Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Déstockage chez Virgin: « Mon sang et mon humanité pour une console »

Publié par wikistrike.com sur 19 Mai 2013, 06:00am

Catégories : #Social - Société

 

Déstockage chez Virgin: « Mon sang et mon humanité pour une console »

 

media_xll_5829827.jpg

 

 

Des salariés du Virgin Megastore de Strasbourg ont exposé des objets cassés lors des trois jours de déstockage organisés de lundi à mercredi par le groupe en redressement judiciaire, afin de dénoncer la violence de certains clients et exprimer leur dégoût.

Un écriteau « mon sang et mon humanité pour une console », des casques cassés, ou encore une peluche recouverte de gouache sont exposés depuis vendredi face à l’escalier central du magasin dans l’ancienne vitrine multimédia, désormais recouverte de traces de mains laissées à la peinture rouge. L’installation, qui réuni des objets cassés lors du déstockage et d’autre produits défectueux, est surmontée d’un mannequin portant une veste Virgin et une étiquette « Bradé ».Un salarié blessé

Cette installation dénonce l’attitude de clients qui n’ont eu « ni respect pour les produits, ni pour les vendeurs », a expliqué Elsa, vendeuse multimédia de 25 ans.

Son stand a été vidé en 15 minutes à l’ouverture lundi matin, raconte la vendeuse. Des clients se sont battus pour une console, et un salarié a été blessé à la tête en tentant de s’interposer, dit-elle.

       

Avenir incertain

Parmi la dizaine de clients qui observaient l’installation samedi, Mickael est choqué « que les gens puissent se battre pour des marchandises, alors que d’autres ont des problèmes », dit-il en référence à l’avenir incertain des 960 salariés des 26 magasins du distributeur en redressement judiciaire depuis la mi-janvier.

 

Émeute

Au niveau national, le déstockage de Virgin a été interrompu après trois jours de braderie. « C’était tellement l’émeute qu’ils ont dû arrêter », a affirmé Sylvain Alias (SUD), précisant que Virgin offrait une réduction de « 60% sur toute la marchandise sauf le livre ». La présidente de Virgin, Christine Mondollot, a assuré de son côté que tout était « resté sous contrôle »..

 

 

© @w00db0y sur Twitter.Source+vidéos: 7sur7.be

Commenter cet article

Max 20/05/2013 05:29


@Faux; Va à la bibliothèque et instruis-toi.


Sinon l'internet peut t'aider tu sais  ? Sais-tu comment utiliser Google ?


Si non  http://fr.wikipedia.org/wiki/Console

Le fils du gil 20/05/2013 03:11

Consommation = Sommation-de-cons La génération Y est la "dégénération" => Dégénérescence + génération. Plus les siècles passent, plus l'abrutissement, plus la dégénération de chromosomes est
constatable. Fasseboucs le parc à bestiaux. On veut rêver me disait une petite-conne. C'était la nièce. M-erde alors. Quelle grande-conne celle là.

aj 19/05/2013 13:44


Quand on voit ça, on se dit vivement que l'economie s effondre, au moins ces zombies reviendront au vrai valeur, bandes de gogol.

Fleur de Diamant 19/05/2013 11:33


Je n'ai jamais été dans ce genre de magasin. M'enfin, il n'a pas fait une affaire en proposant autant de rabais... Sachant qu'il allait fermer ses portes, et que ce n'était pas l'époque des
soldes ; déjà en faisant un moins 40 %, il aurait moins perdu en marge bénéficiaire. Et les clients auraient été moins gourmands. Voilà où mène la manipulation télévisée, sans compter le
numérique. Les gens deviennent égoïstes pour la plupart. C'est dommage pour eux. Je souhaite que les acheteurs de numérique puissent bien revendre leur marchandise. En attendant, dans la vie il y
a le juste retour des choses. Ca va leur faire mal de s'être uniquement préparé à acheter comme ça au rabais...

Le Tocard 19/05/2013 10:10


 


Soldes à Virgin : « Vous
vous êtes comportés comme des pourritures »


Le 13 mai 2013 à minuit, via e-mails et réseaux sociaux, la nouvelle se répand comme un virus digne des zombies
de Danny Boyle : le Virgin Megastore, à l’agonie, annonce des réductions de 50% sur la quasi-totalité du magasin. Les détenteurs de cartes de fidélité bénéficient de 20% supplémentaires.


L’enseigne Champs-Elysées ouvre à 10 heures, et les choses se compliquent déjà. Les gens dehors s’impatientent, ils sont des centaines (dont certains depuis 7 heures du matin), et
tentent d’ouvrir eux-mêmes la gigantesque porte métallique. Ils tentent, ils tentent, les charognards.


La tension est déjà là, quelque chose ne tourne pas rond. Une ambiance, une attitude.


Le service de sécurité fait grincer les gonds. Sésame, ouvre-toi. Les chiens sont lâchés, le chaos peut commencer.


Des centaines d’humains, visages déformés, hagards, montent en courant au premier étage, se poussent les uns les autres. Une femme chute dans le grand escalier. Personne ne l’aide à se relever.


Objectif : le rayon numérique. Un iPad à 700 euros devient un iPad à 350 euros. Alors ils en prennent deux, trois, quatre, car même à 600 euros, les tablettes numériques se
revendent illico sur eBay ou Leboncoin.fr.


Paris Champs-Elysées


http://www.youtube.com/watch?v=l2-by8ixeUw&feature=player_embedded#!


http://www.youtube.com/watch?NR=1&v=a2zm0ALVZNM&feature=endscreen


Rouen


http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&v=fWzzSm_AWJE&NR=1


Senart


http://www.youtube.com/watch?NR=1&feature=endscreen&v=0KbNBdHZcnQ


Alsace :


http://www.dailymotion.com/video/xzts0g_ruee-chez-virgin_news#.UZiIasqy_2M


Mais il n’y a pas que ça à récupérer, et certains ont prévu le coup : ils sont venus avec des grands sacs. D’autres ont carrément ramené des valises.


Comme le témoigne une certaine Emma dans Le Parisien :



« C’était la folie. Ça poussait de tous les côtés. Les plus pressés montaient les marches quatre à quatre pour aller dans les rayons hi-fi. Mais il y avait peu d’articles. Du coup,
certains clients arrachaient de leur socle les appareils photos ou les tablettes en exposition. Les alarmes retentissaient de toute part. »



Au téléphone, un homme hurle, plié d’un rire nerveux : « J’y crois pas, ici c’est l’apocalyyypse ! ! ! » Dans un premier temps, les employés trouvent ça hallucinant,
positivement parlant. Mais ils vont déchanter très vite.


Traqués, insultés, secoués par les clients


Les consoles Xbox, vendues la veille 250 euros, passent à 175 euros. Prenons-en une, non deux, non trois. Durant l’heure suivant l’ouverture du magasin, les vendeurs, complètement
désemparés, sont suivis, pris à partie, traqués, insultés, secoués par des clients devenus fous.


Certains employés montent sur des tabourets, et hurlent des ordres aux gens afin de contenir, de canaliser la foule en furie. En vain. Des clients leur hurlent dessus, et l’attention sera –
semble-t-il – à qui criera le plus fort.


Alors qu’ils ont commencé leur journée depuis moins de deux heures, certains salariés s’échappent littéralement pour aller pleurer au stock, loin du chaos. Pour atterrir, pour se rendre compte de
ce qu’il se passe, et reprendre un poil de force.


La fermeture du magasin, le néant d’information depuis plusieurs mois concernant un quelconque plan social, Pôle emploi s’approchant, et maintenant ça. Ça fait beaucoup.


En moins de trente minutes, le rayon numérique est vide. Plus rien, à part de la poussière et des déchets sur les rayonnages (restes de menus McDo, cannettes vides, emballages divers)


Des gens ont sous les bras des trucs sans savoir de quoi il s’agit. Ils ne savent même pas ce que c’est. « Vous pensez que je peux en tirer combien ? », osent-ils même demander.
Mais même sans savoir, plus besoin de les mettre sur Priceminister. Car la vente n’a jamais été aussi sauvage, et des enchères commencent dès lors dans les files d’attente.


Je n’ai pas eu d’iPad, je rachète le vôtre. Non moi, non moi, non moi, qui dit mieux ? On dégaine le cash, des billets passent discrètement de main en main. On se croirait en plein deal
généralisé.


Ils se gavent sans peur de vomir


Le magasin a en stock 184 cartouches du dernier jeu Nintendo DS « Professeur Layton ». Un revendeur de jeux vidéo, venu avec des amis porteurs, les prend toutes. Les 184.


Ceux qui sont arrivés trop tard au saint premier étage – ou qui n’ont pas eu accès aux enchères sauvages – prennent alors TOUT ce qui passe à hauteur de panier. TOUT : peluches, DVD au
hasard, magnets, écouteurs, jeux de société, cartouches d’imprimantes. Ils n’ont pas le temps de choisir, sinon d’autres leur voleront leur butin.


Alors ils prennent, ils prennent, se gavent sans peur de vomir. Ils prennent pour empêcher d’autres de prendre. La plupart sont au portable :



« Mais tu veux lesquels ? Dis-moi vite, il n’y a presque plus rien ! “Twilight” ? “Iron Man” ? “Transformers” ? En Blu-ray ou DVD ? Bon, je prends tout, et
rappelle-moi dans dix minutes ! De toute façon, on s’en fout, c’est à moins 50% ! »



Et pourtant – forcément – ils vomissent, quand le coup de sang est passé. Où ? Aux caisses. C’est réellement là qu’ils font leurs emplettes, leurs « bonnes affaires » : alors
ça oui, je prends, ça non, ça oui, ça non... Ils reposent alors ce qui, en fait, ne les intéresse finalement pas.


L’attente dans la file est en moyenne de 1h30. Derrière les caissières, des centaines de produits divers s’entassent en dizaines de colonnes, trop rapidement dégueulés pour être rangés
convenablement. Alors out le traditionnel classement fantastique/horreur/comédie : on prend tout et on repose tout en tas au rayon DVD. Obligé.


Les clients, pour une fois, ne se plaignent pas.


« On rachète vos indemnités »


Une employée sort fumer une clope, par une sortie privée qui mène dans la rue d’à côté. Elle a bien pris soin d’enlever son gilet rouge, chose qu’elle ne fait jamais. Elle n’a même pas allumé sa
cigarette que les gens repèrent sans pitié le petit logo sur son badge et l’accaparent :



« Vous pouvez me mettre ça de côté ? Il vous reste des iPad ? Achetez-en un pour vous, et je vous le rachète ! »



L’employée leur répond que non. Le

Faux 19/05/2013 08:11


C'est quoi une ''console'' pour vous les francais? PS3 ? atari ? Xbox ? A moin que ce sois le mot TABLETTE qu'on voulait mettre parce qu'une console virgin ...connais pas.

Archives

Articles récents