Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Crise en Italie : vers une sécession du Nord ?

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 20 Septembre 2011, 09:40am

Catégories : #Politique internationale

 

Italie : Umberto Bossi évoque une sécession du Nord

 

kSM4Bx5ReOqzyX3ngls36zl72eJkfbmt4t8yenImKBU8NzMXDbey6A_oozM.jpgLe chef de la Ligue du Nord a indiqué qu’il fallait "trouver une voie démocratique, peut-être le référendum", pour agir.

Umberto Bossi, le chef de la Ligue du Nord, parti allié du gouvernement de droite de Silvio Berlusconi, a brandi dimanche devant ses partisans la menace d’une sécession du Nord de l’Italie, suscitant des réactions d’indignation à gauche. "Maintenant ça suffit, le peuple ne peut pas vivre comme esclave du centralisme, nous avons la force d’obtenir notre liberté si nécessaire. Nous sommes des millions prêts à combattre", a déclaré Umberto Bossi en évoquant une "sécession" du nord du pays. Ce mot était sur toutes les lèvres et les pancartes des centaines de militants rassemblés à Venise pour le rituel annuel cher à la Ligue, où Umberto Bossi verse dans la lagune un flacon d’eau du Pô prélevée à la source du fleuve symbole du mouvement.

Cependant, Umberto Bossi a souligné qu’avant toute sécession de la "Padanie", région imaginaire englobant le Nord, il fallait "trouver une voie démocratique, peut-être le référendum", pour exprimer cette volonté. Pour lui, dans le contexte de crise économique et de tempête dans la zone euro, "un peuple important comme le nôtre ne peut pas être contraint de financer le reste de l’Italie". Quand la foule s’est remise à scander "sécession", il a répondu : "Qui est le génie qui a trouvé la solution ?"

La gauche indignée

L’opposition de gauche a réagi avec indignation et ironie aux déclarations d’Umberto Bossi. Il "cherche seulement à cacher à ses électeurs qu’il fait partie du gouvernement, dans le but de sortir indemne de l’effondrement imminent" de l’exécutif, a déclaré Davide Zoggia, du secrétariat du Parti démocrate (PD). Ce dernier a évoqué un "numéro d’équilibrisme" alors que la Ligue a "voté absolument tout ce qu’a voulu Berlusconi, des lois taillées sur mesure (pour lui éviter des ennuis judiciaires, NDLR) aux amnisties fiscales en passant par les coupes budgétaires contenues dans le dernier plan de rigueur".

Rosy Bindi, présidente du PD, a dénoncé "le silence" de Silvio Berlusconi face à un tel appel à la sécession de la part d’"un ministre de la République". "Notre "Premier ministre à ses heures perdues" a besoin des voix de la Ligue au parlement et est pour cela prêt à tolérer n’importe quelle offense faite à l’Italie", a-t-elle estimée. Selon les commentateurs, Umberto Bossi a repris le mot d’ordre de sécession, abandonné depuis une dizaine d’années par la Ligue, parce que sa base électorale veut la rupture de l’alliance avec Silvio Berlusconi empêtré dans des scandales sexuels et dont la popularité est tombée à 24 % en septembre.


http://www.lepoint.fr/monde/italie-... 

Archives

Articles récents