Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Danone obligé de retirer sa publicité mensongère après 15 ans de matraquage et de dégâts : nos enfants ne sont ni des cochons ni des poulets !

Publié par wikistrike.com sur 16 Décembre 2011, 12:42pm

Catégories : #Politique intérieure

 

Danone obligé de retirer sa publicité mensongère après 15 ans de matraquage et de dégâts : nos enfants ne sont ni des cochons ni des poulets !

 

66f7fb60-486c-11df-aefc-11f4c455817d.jpg

 

Alain Kalt pour l’Environnement Lançonnais

Danone avait oublié de nous dire que ses yaourts étaient destinés aux sujets anorexiques. APRÈS 15 ANS DE MATRAQUAGE ET DE DÉGÂTS AVEC LES YAOURTS "ACTIVIA "ET "ACTIMEL" DANONE OBLIGÉ DE RETIRER SA PUBLICITÉ.

Le « pavé dans le pot de yaourt » qu’a lancé Didier Raoult, chercheur français, dans la prestigieuse revue scientifique « Nature » de septembre 2009 a fini par être payant.

Pour le patron du labo de virologie de la Timone à Marseille, les yaourts et autres boissons lactées farcis aux probiotiques que l’on nous fait avaler depuis près de 20 ans auraient une grosse part de responsabilité dans l’épidémie d’obésité qui frappe les enfants. Les probiotiques que Danone ajoute à tout va dans divers yaourts sont selon les allégations de la marque assénées à la télévision,censées « booster » les défenses immunitaires. On en trouve plus de 1milliard par pot d’Activia ou d’Actimel.

Le hic est que ces bonnes bactéries « actives et vivantes », dixit Danone, sont les mêmes que celles utilisées depuis longtemps dans les élevages industriels comme activateurs de croissance pour faire grossir plus rapidement cochons et poulets. Un porc ainsi gavé de probiotiques,c’est plus de 10 % de gagné sur la balance. Danone pousse donc à « élever » nos enfants comme des cochons ou des poulets

En fait, en début d’année, des chercheurs ont eu l’idée de comparer la flore intestinale des obèses et des non obèses. Et là, surprise, les premiers étaient bourrés de probiotiques, ceux qu’on trouve justement dans les yaourts « santé plus ».

Didier Raoult commente : « On a autorisé pour l’alimentation humaine des activateurs de croissance utilisés dans les élevages, sans chercher à savoir quel serait l’effet sur les enfants ». Du coup, celui-ci a réclamé des études pour connaître le rôle précis de TOUS les produits lactés dans l’épidémie d’obésité infantile. En outre, il n y a pas que les enfants qui sont victimes de cette supercherie : « J’ai rencontré de nombreuses femmes potelées bien que sous alimentées, et qui cherchaient désespérément à maigrir en se limitant à quelques yaourts par jour plus quelques babioles ». Et désespérante désillusion, elles continuaient à grossir, étaient de plus en plus fatiguées et fragiles...

Finalement, les semeurs d’alerte indépendants ont fini par émouvoir les services officiels avant que le scandale n’éclate trop au grand jour. C’est ainsi qu’ils viennent de mettre la pression sur le groupe Danone, l’obligeant, selon les termes délicats des grands journaux « à revoir sa copie » (Un monstre comme Danone, ça se ménage). Il faut tout de même réaliser que cela pourrait être un coup dur pour le lobby puisque les groupes Actimel Europe et Activia Europe pèsent ensemble > 1,5 milliards d’Euros sur un chiffre total Danone de 15 milliards, soit 10 %. Mais ne nous faisons guère de soucis pour cette entreprise de tricheurs, car entre ses discrètes et adroites manoeuvres de retrait publicitaires et les addictions de beaucoup de consommateurs, il n’y a pas vraiment le « feu au lac », en attendant qu’on nous invente une autre « Salade à la mode ».

Didier Raoult est professeur de microbiologie et spécialiste des maladies infectieuses. Il dirige l’Unité de Recherche en Maladies Infectieuses et Tropicales Emergentes (URMITE) de Marseille.Le Grand Prix Inserm 2010 lui a été décerné à 58 ans pour l’ensemble de ses travaux sur les agents pathogènes et sa découverte des virus géants.

Voir aussi l’article édifiant du figaro :

Après la France et le Royaume-Uni, le groupe laitier ne mettra plus en avant, en Europe, les bénéfices supposés pour la santé de ses produits Activia et Actimel.

«Danone gagne du temps», affirme un analyste financier spécialiste du groupe laitier. En marge de la publication de ses ventes du premier trimestre 2010, Danone a annoncé que d'ici la prochaine réunion avec l'Autorité européene de sécurité des aliments, EFSA, en juin, il «va continuer à adapter son niveau de communication, ce qu'il a déjà fait depuis le début de l'année en «France et au Royaume-Uni», où le groupe n'invoque plus ces allégations de santé.

Concrètement, les campagnes de promotion sur Activia et Actimel continueront de ne plus mettre en avant, en Europe, les bénéfices pour la santé qu'est censée entraîner la consommation de ces produits.

Réunion avec l'EFSA début juin

Danone a également annoncé qu'il retirait des dossiers qu'il a déposés devant l'EFSA pour faire évaluer les bienfaits supposés pour la santé de ses produits laitiers Actimel et Activia. Une décision que le groupe explique par un «manque de visibilité dans l'application du règlement européen sur les allégations santé. Le groupe préfère attendre une clarification des règles avant d'éventuellement déposer une nouvelle demande», précise le groupe. L'EFSA oragnisera en ce sens une nouvelle réunion début juin.

Pour Pierre Tégner, analyste d'Oddo Securities, cette décision de retrait des dossiers est «intelligente. Elle va libérer le groupe de cette notion de l'alimentation médicale sans pour autant lui retirer le bénéfice d'un positionnement santé de ses produits». «Le groupe veut éviter le buzz médiatique qu'auraient engendré d'éventuels avis négatifs», ajoute un autre analyste.

Le titre Danone en forte baisse

La décision des autorités européennes sera d'autant plus importante qu'Activia Europe et Actimel Europe pèsent ensemble 1,5 milliard d'euros, soit environ 10% du chiffre d'affaires mondial 2009 de Danone ,qui s'élève à environ 15 milliards d'euros.

Ce jeudi matin, Danone a publié un chiffre d'affaires en hausse de 7% à 3,978 milliards d'euros, au premier semestre 2010.

A la Bourse de Paris, le titre perd, vers 12h30, 2,37% à 45,48 euros, dans un marché qui progresse 0,03% à 4.058 points.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents