Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Des composés toxiques retrouvés dans le cerveau d'ours polaires !

Publié par wikistrike.com sur 25 Juillet 2013, 11:03am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Des composés toxiques retrouvés dans le cerveau d'ours polaires


 

 

des-susbtances-toxiques-ont-ete-trouvees-dans-les-cerveaux-.jpgDes chercheurs canadiens et danois ont trouvé des traces importantes de PFASs (substances perfluoroalkyles) dans les cerveaux d'ours polaires. Des données d'autant plus inquiétantes que les ours se situent au sommet de la chaîne alimentaire : les humains pourraient eux aussi être contaminés.

Les perfluoroalkyles sont utilisés depuis des décennies pour de nombreuses applications industrielles ainsi que la fabrication de produits de consommation courante. On les trouve par exemple dans les mousses anti-incendie, les imperméabilisants, les revêtements des ustensiles de cuisine et les emballages alimentaires.

Ce sont des composés très résistants à la dégradation mais ils sont aussi suspectés de toxicité pour l'organisme. Les recherches pointent des risques tels que des cancers, de la toxicité génétique, des dommages sur le système immunitaire ou encore des incidences sur la reproduction.

 

Les produits passent la barrière du cerveau

 

Bien que le foie soit l'organe accumulant le plus les PFASs et leurs dérivés, des études ont montré qu'ils pouvaient se retrouver dans des cerveaux d'embryons de poules, ce qui signifie qu'ils peuvent traverser la barrière hémato-encéphalique. Cette barrière, qui régule le passage du sang dans le cerveau, permet de filtrer le flux sanguin afin de préserver le cerveau d'éventuels composés toxiques.

Dans une nouvelle étude, les chercheurs ont recherché la présence de PFASs dans les cerveaux d'ours polaires de la région de Scoresby Sound, au Groenland. Et ils en ont bel et bien trouvé la trace. Or, les ours se situent au sommet de la chaîne alimentaire : ils accumulent donc les substances de tout leur écosystème.

Un facteur qui, ajouté aux résultats, inquiète le professeur Rune Dietz, de l'université d'Aarhus au Danemark : "Si ces composés peuvent atteindre le cerveau des ours, alors c'est aussi le cas pour les humains. Le cerveau est l'un des organes les plus essentiels, et les composés d'origine anthropique peuvent avoir de graves effets. Toutefois, on commence à observer un recul de la concentration de ces substances grâce aux efforts de réduction de certains pays".

 

Un début de baisse de leur concentration dans l'environnement

 

En effet, les PFASs ne sont plus produits dans les pays occidentaux. Reste la Chine, qui demeure un important producteur de ces substances toxiques. Il est de plus assez difficile de trouver une traçabilité de ces produits. Mais les efforts ont tout de même permis de commencer à réduire la concentration de ces produits. Une bonne nouvelle selon le professeur Dietz : "c'est tout de même prometteur. Les autorités des différents pays devraient continuer dans cette voie", encourage t-il.

http://www.maxisciences.com

Archives

Articles récents