Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

De l’ADN à quatre brins observé dans des cellules humaines

Publié par wikistrike.com sur 29 Janvier 2013, 09:34am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

De l’ADN à quatre brins observé dans des cellules humaines


 

 

un-adn-avec-une-structure-a-quatre-brins_57214_w460.jpgUne équipe de chercheurs britanniques a découvert dans des cellules cancéreuses humaines une forme d’ADN qui n’avait jusque-là pu être observée que in vitro : de l’ADN à quatre brins, le G-quadruplexe ou encore G4.

L’ADN est connu pour adopter la structure d’une hélice à double brin. Dévoilée en 1953 par Watson et Crick, cette découverte ne laissait toutefois pas présager qu’il puisse exister une autre forme d’ADN. Or, tout récemment, une équipe britannique de l’université de Cambridge et du Cancer Research UK a publié une étude dans la revue Nature Chemistry qui révèle la découverte d’un ADN à quatre brins comportant une quadruple hélice, l’ADN G-quadruplexe, ou encore ADN G4.

La lettre G désigne la guanine (une des bases de l’ADN et de l’ARN) qui, ici, en se groupant par quatre, forme une structure tout à fait particulière : plane et carrée. Elle est ainsi capable de se fixer par chacun de ses coins à de l’ADN ou de l’ARN en l’obligeant à se replier ce qui entraîne la formation d’un morceau d’ADN qui semble constitué de quatre brins parallèles. En vérité, cette structure n'est pas foncièrement nouvelle puisqu'elle avait été découverte en 2004 par une équipe de l’Inserm. Mais c’est la première fois que des chercheurs l’observent dans des cellules vivantes.

En effet, l’équipe britannique menée par Shankar Balasubramanian a retrouvé de l’ADN G-quadruplexe dans des cellules tumorales humaines. En associant un anticorps spécifique à cet ADN et un marqueur fluorescent, ils ont pu constater que cette forme à quatre brins apparaît sur les chromosomes au moment où la cellule duplique son matériel génétique, juste avant la division cellulaire. Les chercheurs soulignent ainsi que la formation de segments quadruples est plus importante dans les cellules qui se divisent rapidement, à l'instar des cellules tumorales.

Une nouvelle piste de traitement contre les tumeurs

Ils précisent également que ces cellules stabilisent les portions d’ADN G4 grâce à de petites molécules : des ligands. Ces formations quadruplexes se multiplient de plus en plus au fur et à mesure que les cellules se divisent, les ligands venant soit ralentir soit accélérer ce phénomène. Cette nouvelle vision de la cellule cancéreuse et de ses mécanismes de fonctionnement ouvre donc d’intéressantes perspectives à explorer pour les scientifiques qui cherchent de nouvelles méthodes pour aborder voire traiter le cancer.

"Nous voyons là des liens entre piéger ces quadruplexes avec des molécules et la capacité de stopper la division des cellules, ce qui est extrêmement excitant", a commenté le Pr Shankar Balasubramanian cité par Sci-News. "Pour nous, cela soutient fortement un nouveau paradigme à approfondir- utiliser ces structures à quatre brins comme des cibles pour des traitements personnalisés dans le futur", a t-il ajouté.

 

Source: Maxisciences

Commenter cet article

Archives

Articles récents