Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Découverte de températures anormalement élevées au cœur de la Voie Lactée

Publié par wikistrike.com sur 28 Novembre 2012, 09:16am

Catégories : #Astronomie - Espace

Découverte de températures anormalement élevées au cœur de la Voie Lactée

 

centre.jpg

 

Le centre de la Voie Lactée vu dans plusieurs longueurs d'onde. En bleu, bandes basses du rayonnement X ; en vert, bandes moyennes ; en rouge, bandes hautes.

Thunderbolts, Stephen Smith, 2 novembre 2012


 Chandra, le télescope des rayons X, a intrigué les astronomes avec la découverte de températures anormalement élevées au cœur de la Voie Lactée.

  Le communiqué de presse qui a fait connaître cette image du centre de la Voie Lactée au public, a déclaré que le spectre du rayonnement X des gaz est compatible avec un nuage de « gaz brûlant » dont la température varie de 10 millions de degrés à rien de moins que 100 millions de degrés Celsius. Ce résultat était inattendu et difficile à expliquer.

[Ndt : Difficile à expliquer est un doux euphémisme. Même assommé par Big bang au fond du trou noir, dire des gaz qu’ils sont à 10 millions de degrés, c’est croire à un miraculeux miracle. Mais, si l’on prend un peu de recul, on comprend qu’il s’agit encore-là d’une ânerie astronomiquecoutumière.]

 Selon les avis consensuels [*], les ondes de choc de l’explosion des supernovae sont l'explication la plus probable du réchauffement des gaz à 10 millions de degrés, mais personne ne peut expliquer comment le gaz est chauffé à 100 millions de degrés. « D’ordinaire », les explosions de supernovae ne sont pas assez puissantes, et le réchauffement dû aux particules de haute énergie produit un autre spectre de rayons X.

[* Ndt : L’astronomie est démocratique. Elle se concocte en chambre, aux voies des astronomes sur l’opinion avisée du patron. Ceux qui votent contre, comme ce satané Halton Arp, sont privés de télescope et vont directement à la case retraite (sans toucher les 200 francs de prime).]

 Dans une autre image, Chandra montre l’amas d'étoiles Trumpler 14, environ 1600 étoiles et une lueur diffuse de gaz ardents à plusieurs millions de degré émettant des rayons X. Toute matière dotée d’une température de plusieurs millions de degrés n'est pas du gaz, c'est du plasma.

 Après plus d'un siècle, la recherche en laboratoire a établi le fait que le plasma possède des propriétés électriques et peut conduire l'électricité. Le passage du courant dans un plasma forme desfilaments de Birkeland, des doubles couches et des instabilités de courant électriques. Chacune de ces formations est capable d'accélérer les particules chargées, émettant ainsi des rayons X. En fait, elles peuvent accomplir cet exploit sans température de millions de degrés, juste avec un fort champ électrique.

Dans d'autres images, la région à moins de 900 années-lumière du cœur de la Voie Lactée, notre galaxie, est montrée traversée de filaments incandescents de plus de 100 années-lumière de long. Les dernières explorations de cette région par radio télescope montrent que ces filaments sont associés à des poches de formation stellaire. Le mécanisme précis de la création des filaments reste à découvrir, mais les astronomes modernes suggèrent que l'une des possibilités est la collision de vents soufflés individuellement par les étoiles.

Les spécialistes de la Cosmologie du plasma s'attendent à des divergences de température dans notre galaxie (entre autres), car les expériences sur le plasma en laboratoire montrent qu'elles doivent exister. Hannes Alfvén, dans l'introduction de son ouvrage Cosmic Plasma, signale des exemples de comportement du plasma dans son laboratoire, dont les astronomes ne sont pas au courant :

 « Le plasma produisait des stries, des doubles couches, et un assortiment d'oscillations et d’instabilités. La température électronique était souvent constatée plus élevée d’un ou deux ordres de grandeur que la température du gaz, avec la température ionique intermédiaire. »

 

Ce que Chandra a découvert au cœur de la Voie Lactée, c’est un plasma se comportant exactement comme dans les expériences sur Terre. Certaines mesures de laboratoire montrent des températures de dix à cent fois plus élevées que ce que peuvent produire les simples effets cinétiques (« collisions de vents » et ondes de choc). Si les astronomes connaissaient les résultats des expériences de laboratoire, et les prenaient aussi au sérieux qu’ils prennent les théories de gaz chaud, ils n'auraient pas été surpris.


Original : www.thunderbolts.info/wp/2012/11/02/frozen-fires/

 

Stephen Smith
Traduction copyleft de Pétrus Lombard

Alterinfo


 

Commenter cet article

Archives

Articles récents