Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Découverte : le crabe Yéti pratique l’agriculture sur ses bras. (Vidéos)

Publié par wikistrike.com sur 13 Décembre 2011, 10:47am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

 

Découverte : le crabe Yéti pratique l’agriculture sur ses bras. (Vidéos)


Kiwa puravida1

Le  crabe yéti ( appelé aussi la galathée yéti, ou encore Kiwa hirsuta) cultive des bactéries sur ses bras à fourrure comme principale source de nourriture, selon les scientifiques. Les crabes, issus d’une famille de crustacés avec de longs bras velus qui ressemblent au mythique yéti ou abominable homme des neiges, ont seulement été découverts en 2005. La première espèce connue de ces crabes blancs et aveugles, Kiwa hirsuta, a été retrouvée près des bouillantes sources hydrothermales, à environ 2300 mètres de profondeur. Les évents sont situés au niveau du Pacifique Sud à environ 1500 km au sud de l’île de Pâques.


Kiwa-puravida2_thumb.jpg

 

En 2006, les scientifiques ont découvert une autre espèce de crabe yéti, le K. puravida, vivant dans le froid, près du méthane qui s’infiltre par les fissures à environ 1 000 mètres de profondeur à proximité du Costa Rica. Le K. puravida agité régulièrement ses griffes lentement et en rythme (vidéo ci-dessous), déroutant les scientifiques.

“Quand j’ai vu la première fois,« dérouté »serait un bon mot pour ce que j’ai ressenti", a déclaré le co-auteur Andrew Thurber, un océanographe biologique à l’Oregon State University à Corvallis.

Une précédente explication de ce comportement était que les crabes essayaient de garder les autres à distance. Mais l’analyse chimique des tissus du K. puravida et des bactéries  logeant sur ses bras soyeux ont révélé que les crustacés les consomment principalement.

Une Vidéo prise par un sous-marin (ci-dessous) a ensuite révélé que les crabes récoltent leurs cultures en utilisant des appendices poilus hautement spécialisés au niveau de leur bouche, qui raclent les bactéries de leurs bras.

Les chercheurs suggèrent maintenant, que le balancement de leur long bras aide les nutriments à recouvrir les bactéries pour essentiellement les fertiliser. Une incertitude demeure, à savoir si les appendices du crabe Yeti poilu pourraient l’aider à détecter les courants dans l’eau. Si oui, les appendices pourraient aider les crabes à identifier les sources de nutriments qui assurent la culture de leurs microbes.

Avant, des Crevettes en eau profonde et d’autres animaux avaient été trouvés avec des bactéries qui se développent sur eux, mais c’est la première preuve claire qu’un animal qui élève des bactéries en haute mer, a déclaré M. Thurber.

De futures explorations pourraient découvrir davantage d’agriculteurs de ce type et ainsi savoir si les bactéries des sources hydrothermales et les suintements de méthane sont liés, agissant comme une denrée alimentaire qui relie ces habitats isolés.

Le détail de la découverte sur le site de l’université de l’Oregon : Scientists describe new species of crab that “farms” methane vents, l’étude publiée le 30 novembre dans la revue PLoS ONE :

Dancing for Food in the Deep Sea: Bacterial Farming by a New Species of Yeti Crab

Vent and seep animals harness chemosynthetic energy to thrive far from the sun's energy. While symbiont-derived energy fuels many taxa, vent crustaceans have remained an enigma; these shrimps, crabs, and barnacles possess a phylogenetically distinct group of chemosynthetic bacterial epibionts, yet the role of these bacteria has remained unclear. We test whether a new species of Yeti crab, which we describe as 1Kiwa puravida n. sp, farms the epibiotic bacteria that it grows on its chelipeds (claws), chelipeds that the crab waves in fluid escaping from a deep-sea methane seep. Lipid and isotope analyses provide evidence that epibiotic bacteria are the crab's main food source and K. puravida n. sp. has highly-modified setae (hairs) on its 3rd maxilliped (a mouth appendage) which it uses to harvest these bacteria. The ε- and γ- proteobacteria that this methane-seep species farms are closely related to hydrothermal-vent decapod epibionts. We hypothesize that this species waves its arm in reducing fluid to increase the productivity of its epibionts by removing boundary layers which may otherwise limit carbon fixation. The discovery of this new species, only the second within a family described in 2005, stresses how much remains undiscovered on our continental margins.

 

source : gurumed


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents