CRACHEZ sur cette face de Rat, cet Ignoble Déchet Humain !!!


Attention, On VOUS Surveille !!!


Crachez... Si vous ne Crachez pas vous serez emmenés en Camp de Concentration /
Rééducation où Bernard Henry Lévy, Alain Finkielkraut, Roger Cuikerman..., viendront s'occuper de VOTRE cas pour Vous rééduquer à l'Humour ("Liberté d'expression totale... MAIS
DANS CERTAINES LIMITES... !!!")


http://www.egaliteetreconciliation.fr/Plantu-defend-la-liberte-d-expression-de-l-artiste-Dieudonne-22574.html

Archives

Articles récents