Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Crise de l’euro: l’UE appelle le reste du monde à renflouer le FMI

Publié par wikistrike.com sur 20 Décembre 2011, 00:45am

Catégories : #Economie

 

Crise de l’euro: l’UE appelle le reste du monde à renflouer le FMI

 

euro-logotype.gifL’Union Européenne lance un appel au monde entier pour l’aider à renflouer le FMI pour qu’ensuite le FMI puisse à son tour renflouer la zone Euro.   
Trop drôle cet article qui aurait pu aussi s’intituler  « A vot’ bon coeur m’sieurs-dames »!

BRUXELLES – L’Union européenne a lancé lundi un appel au reste du monde pour qu’il l’aide à renflouer le Fonds monétaire international et par ce biais à lui donner les moyens ensuite de soutenir la zone euro dans ses efforts pour circonscrire la crise de la dette.

L’Union européenne apprécierait que les membres du G20 (le forum des pays riches et émergents, ndlr) ainsi que d’autres pays membres du FMI financièrement solides soutiennent les efforts visant à préserver la stabilité financière mondiale en contribuant à augmenter les ressources du FMI, a indiqué le président de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker dans un communiqué.

Cet appel a été lancé à l’issue d’une conférence téléphonique des ministres européens des Finances visant à trouver les moyens de renforcer leur pare-feu financier contre la crise, via le Fonds monétaire international.

A cette occasion, les dix-sept pays de la zone euro ont confirmé vouloir fournir 150 milliards d’euros supplémentaires au FMI sous forme de prêts bilatéraux, a souligné M. Juncker.

Ce chiffre avait été évoqué au dernier sommet des dirigeants européens des 8 et 9 décembre, ainsi que l’objectif global de parvenir à une enveloppe de 200 milliards d’euros en incluant les contributions d’autres pays de l’UE ne faisant pas partie de l’Union monétaire.

Problème: la Grande-Bretagne a campé lundi au cours de la réunion sur son refus de délier les cordons de sa bourse dans l’immédiat. Londres ne veut pas abonder pour la seule zone euro et n’est prête à envisager une nouvelle contribution au FMI que dans le cadre d’un effort international très large incluant les pays du G20.

Le Royaume-Uni a toujours été prêt à envisager des ressources supplémentaires pour le FMI mais pour sa mission mondiale, autrement dit pas spécifiquement pour aider la zone euro à résoudre la crise de la dette, et dans le cadre d’un accord global, a indiqué un porte-parole du gouvernement britannique dans un communiqué diffusé à Bruxelles.

Le communiqué de M. Juncker, qui préside le forum des ministres des Finances de la zone euro, se borne diplomatiquement à indiquer que le Royaume-Uni a indiqué qu’il définirait sa contribution au début de l’année prochaine dans le cadre du G20.

Parmi les dix pays de l’Union européenne non membres de la zone euro, seuls quatre se sont fermement engagés lundi au cours de la réunion téléphonique à mettre la main au portefeuille: la République tchèque, la Suède, le Danemark et la Pologne.

A ce stade, il n’est donc pas certain que l’Europe atteigne son objectif de 200 milliards d’euros visant à montrer l’exemple au reste du monde.

La directrice générale du FMI, la Française Christine Lagarde, fait campagne pour que les ressources de son institution soient augmentées.

Mais au sein du G20, les pays émergents comme la Chine ou la Russie se font encore prier pour mettre au pot. Et les Etats-Unis refusent de financer le sauvetage de la zone euro, estimant que les Européens ont les moyens suffisants pour se tirer d’affaire.

L’administration américaine fait valoir qu’elle a elle-même des problèmes de dette importants à résoudre. La dette des Etats-Unis représente environ 100% du PIB du pays. De plus, toute aide directe éventuelle devrait recevoir l’aval du Congrès, ce qui semble très difficile vu l’hostilité de nombreux élus américains.

(©AFP / 19 décembre 2011 21h15)


 

 DSK à Pékin : L'euro est "un radeau sur le point de sombrer"

 

L'exhumation par Claude Guéant d'un contrôle de police de Dominique Strauss-Kahn au bois de Boulogne en 2006 a semé dimanche la consternation parmi les amis de DSK, qui s'interrogent sur l'intérêt pour le ministre de l'Intérieur de s'en prendre à un homme "à terre". (c) Afp

L'exhumation par Claude Guéant d'un contrôle de police de Dominique Strauss-Kahn au bois de Boulogne en 2006 a semé dimanche la consternation parmi les amis de DSK, qui s'interrogent sur l'intérêt pour le ministre de l'Intérieur de s'en prendre à un homme "à terre". (c) Afp


L'ancien directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn s'est montré, lundi 19 décembre, à Pékin pessimiste sur la zone euro et très critique des mesures de sauvetage prises à Bruxelles, en évoquant un "radeau semblant sur le point de sombrer".

Pour son grand retour à la vie publique après plus de sept mois de turbulences liées à sa vie privée, Dominique Strauss-Kahn a choisi un forum économique dans la capitale chinoise pour retrouver son statut de spécialiste en macro-économie, fort de son expérience à la tête du FMI.

"Nous voyons les pays européens passer d'un plan (de sauvetage) à un autre, d'un sommet de la dernière chance à un autre, toujours sans admettre les pertes, toujours sans permettre une reprise de la croissance et toujours en échouant à restaurer la confiance", a déclaré Dominique Strauss-Kahn.

"Avec la récente tempête, le radeau semble ne plus être assez résistant", a-t-il affirmé en parlant de l'eurozone. "Le fait que l'euro soit encore au milieu de la rivière et que l'union budgétaire ne soit pas réalisée le rend très très vulnérable et le radeau semble sur le point de sombrer".


 

"Aucun commentaire"

Invité par le groupe NetEase, l'un des géants de l'internet en Chine, DSK a prononcé un discours en anglais de 45 minutes, avant de répondre à des interrogations d'internautes transmises par le biais d'un animateur du forum.

Aux journalistes étrangers qui lui posaient des questions plus personnelles, sur son actualité judiciaire, sur son état d'esprit ou sur son choix de la Chine pour revenir sur le devant de la scène, il a systématiquement opposé la même réponse: "Aucun commentaire".

L'ex-chef du FMI, après avoir été accusé de tentative de viol par la femme de chambre Nafissatou Diallo - et avoir bénéficié de l'abandon des poursuites concernant ces faits présumés -, s'est effacé très largement de la vie publique.

 

Source: Le Nouvel Observateur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents