Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Dans deux lettres, Dekhar dénonce les « journaputes », les banques et les prisons

Publié par wikistrike.com sur 21 Novembre 2013, 21:17pm

Catégories : #Social - Société

Dans deux lettres, Dekhar dénonce les « journaputes », les banques et les prisons

 

 

 

manuel-valls.jpgDans le premier document, retrouvé dans la voiture garée dans le parking de Bois-Colombes, le tireur présumé évoque sa mort, laissant penser à une tentative de suicide. Dans le second, il s'en prend aux journalistes, surnommés « journaputes », aux banques et aux prisons. 

Abdelhakim Dekhar, confondu par son ADN dans l'affaire du tireur de Paris, a laissé au moins deux lettres derrière lui. La première a été découverte en perquisition dans le véhicule stationné dans le parking sous-terrain de Bois-Colombes (Hauts-de-Seine), où Dekhar a été retrouvé dans un état semi-comateux après avoir avalé des médicaments. Des cachets de Xanax, un calmant, et d'Imovane, un sédatif hypnotique, ont été récupérés au côté d'une paire de lunettes similaires à celles que portait le tireur filmé par les vidéos. «En cas d'obsèques, si je meurs, je ne veux pas de prélèvements», a écrit celui qui a, semble-t-il, voulu mettre fin à ses jours. Le procureur de la République François Molins a confirmé jeudi qu'il voulait exprimer ses «dernières volontés» dans cette missive dactylographiée. 

Une seconde lettre, non datée celle-ci, a été remise à la police par le témoin qui l'hébergeait et qui a donné l'alerte mercredi soir au commissariat de Courbevoie. Son contenu, considéré comme «délirant» par une source proche du dossier, évoque de façon incohérente des affirmations à consonance politique, faisant référence à des «pays étrangers et de conflits internationaux». Confirmant les informations du Figaro, le procureur précise que le tireur présumé y évoque de manière plutôt confuse un «complot fasciste». Il y accuse «les médias de participer à la manipulation des masses», les «journalistes étant payés pour faire avaler aux citoyens le mensonge à la petite cuillère.» Stigmatisant tour à tour le «capitalisme», la «gestion des banlieues», qui s'apparente aux yeux de Dekhar à une «entreprise de déshumanisation portant sur des populations dont le grand capital ne veut pas...». Lors de son interpellation après la tuerie de la Nation en octobre 1994, les experts psychiatres avaient relevé à l'époque un «discours riche et fleuri, révélateur d'un discours à tendance affabulatoire». 

Une source informée ajoute que ses écrits laissent transparaître une «personnalité paranoïaque». Poursuivant d'une haine recuite des journalistes, qu'il surnomme les «journaputes», des prisons qu'il a fréquentées quatre ans durant après la tuerie de la Nation en octobre 1994 et les banques, assimilées au symbole du capitalisme. 

«Toute cette prose, qui tourne autour un complot qui viserait à faire revenir le fascisme à travers l'action des banques, celle des médias, mérite d'être examinée et montrée à un psychiatre», a résumé François Molins, précisant que sa logorrhée finit dans un «contexte de guerre, par l'évocation d'un morceau choisi du Chant des partisans où il est question de corbeaux noirs dans la plaine.»


Commentaire : Le message est clair : si vous soupçonnez les banques, les gouvernements et les médias de ne pas agir dans votre intérêt, vous êtes un malade mental qui devrait consulter un psychiatre avant que vos bouffées délirantes ne vous mène à commettre des actes répréhensibles, ou pire, à vous poser des questions ! 

Transporté dans un premier temps aux urgences de l'hôpital Louis-Mourier de Colombes pour y être placé en garde à vue médicalisée, il a ensuite été conduit à l'Hôtel-Dieu puis dans les locaux de la Brigade criminelle en fin de matinée où ses droits devaient lui être notifiés avant que ne commencent les auditions. Abdelhakim Dekhar devrait être présenté vendredi en fin d'après-midi à un juge.

Source

Archives

Articles récents