Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Coups de feu à BFM, au Libé, à la SG. Un homme fou traqué dans Paris (LIVE)

Publié par wikistrike.com sur 18 Novembre 2013, 12:52pm

Catégories : #Social - Société

Iluminations de Noël: Le tireur fou engurilande tout Paris...

 

 

20h05 : La voiture du tireur a été retrouvée et est en cours d'expertise par la police scientifique.

Nouvelle photo:

 

BZX1WOHCIAA4XRe.jpg


18h48: L'homme sortirait de prison, selon des aveux à son otage de la Twingo.

Merci Taubira ? 

L'homme lui a aussi raconté qu'il portait des explosifs sur lui !


Vidéo:

 

 

  

Signalement du suspect: de type européen, 35-40 ans, 1m70 à 1m80, cheveux poivre et sel, barbe de 2 à 3 jours (procureur)


La photo de l'homme:


BZXP3n3CMAAKjVp

 

BZXSd9sCAAAU180

 

17h: La  priorité est «d'arrêter celui qui a tenté de tuer et qui peut tuer encore» (Hollande)

 Fête juive à Paris = Affaire Merah. Hollande en Israël = Affaire de la chasse à l'homme à Paris ! False flag à l'évidence...

15h31: Le site de Libération victime d'une attaque informatique malveillante. Coïncidence ?

Libération déclare être victime d'une attaque informatique «malveillante» empêchant la mise à jour de son site internet, a-t-on appris auprès des responsables du journal.

Cette attaque dite «de déni de service» consiste à inonder de requêtes un serveur informatique au point de bloquer ou de perturber largement son fonctionnement.

«Nous sommes victimes d'une attaque par déni de service depuis un peu moins d'une demi-heure. On est en train de travailler avec notre hébergeur pour isoler ça. Concrètement, notre site est toujours en ligne et visible, mais ne peut pas être mis à jour. On voit un très grand nombre de requêtes provenant de nombreux endroits du globe, dont la Thaïlande et la Russie», a déclaré à l'AFP Vincent Florant, directeur adjoint des éditions électroniques de Libération.

 

15h12: Le tireur fou non loin de la maison de la radio. La traque se poursuit. 

13h49: L'homme est dans le métro. Aux USA, il serait déjà fermé ! le métro...

L'homme qui aurait pris en otage un automobiliste se dirigerait vers les quais de Seine, et aurait des grenades dans un sac. Un hélicoptère le traque.

 

13h30: Les explications de l'automobiliste pris en otage à la Défense

Un automobiliste a assuré aux enquêteurs avoir été pris en otage non loin de La Défense quelques instants après des coups de feu tirés contre une banque, a-t-on appris lundi de sources proches de l'enquête.

Ce témoin assure avoir été «menacé et forcé à prendre dans sa voiture un homme armé», a précisé une de ces source.

Selon le récit de l'automobiliste, il aurait déposé son agresseur près des Champs-Elysées. «C'est un témoignage que l'on prend au sérieux, mais nous cherchons tout de même à vérifier sa fiabilité» a expliqué l'une des sources.

Les enquêteurs cherchent à déterminer si ce preneur d'otage est le même homme qui a tiré plusieurs coups de feu devant une banque à La Défense.

Un lien avec la fusillade à Libération blessant grièvement un assistant photographe, s'il n'est pas exclu, n'a pour l'instant pas été établi, a précisé l'une des sources.

«Les trois faits peuvent être reliés entre eux, encore faut-il le prouver», a-t-elle ajouté.
 

 

13h28: Des hélicoptères survolent les Champs-Elysées, selon notre reporter-photographe sur place

 

Un automobiliste a été pris en otage à Nanterre, e a été déposé sur les Champs-Elysées.


BREAKING: L'otage libéré annonce que le fou à un sac rempli de grenades ! Le suspect roule en Twingo 


13h05: Des impacts de balle partout dans le hall deLibération
Selon le reporter de 20 Minutes, devant le siège de Libération, Fabrice Rousselot, directeur de la rédaction du quotidien, a confié à qu’ «il y avait des impacts de balles dans le hall d'entrée du journal». Ajoutant que «la rédaction, bouclée dans le journal, est traumatisée», «les journalistes essaient de passer une journée aussi normale que possible».


des-policiers-surveillent-l-entree-de-la-redaction-de-liber.jpgUn individu est entré avec une arme lundi matin dans les locaux du journal Libération et a tiré sur l'assistant d'un photographe, le blessant gravement, avant de prendre la fuite. Des policiers sont actuellement dépêchés devant tous les médias pour renforcer leur sécurité.

Un individu a pénétré lundi matin à 10h15 au siège parisien du journal Libération et a ouvert le feu à plusieurs reprises, blessant une personne se trouvant dans le hall du quotidien. La victime, un assistant-photographe de 27 ans qui travaille pour le magazine mensuel Next, a été blessée au thorax et son pronostic vital est engagé.

Que s'est-il passé à Libération ? "Je suis arrivée et j'ai vu un homme au sol avec du sang partout qui se tenait leventre. J'ai croisé mes deux collègues de l'accueil qui étaient blêmes et qui m'ont dit : 'on vient de se faire tirer dessus, on s'est cachés derrière l'accueil'", a raconté à l'AFP Anastasia Vécrin, en charge des pages Rebonds du journal. "Il n'a rien dit. Il est entré. Il a tiré, il est reparti. Pour l'heure, l'accès au journal est bouclé, avait déclaré quelques instants après le drame sur BFMTV Fabrice Rousselot, directeur de la rédaction de Libération. Nous allons mettre en place une cellule psychologique. Il y a une grande indignation, une grande émotion. Pour l'instant, on est sous le choc". Les journalistes de la rédaction, installée du 5e au 8e étage du journal, ont été invités à ne pas quitter leur espace de travail. "On nous dit de ne pas bouger. L'entrée est fermée", a confirmé à MYTF1News une salariée du journal. "Son visage n'était apparemment pas dissimulé", précise un autre confrère du journal. Un périmètre de sécurité a été dressé autour du bâtiment, dont l'accès a été bouclé. La brigade criminelle de la police judiciaire parisienne a été saisie de l'affaire. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, s'est rendu sur place ainsi que la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti.

BFMTV/Libération : mêmes cartouches. Vendredi dernier, une personne armée s'était déjà introduite au siège de la télévision BFMTV, menaçant d'une arme un rédacteur en chef avant de s'enfuir sans tirer. Dans sa fuite, selon des informations de LCI, il aurait laissé des cartouches tomber au sol. Les cartouches utilisées ce lundi à Libération seraient identiques, ce qui laisse penser aux enquêterus, toujours  selon nos informations, qu'il n'y a qu'un seul auteur derrière ces deux agressions, même s'il est trop tôt pour l'attester formellement.  

 

Des policiers devant tous les médias. Toujours selon des informations de LCI, l'auteur étant toujours en fuite, des policiers ont été envoyés dans les médias de la capitale pour sécuriser les accès. Des tweets émanant de plusieurs rédactions faisaient état, peu après 11h, de l'arrivée effective de policiers dans leurs locaux. Une patrouille circule également autour de TF1. Selon LCI, les enquêteurs pensent avoir à faire à un déséquilibré. Il s'agirait d'un homme d'une quarantaine d'années.

 

Source

Archives

Articles récents