Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Des nouvelles de la tâche solaire AR-1429 et la CME

Publié par wikistrike.com sur 9 Mars 2012, 00:01am

Catégories : #Astronomie - Espace

Des nouvelles de la tâche solaire AR-1429 et la CME

 

DES NOUVELLES DE LA CME (EJECTION DE MASSE CORONALE) qui a fait suite à l’éruption solaire de classe X5.4 du 7 Mars générée par la tache solaire AR-1429 :

La CME a frappé le champ magnétique terrestre ce jeudi 8 Mars aux environs de 11h00 T.U.  L’impact a été plus faible que prévu et la tempête magnétique (Kp = 5) n’a provoqué que peu de perturbations. La tempête pourrait cependant s’intensifier dans les heures à venir en fonction des conditions électromagnétiques consécutives à cette CME.

Kp

DES NOUVELLES DE LA TACHE SOLAIRE AR-1429 :

hmi200

L’énorme tache solaire active AR-1429 continue de grossir.  Sa taille représente maintenant plus de 7 fois celle de la Terre, ce qui permet de la cibler facilement avec un téléscope solaire.  David Tremblay de Alto (Nouveau-Mexique) a pu cependant observer hier cette tache sans utiliser de téléscope mais grâce à une tempête de sable. « La poussière soulevée par la tempête dans la région du bassin de Tularosa était si dense, que nous avons pu observer à l’œil nu le soleil et la tache solaire AR1429 » a-t-il déclaré.

Le champ magnétique de classe « beta-gamma-delta » dans cette région solaire active, possède une énergie susceptible de provoquer plusieurs autres éruptions de classe X.

sunspotsunset_strip.jpg

Pour les prochaines 48 heures…

Classe M: 85%

Classe X: 40%

SpaceWeather

La tempête solaire semble s'être "dégonflée"


La tempête solaire qui a frappé la Terre jeudi n'est pas la plus forte depuis cinq ans ni même l'une des plus puissantes de cette période contrairement à la prévision initiale, ont indiqué les autorités américaines.

    La tempête de particules, provoquée par une éruption solaire et classée force un sur une échelle qui en compte cinq, n'a finalement provoqué aucune perturbation dans les communications satellitaires, dans le système de positionnement par satellite (GPS), ou encore des réseaux de distribution électrique, a fait valoir l'agence américaine des océans et de l'atmosphère (NOAA). "Jusqu'à présent aucune perturbation du système électrique ou des communications nous a été signalée", a dit Joseph Kunches, un expert de "la météo spatiale" à la NOAA.

     

    Les effets peuvent encore s'intensifier

    Il a toutefois souligné que les effets de cette tempête pourraient peut-être s'intensifier au cours des prochaines 24 heures, au terme desquelles le phénomène devrait cesser. Peu avant cette conférence de presse, une porte-parole de la NASA avait fait état de "perturbations dans les communications radio et le système GPS", ainsi qu'à des modifications de routes de certains avions de ligne. Elle avait toutefois précisé n'avoir aucune connaissance directe de ces incidents.

     

    Force un, pas plus

    Deux éruptions de plasma solaire ou éjection de masse coronale à l'origine de cette tempête, se sont produites mardi soir et tôt mercredi matin à une heure d'intervale dans la même région du soleil, selon la NASA. Les vents chargés de particules solaires avançant à très grande vitesse -- de 100 km/seconde à 2.500 km/seconde-- ont atteint l'atmosphère terrestre jeudi vers 10H45 GMT, selon la NOAA.

    Mais la tempête géomagnétique qui s'est produite au contact du champ magnétique terrestre n'a finalement atteint que la force un, le plus bas niveau de l'échelle. La NOAA avait prédit mercredi que cette tempête avait le potentiel d'atteindre le niveau trois de cette échelle, ce qui en aurait fait la plus puissante depuis 2006.

     

    Aurores boréales: intensité atténuée

    Autre conséquence, les aurores boréales seront observables plus au nord et leur intensité lumineuse sera aussi atténuée par le fait que la lune est très brillante en ce moment, a indiqué Joseph Kunches.

    La précédente tempête solaire qui s'était produite le 23 janvier était également de force 1. "L'augmentation du nombre d'éruptions solaires est normale au regard des cycles d'activités du soleil d'environ onze années, qui, pour cette période devrait atteindre son maximum en 2013", selon la NASA.

    Une intensification de ces éruptions peut se faire plus fréquente lorsque le soleil achève un cycle d'activités pour en entamer un autre beaucoup plus actif, comme c'est le cas depuis janvier 2008.

     

    Source: RTL.be

    Archives

    Articles récents