Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Découverte de deux curieuses voisines du Soleil

Publié par wikistrike.com sur 29 Mars 2013, 15:21pm

Catégories : #Astronomie - Espace

Découverte de deux curieuses voisines du Soleil


 

Tout comme dans la nouvelle La lettre volée d'Edgar Poe, la meilleure des cachettes se trouve parfois sous le nez des enquêteurs. C'est ce que s'est peut-être dit l'astronome américain Kevin Luhman en découvrant un système de deux naines brunes dans le voisinage immédiat du système solaire, à seulement 6,5 années-lumière de nous. Seules quatre étoiles sont plus proches : la peu lumineuse Proxima du Centaure (4,2 années-lumière), les deux composantes d'Alpha du Centaure, étoile double située à 4,4 années-lumière, et l'étoile de Barnard, elle aussi peu brillante et sise à 6 années-lumière.

 

Est-ce donc à dire que, pour n'avoir jamais détecté ce couple d'astres, les chercheurs ont besoin de mettre des lunettes à leurs télescopes ? Ce serait aller vite en besogne pour la simple et bonne raison que les naines brunes ne sont pas vraiment des étoiles. Les astrophysiciens les décrivent fréquemment comme des étoiles avortées : trop massives pour qu'on les considère comme des planètes, et trop légères pour qu'en leur cœur la pression fasse monter la température au point de déclencher la fusion de l'hydrogène, laquelle procure leur considérable énergie aux étoiles. Certes les naines brunes connaissent la fusion thermonucléaire en "brûlant" leur deutérium, voire leur lithium, mais c'est bien insuffisant pour qu'elles se mettent à éclairer les alentours. Si l'on résume leur cas, ces petits astres qui ne brillent pas s'apparentent à des avions furtifs cosmiques. Le seul véritable moyen de les repérer consiste à scruter le ciel dans l'infra-rouge car c'est leur chaleur qui va les trahir.

 

C'est ce qu'a fait Kevin Luhman, comme il le décrit dans un article qui paraîtra en avril dans The Astrophysical Journal LettersLe chercheur s'est servi des données du satellite américain WISE qui, entre 2010 et 2011 a cartographié la quasi-intégralité du ciel dans l'infra-rouge. Pendant les treize mois durant lesquels il a opéré, WISE a effectué deux "scans" complets de la voûte céleste et a même eu le temps d'en commencer un troisième. Kevin Luhman a commencé par un fastidieux travail de nettoyage des données, pour éliminer toutes les sources connues et tout ce qui ne ressemblait pas à une naine brune. Au bout du compte lui est resté un point, un candidat baptisé WISE 1049−5319 que l'astronome voyait se déplacer sur les cartes de WISE. Il était donc possible de reconstituer son mouvement passé et, éventuellement, de retrouver la trace de cet objet dans les relevés effectués antérieurement par d'autres instruments comme les projetsDenis ou 2MASS. C'est ainsi que Kevin Luhman, en véritable détective, est retombé à plusieurs reprises sur la piste de WISE 1049−5319, dont une fois dans un  catalogue remontant à 1978 ! Comme bien souvent en astronomie, l'objet avait déjà été photographié et il n'attendait plus qu'un découvreur. Ces recherches ont permis de calculer la distance à laquelle WISE 1049−5319 était situé, une distance ridiculement faible si l'on considère que certaines sources de ces catalogues se trouvent à des milliards d'années-lumière.

 

Puis Kevin Luhman a obtenu l'autorisation d'utiliser le gros télescope Gemini Sud (Chili), en février dernier, pour obtenir une image plus précise de son candidat, qu'il estimait plutôt important pour une naine brune. Et il y avait une bonne raison à cela : comme on peut le voir ci-contre, ce n'était pas une étoile avortée qui se cachait là, mais deux. Pour justifier pourquoi ce duo a échappé aux astronomes pendant des années (cela fait près de deux décennies que l'on parvient à détecter les naines brunes) alors qu'il était sous leur nez, Kevin Luhman explique que WISE 1049−5319 est situé dans le plan galactique, un endroit que les chercheurs de naines brunes ont tendance à éviter de prospecter car il est rempli de sources lumineuses. Il n'est donc pas impossible que d'autres étoiles avortées se promènent dans le voisinage du Soleil, attendant qu'un autre détective céleste leur mette le télescope dessus.

 

Pierre Barthélémy - Passeur de sciences

Commenter cet article

Archives

Articles récents