Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Des coulées de lave découvertes sur Mercure

Publié par wikistrike.over-blog.com sur 1 Octobre 2011, 17:32pm

Catégories : #Astronomie - Espace

Des coulées de lave découvertes sur Mercure

Une image de Mercure prise par la sonde "Messenger" montrant les plaines formées par des coulées de lave Reuters/NASA
Peu à peu les scientifiques percent les secrets qui entourent la plus petite et mystérieuse planète du système solaire. Selon une recherche, publiée jeudi 29 septembre, dans la revue Science, d'immenses coulées de lave ont formé les vastes plaines autour du pôle nord de Mercure. Une découverte qui vient éclairer d'un jour nouveau la formation et l'évolution de la planète. 

Cette conclusion, qui confirme ce que les astronomes supputaient, est fondée sur des observations et mesures de la sonde américaine Messenger, placée sur l'orbite de Mercure en mars. 

Ces plaines intriguaient les chercheurs depuis le premier survol de Mercure par la sonde américaine Mariner 10, en 1974, qui les avait photographiées pour la première fois. 

Ces longues étendues, épaisses d'un kilomètre à certains endroits, sont le résultat d'une importante activité volcanique qui a produit des torrents de lave il y a un peu plus de 3,5 milliards d'années. Elles recouvrent 6 % de la superficie de Mercure, soit l'équivalent de 60 % de la surface des Etats-Unis. 

"Pendant plus de trente-cinq ans nous n'étions pas sûrs du rôle de l'activité volcanique sur Mercure", observe James Head, professeur de géologie à l'université Brown (Rhode Island, Nord-Est), et coauteur de ces travaux. 

DES CRATÈRES DE 1,5 KM DE PROFONDEUR 

Tôt dans l'histoire de la planète - il y a de 3,5 à 4 milliards d'années - d'énormes volumes de lave se sont déversés par les fissures à la surface de Mercure, recouvrant les plaines basses, explique ce géologue. Ces coulées de lave ont rempli des cratères de plus d'un kilomètre et demi de profondeur, ajoute-t-il.

Le bassin de Goethe au pole nord de MercureAFP/-

Cette lave "n'a pas formé des cônes volcaniques, comme à Hawaii, mais recouvre à plat les endroits où elle sort du sol, ce qui rend ce phénomène très difficile à comprendre dans le contexte des éruptions volcaniques que nous observons sur la Terre", remarque le scientifique. 

"Ces observations nous donnent d'importantes indications sur ce qui se passe à l'intérieur de Mercure", renchérit Jennifer Whitten, membre de l'équipe du Pr Head. 

Selon James Head, les coulées de lave fournissent aux scientifiques des indices sur la manière dont sont nées les planètes, leur évolution et si elles sont encore actives. "Sur la Lune, par exemple, nous observons très peu de signes d'activité volcanique au cours des deux à trois derniers milliards d'années", note-t-il.

 

Lancée en 2004, la sonde MESSENGER s'est mise en orbite autour de Mercure le 18 mars 2011. Les premières découvertes faites depuis sur la plus petite et la plus interne des planètes de notre système solaire sont publiées. 

 

Source : le Monde

 

Mercure se révèle

Tyagaraja crater, 97 km in diameter Science/AAASTyagaraja crater, 97 km in diameter Science/AAAS

Mercure, la plus petite planète tellurique du système solaire et la plus proche de notre étoile, reste encore très mal connu. Visitée seulement par deux sondes, Mariner 10, qui l’avait survolée trois fois entre 1974 et 1975 et plus récemment par la sonde MESSENGER qui s’est placée en orbite autour de la planète en mars dernier.

La revue Science présente cette semaine une série d’articles consacrés aux dernières découvertes faites grâce à la sonde MESSENGER. « Les instruments de la sonde ont capturé des données qui ne pouvaient être obtenues qu’en orbité » explique Sean Solomon, en charge du programme MESSENGER. « Nous avons imagé de nombreuses zones de la surface avec une résolution sans précédent et nous avons vu clairement, pour la première fois, les régions polaires ».

Ces observations ont permis aux scientifiques de répondre à des questions qu’ils se posaient depuis le premier survol de Mercure par Mariner. Ils ont notamment confirmé la présence de vastes dépôts volcaniques qui entourent toute la région polaire nord et occupent près de 6% de la surface de la planète. Ces dépôts volcaniques sont épais, ils peuvent atteindre localement près de 2 Km d’épaisseurs, ces étendues sont le résultat d'une importante activité volcanique qui a produit des torrents de lave il y a un peu plus de 3,5 milliards d'années.

Zone d'érosion à la surface de Mercure.NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington

Les scientifiques ont également découvert des évents, mesurant jusqu'à 25 kilomètres de long, qui semblent être la source des énormes volumes de lave très chaude qui  ont coulé sur toute la surface de Mercure. « Ces révélations soulignent que Mercure est un monde fascinant qui est inégalé dans le système solaire», explique un autre astronome dans Science. «Nous avons à peine commencé à comprendre ce qu’est Mercure est sommes impatients de découvrir ce qu’elle peut nous dire sur les processus qui ont conduit à la formation des planètes telles que nous les voyons aujourd'hui. »

J.I.
Sciences et Avenir.fr

 


Archives

Articles récents