Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Coup d'Etat en Chine: Pekin ferme les sites qui diffusent des rumeurs

Publié par wikistrike.com sur 1 Avril 2012, 13:36pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

Coup d'Etat en Chine: Pekin ferme les sites qui diffusent des rumeurs

1934077_photo-1333285578239-1-0_640x280.jpgPékin a fermé des sites et arrêté des personnes accusées d'avoir «diffusé des rumeurs politiques». 1000 suspects ont interpellés depuis mi-février.

Certaines «rumeurs» n'amusent pas du tout les dirigeants du Parti communistechinois. Pékin a lancé hier une opération de contrôle et de répression de l'Internet d'une ampleur inédite, pour stopper les discussions sur un éventuel coup d'État. Le coup de knout de la censure vise les principaux sites de micro-blogging chinois. Mais d'autres sites Internet ont aussi été fermés et des internautes arrêtés.

La mesure la plus spectaculaire - et la plus impopulaire sans doute - concerne la suspension des commentaires sur les deux principaux services de microblogs chinois, Weibo et QQ, depuis samedi. Officiellement afin de lutter contre les «rumeurs nuisibles». Ces dernières «ont eu des mauvaises répercussions sociales», a ainsi justifié Tencent, qui opère QQ. «Il est nécessaire de procéder à un nettoyage». Sina, qui possède Weibo - le Twitter chinois, N°1 dans le pays avec 300 millions de comptes ouverts -, a lui sobrement expliqué que la mesure serait en vigueur jusqu'au 3 avril. Pour cause de Fête des Morts, les Chinois sont en vacances jusqu'à mercredi, et les autorités craignent apparemment que les internautes n'utilisent leur temps libre à spéculer derrière leur clavier…

Par ailleurs, au moins 16 sites Internet ont été fermés. Et six personnes ont été arrêtées, accusées d'avoir «fabriqué et propagé des fausses rumeurs en ligne» selon l'agence Chine Nouvelle. Citant un porte-parole du Bureau d'État de l'Information sur Internet (BEII), l'agence officielle précise que ces rumeurs affirmaient que des «véhicules militaires étaient entrés dans Pékin» et que «quelque chose ne tournait pas rond» dans la capitale. Des rumeurs de coup d'État se sont répandues sur internet, après le limogeage le 15 mars de Bo Xilai, patron du Parti communiste de Chongqing et prétendant au pouvoir suprême. Des rumeurs sans doute bien fantaisistes, mais attestant de la tension, après la tempête politique déclenchée par cette affaire. Pékin tente visiblement de calmer le jeu et les esprits.

«Mesures impopulaires»

Ce week-end, malgré la censure, les internautes faisaient savoir leur colère. Weibo est en effet devenu le principal moyen d'expression de l'opinion publique en Chine, jouant un rôle social considérable. Et les internautes, déjà privés de Twitter, Facebook ou Youtube, interdits depuis 2009, y sont très attachés. «C'est la plus lourde campagne de répression d'Internet depuis longtemps, car au-delà des commentaires interdits, on n'a jamais vu autant de posts censurés», explique Renaud de Spens, spécialiste du Web chinois. «Jusqu'ici, on n'avait vu que des blocages ciblés sur Weibo, pas de mesure générale comme ici. C'est d'ailleurs assez inefficace, car les gens font des commentaires déguisés en 're-postant' sur Weibo. Et ces mesures sont extrêmement impopulaires». La classe moyenne chinoise, notamment, vit mal de se voir privée de ce ballon d'oxygène. «Comment des dirigeants peuvent ainsi traiter leur peuple comme une bande d'enfants immatures ou d'idiots, à qui l'on coupe ce qu'on veut quand on le veut», s'insurge un jeune cadre commercial.

À cette occasion, Chine Nouvelle a donné des informations sur une vaste campagne de contrôle d'Internet appelée «Brise de printemps», menée depuis la mi-février. Dans ce cadre, plus de 1000 suspects ont été interpellés, 200.000 messages 'nuisibles' effacés et 3000 sites ont reçu des avertissements. Mi-décembre, afin de renforcer le contrôle sur Weibo, les autorités avaient donné trois mois aux internautes pour s'inscrire sous leur vraie identité. Une disposition qui est loin d'être pleinement appliquée. Le dernier serrage de vis pourrait aussi être une manière de rappeler Sina à l'ordre, en l'incitant à appliquer plus strictement cette mesure fort peu populaire et donc fort peu commerciale.

 

Source: Le Figaro

 

Un coup d'Etat se prépare en Chine 


chian.jpg
Ces dernières semaines les rumeurs transparaissent dans les médias sur l'exacerbation de la lutte pour le pouvoir au sein du parti chinois, la lutte qui menace de dégénérer en coup d'Etat politique. 

La confrontation s'est concrétisée lorsqu'il était devenu évident que la soi-disante nouvelle gauche dans le Parti communiste de Chine prétendait sérieusement au pouvoir et, probablement, élaborait un plan en vue d'empêcher Xi Jinping, promis à la présidence de la République populaire de Chine, d'occuper ce poste. 

D'après les informations non confirmées, les troupes sont concentrées autour de la capitale et le chaos dans les organes suprêmes du pays est tel qu'il est difficile de prévoir qui sera le gagnant dans ce partage du pouvoir.

Le Président Hu-Jinato a déclaré mardi à l'armée qu'il fallait se tenir prêt au combat dans le Pacifique contre l'impérialisme américain. Cela risque donc de barder avant un probable renversement de pouvoir en Chine  !
Source 
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog