Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Des dysfonctionnements rarement vus en France

Publié par wikistrike.com sur 6 Décembre 2011, 17:02pm

Catégories : #Politique intérieure

 

 

Des dysfonctionnements rarement vus en France

 

Il y a de plus en pluArmee_de_Terre-The_Army.jpgs de « personnels militaires », mais aussi CRS et policiers, signalant des retards dans le versement de leurs diverses primes et même, pour certains, de leurs soldes. Ces informations sont présentes sur certains blogs, mais des lecteurs nous ont également fait personnellement connaître leur “cas”. On fait également part, ici ou là, de dysfonctionnements au niveau de la CAF. De plus en plus souvent, cet organisme annonce une interruption des allocations familiales au motif que certains documents (comme la confirmation d’une naissance) ne leur sont pas parvenus. Ce, alors que ces documents furent parfaitement envoyés et réceptionnés. On a même eu le cas de personnes ayant eu un contrôle physique de la CAF et se voir demander, quelque semaines après, des documents pourtant vus sur place. Qu’est-ce à dire ?

 

Soource: liesi

 

 

Dysfonctionnements dans le paiement des soldes et indemnités diverses : des familles de militaires menacent de protester devant le Ministère de la défense


Par un communiqué à la Presse, l’Adefdromil (Association de Défense des Droits des Militaires) informe qu’elle a été saisie par de nombreux militaires de graves dysfonctionnements dans le paiement des salaires.

Des centaines de militaires n’auraient pas perçu depuis 2 mois leur solde, des primes ou indemnités.

Rien que pour le mois d’octobre dernier, un  défaut de paiement total ou partiel concernerait pas moins de 1200 militaires.

Alors que certains conjoints tentent de s’organiser pour  manifester devant le ministère de la défense, l’Adefdromil demande au ministre de la défense de mettre en place une procédure d’urgence d’avance de fonds afin que la situation des militaires soit réglée avant les fêtes de fin d’année.

 

Ci-dessous, le communiqué de presse publié ce jour par l’Adefdromil

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Association de défense des droits des militaires (loi du 1er juillet 1901),représentée par son président en exercice le Colonel (e.r) Jacques BESSY

Tél. : 06 72 18 44 57 ou 06 99 04 58 20.

Adresse courriel : president@adefdromil.org

Dysfonctionnements dans le paiement des soldes et indemnités diverses : des familles de militaires menacent de protester devant le Ministère de la défense.

L’ADEFDROMIL vient d’être saisie par de nombreux militaires et leurs familles des graves dysfonctionnements survenus dans la mise en œuvre du traitement des soldes par le système Louvois mis en place par le ministère de la défense à compter du 1er octobre 2011.

Ces dysfonctionnements génèrent pour des centaines de militaires d’active et de réserve des non paiements de solde depuis deux mois, des non versements de nombreuses primes et indemnités, et pour ceux qui ont été payés, de nombreuses erreurs matérielles qui conduisent à quelques trop-perçus et surtout à des moins perçus.

Pour le seul mois d’octobre, environ 1200 militaires souffrent d’un défaut de paiement total ou partiel.

Certains militaires chargés de famille se retrouvent dans une situation très critique à quelques semaines de Noël. Certains conjoints tentent de s’organiser afin de manifester devant le ministère de la défense.

Devant une telle situation, l’Adefdromil s’étonne que ni le ministre de la défense, ni le chef d’état-major de l’armée de terre aient jugé utile de communiquer sur le sujet et s’indigne des pressions exercées par la hiérarchie pour que cette affaire ne sorte pas du cadre restreint du ministère de la défense.

L’Adefdromil, qui ne saurait cautionner une quelconque  manifestation publique de militaires, demande au ministre de la défense de mettre en place une procédure d’urgence d’avance de fonds afin que la situation des militaires soit réglée avant les fêtes de fin d’année.

 

A lire également :

Non paiement des soldes et autres indemnités : que faire ? (Jacques BESSY, Président de l’Adefdromil.)

http://www.armee-media.com/2011/11/29/non-paiement-des-soldes-et-autres-indemnites-et-frais-de-deplacement/

http://www.armee-media.com/2011/11/12/des-dizaines-de-militaires-de-l%E2%80%99armee-de-terre-n%E2%80%99ont-toujours-pas-ete-soldes-pour-le-mois-d%E2%80%99octobre-2011-par-jacques-bessy-president-de-l%E2%80%99adefdromil/

http://www.armee-media.com/2011/12/01/non-paiement-des-soldes-l%E2%80%99humour-decale-du-sirpa-terre/

 

Source

 

La parenthèse de la zone euro

 

 

l n’y a pas besoin de chercher beaucoup pour trouver des articles qui expliquent qu’actuellement, la situation de la zone euro est extrêmement délicate et « du jamais vu » . Je ne peux, malgré l’optimisme inoxydable qui caractérise ce blog, m’inscrire en faux dans ces opinions : oui, la crise est sévère et promet d’empirer. Cependant, lorsqu’on prend du recul, on se rend compte que la situation n’a rien d’imprévue, et qu’elle ressemble même fort à d’autres épisodes historiques…

 

À regarder les graphiques fournis par certains articles qui passent en revue les principaux indicateurs courants, notamment ceux de la zone euro, l’effondrement financier et économique n’est plus pour dans très longtemps. Le bain de sang devrait suivre un peu après, avec mort du petit cheval, veuves et orphelins jetés sur les routes et, très certainement, une guerre mondiale, une fin du monde (prévue pour décembre 2012) et une rupture de stock dans les pommes d’apis et le café équitable.

L’horreur, quoi.

Par exemple, si on épluche des articles comme celui-là (du Washington Post, pour rire), on découvre des graphiques alarmants :

eurographs - debt discrimination

En gros, depuis quelques mois, les taux que les marchés accordent aux emprunts des Etats de la zone euro sont de plus en plus disparates d’un Etat à l’autre, et ne cessent de monter, avec de grandes différences entre les pays réputés solides (Allemagne en tête) et les autres (Grèce en lanterne rouge). Notez la belle courbe quasi unique jusqu’en 2008 et l’écartement progressif des taux pratiqués depuis « l’événement Lehman »  : on dirait que les pays européens ont décidé, gentiment, de refaire leur vie chacun de leur côté.

Mais à ce point de la discussion, on veut en savoir plus.

Effectivement, si l’on est normalement curieux, on comprend bien que l’explosion des taux des Etats à risque doit se traduire ainsi sur un joli graphique, mais on ne peut s’empêcher de demander « Et avant ? »

En effet, la parfaite unanimité des taux avant 2008 ne laisse d’étonner : justement, c’est unanime. Avant l’explosion en vol de Lehman, et la suite logique que l’on connaît tous à présent, que valaient donc ces taux ?

Après tout, l’euro existe depuis 10 ans, maintenant…

Eh bien justement, on trouve ce magnifique graphique qui illustre parfaitement la situation (cliquez dessus pour le voir en taille réelle).

Taux d'intérêts des dettes souveraines 1995 - 2011
(C’est un graphique du Spiegel Online)

Et ce graphique est diablement intéressant, car il nous apprend, en l’espace d’un rapide coup d’oeil, plusieurs choses que tout un paquet de soi-disant économistes ne veulent pas admettre.

Ainsi, il est absolument manifeste qu’avant la période d’introduction de l’euro, les taux auxquels les Etats européens empruntaient étaient … parfaitement en ligne avec les taux que nous observons actuellement. La Grèce négociait ainsi ses bons du trésor aux alentours de 16% en 1995, ce qui est supérieur aux taux pratiqués actuellement. De la même façon, les taux des autres pays ont tous suivis la même pente depuis 1995, c’est-à-dire un écrasement vers le bas, vers le taux allemand.

Autrement dit, l’avènement de l’Euro aura simplement aplati les taux pratiqués pour les amener tous à ceux dont disposait l’Allemagne. Voilà qui en dit déjà fort long sur la façon dont les pays concernés ont pu se financer à peu de frais pendant la période dorée où l’Euro s’est implanté dans la zone.

De l’autre côté, on note que l’écartement des taux intervient dans la foulée directe de la faillite de Lehman Brothers, ce qui indique de façon absolument limpide que les marchés ont, dès cet instant, rapidement intégré les conséquences sur la monnaie unique. La parenthèse de dix ans correspondante à l’introduction de la monnaie unique a pris fin lorsque le marché a du incorporer le coût des faillites et des difficultés bancaires dans les emprunts étatiques.

Ce graphique montre de façon claire ce qui s’est produit et ce qui a conduit à la situation que nous connaissons à présent.

À l’introduction de l’euro, l’écrasement des taux pour les pays les plus risqués a nettement favorisé ceux-ci qui en ont profité pour se lancer dans une politique d’emprunt laxiste. Les dettes souveraines ont continué de croître sans retenue : des taux aussi bas, c’était la fête du slip à tous les étages. Notons au passage que ces taux ont non seulement profité du camouflage offert par la monnaie unique mais aussi des pratiques monétaristes idiotes de Greenspan et de Trichet qui ont absolument tout fait pour reflater la bulle des télécoms qui avait éclaté en 2001.

Ensuite, l’accumulation de ces dettes à pas cher (et pour la plupart parfaitement maquillées dans une pluie de billets gratuits) est devenue un véritable problème saillant lorsqu’il s’est agi de remettre de l’ordre : les milliers de cadavres sont brusquement sortis des centaines de placards dans lesquels on les avait placés, d’une échéance électorale à l’autre.

Et la conclusion est sans appel : on assiste, en fait, à un simple retour à la normale.

Les taux que nous observons actuellement sont, en réalité, dans la droite ligne de ceux qui étaient pratiqués en 1995 en Europe. Ils représentent en définitive le risque intrinsèque des pays, beaucoup plus fidèlement que ce que laissait croire la période écoulée. Et l’implication logique de ces différentes remarques est, elle aussi, parfaitement claire : les marchés ne sont pas responsables de cette explosion des taux, mais, a contrario, c’est bel et bien la monnaie unique qui a servi de cache-misère artificiel.

Comme les libéraux le disent assez souvent : le principe de réalité finit toujours par rattraper les planistes, les collectivistes et les socialistes.

D’autre part, comme Mike Shedlock dans cet article, on peut à partir de ce graphique dresser un parallèle assez intéressant entre l’actuelle situation de l’Allemagne et celle de l’Angleterre en 1995.

Ainsi, avant 1995, les pays européens avaient mis en place le MCE (ou ERM en anglais). En substance, il s’agissait d’assurer un taux de change entre les différentes monnaies du Vieux Continent dont la variabilité était conservée aussi basse que possible.

Sous ce mécanisme, les pays les plus solides financièrement étaient de facto responsables des plus faibles. À la chute du Mur de Berlin, les pays de l’Est s’effondrèrent et, grosso-modo, l’Angleterre se retrouva à devoir aider. John Major, Premier Ministre de l’époque, eut beau faire de vibrants discours sur l’unité européenne, la livre anglaise dut subir de fortes pressions du marché, et les Britanniques quittèrent le MCE en septembre 1995 ; la livre passa de 1,95 USD à 1,50 en trois mois.

La ressemblance avec ce qui se passe actuellement au sein de la zone euro et qui touche l’Allemagne est notable  ; on retrouve les mêmes postures politiciennes, la même inattention aux problèmes de fond (les dettes galopantes) et la question de base : les pays européens du Nord vont-ils devoir supporter à bout de bras les pays européens du Sud ?

De la même façon qu’à l’époque, l’Angleterre avait finalement dû quitter le MCE pour éviter une trop grosse casse, l’histoire nous apprend donc que l’Allemagne quittera la zone euro.

La question qui domine, maintenant, est : quand ?

 

Source

 

La France en faillite: témoignages de militaires, pompiers, cheminots et diplomates

  faillite1.jpgBeaucoup de réactions suite à mon article de jeudi dernier (voir en dessous) sur le fait que les militaires français ont des retards de paiement, parfois de 10 mois sur leurs frais techniques et autres ajustements. En fait, policiers, pompiers, militaires, cheminots et même diplomates me disent que leur situation s'est gravement détériorée en l'espace d'un an. Un ami diplomate m'a expliqué que maintenant tout le personnel qui est en dessous de l'ambassadeur est souvent obligé de faire de la co-location . "Nous en sommes arrivés au niveau de ce que vivaient les diplomates africains en France" m'a t'il déclaré. Regardez par exemple les derniers témoignages:

 

Mr Nuriec: "j'ai une petite entreprise, où je fais parfois patienter mes client 4 ou 5 heures le temps de mes interventions. J'ai passé ainsi 5 heures à discuter avec un militaire qui m'a effectivement confirmé revenir tout juste d'Afghanistan, et ne pas avoir été payé du mois d'octobre, et une partie de septembre, soit 5000 euros. Au passage, il me fait savoir que des troupes en afghanistan sont prévues au départ encore en 2012. Il a surtout ajouté, voyant que je suivais l'actualité que cela allait très mal finir s'ILS ne recevaient pas leur paye!".

Soldat X: "Retard de paiement des primes de plus de 10 mois, primes OPEX impayées etc. ... Aujourd'hui une partie des primes d'une mission précédente nous manque toujours (1000 euros). Par la suite nous avons effectué des terrains et une mission Vigipirate jusqu'en juin 2011 dont les primes elles aussi n'ont pas été reglées. A chaque fois que l'on essaye de chercher où sont nos tunes et quand elles nous arriveront, on reçoit le meme discours: "On n'y peut rien, c'est la mise en place du nouveau logiciel de paiement qui prend du temps, tout DEVRAIT être reglé au mois de Janvier". Des amis très proches sont revenus mi-septembre d'une mission ONU au Liban, il leur manque toujours 2 mois de prime OPEX. Des histoires d'argent comme celles-ci dans l'armée on en entend tous les jours et certaines remontent meme à plusieurs années mais ces temps-ci il y a un réel abus. 
Nous avons reçu la visite de CEMAT qui nous a annoncé que ce mois-ci 5.000 militaires sur les 15.000 que gère notre centre de paiement ne recevrait pas de paye, suite à la liquidation totale du budget de cette année et qu'ils attendaient celui de l'année prochaine... Info ou intox, là encore aucun moyen de vérifier. Je n'irai pas jusqu'a dire que les militaires se révoltent ou qu'un coup d'Etat est proche, loin de là, par contre les bonhommes n'ont désormais aucun scrupule à se mettre en arrêt maladie ... vu que c'est l'armée qui paie les gars arrêtés et cela ne change quasiment rien au bon fonctionnement du systeme militaire puisque hors mission; ... Ces histoires méritent d'etre médiatisées car je trouve abusif le fait d'engager à la pelle ces temps-ci des milliers de jeunes, de leur vendre du rêve avec des spots de pub et des slogans complétement à l'opposé de la réalité du monde militaire et qu'une fois dedans, ils se retrouvent comme nous tous le bec dans l'eau avec personne à qui se plaindre, personne pour les aider !

Gendarme Alexandre: "Je suis gendarme dans la réserve, j'écoute la video du 23 novembre où vous parlez d'un vétéran de l'armée anglaise qui s'est fait diminuer sa pension et vous mettez en garde les policiers et gendarmes de France; il y a 2 mois, certains gendarmes (d'active) ont reçu leur fiche de paye avec en entête ARMEE DE L'AIR! La somme était correcte mais pourquoi l'argent ne venait pas des fonds de la gendarmerie? Je rappelle que la gendarmerie depend du ministere de l'Interieur et plus de la Défense; c'est comme si Edf payait les ouvriers de Renault... 

Mr Husser: "Suite à votre propos sur le non paiement des soldes dans l'armée, je peux vous dire que dans l'Education Nationale, c'est pareil; ma voisine qui est vacataire n'est toujours pas payé d'octobre je crois

Mr Kilinc: "les agents de la SNCF ayant leur compte à la Banque Postale n'ont pas eu leur virement de salaire du mois de novembre, c'est un problème national. La situation devrait être résolue dans la journée. Des problèmes de tréso à la Banque Postale? Sachez aussi que mon épouse a envoyé un courrier accompagné de tous les documents demandés (y compris un RIB) pour clôturer un vieux livret A. Réponse de sa Caisse d'Epargne plusieurs semaines plus tard: merci de nous envoyer un RIB!!! De qui se moque-t-on? 

Lecteur de Nantes: "je suis agent Sncf, et tiens a vous dire, que la paie des cheminots est arrivée avec un jour de retard sur les comptes de la Banque Postale (plusieurs dans ce cas). Evidemment personne n'est responsable, la banque m'assurant que le virement Sncf a été fait en retard. Elle affirme que c'est un problème bancaire. J'ignore encore si les autres banques sont concernées (je vais questionner mes collègues). Pour ma part, la conséquence a été un découvert de 500 euros car le crédit maison, lui, est prélevé a temps. J'ai écrit a la Banque Postale pour mentionner que je refusais de payer des frais". 

Un autre fidèle lecteur: "Je confirme votre précédent article "Les militaires ne sont plus payés". J'ai 2 frères dans l'armée qui n'ont toujours pas été payés; pour l'un de ses mois de réserve (3 mois d'attente, motif panne informatique), pour l'autre actuellement en opération extérieure, les paiements sont différés d'un à deux mois. Et ils sont nombreux dans ce cas là!"

Une lectrice nous signale que les étudiants bretons n'avaient pas touché non plus leur bourse: "Au 22 novembre, la mensualité de novembre de nombreux étudiants bretons n'a toujours pas été versée. Que se passe-t-il? Il est bien difficile de le savoir... Le mois de novembre est sur le point de s'achever et de nombreux étudiants attendent désespérément le versement de leurs bourses. La Bretagne n'est pas épargnée, comme le constatent les centres locaux des oeuvres universitaires (Clous). A Brest et Quimper, les appels téléphoniques d'étudiants inquiets affluent depuis quelques jours. "Nous en avons eu une trentaine ce matin", rapportait l'un des responsables brestois ce mardi ", lire ici le Telegramme de Brest.

 

Pendant ce temps, Daniel Bouton, ancien PDG de la SG, a écrit à Giscard d'Estaing, authentique, qu'il fallait punir les Français d'avoir trop emprunté, et que pour cette raison, il fallait leur donner une leçon en leur prenant l'Hôtel de la Marine, Place de la Concorde, lire ici l'article "L'ex-PDG de la Société Générale veut nous punir d'avoir trop dépensé? Un comble!" d'Olivier Berruyer sur Rue89. Bref, tant que les banquiers et les politiques touchent leurs bonus et leurs payes, tout va bien, le reste du peuple, les manants, eux, peuvent attendre. Ils n'ont pas les manettes ni le porte-monnaie.

 

Source: jovanovic.com

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents