Deux Tibétains s'immolent en Chine occidentale


immolation.jpg Photo plus ancienne

 

Une femme tibétaine s’est immolée par le feu pour protester contre la domination chinoise sur le Tibet, mourant des suites de cet acte dans un monastère ce mardi, dans la province chinoise du Gansu. Un jour auparavant un jeune moine tibétain s’était immolé par le feu durant la protestation de Nagba, dans la province du Sichuan, son état reste inconnu. 

Selon le groupe des activistes Tibet Libre, Dolkar Tso, une femme de 26 ans mère de deux enfants  s’est auto immolée à proximité d’un stupa dans le monastère de Tso, dans la ville de Gannan. 

D’autres Tibétains près du monastère ont vu la femme se consumer. Ils ont essayé d’éteindre le feu et ont témoigné de la manière dont elle déclamait, durant l’événement, des slogans pour la libération du Tibet. 

Selon une source témoignant pour la radio Free Asia: «Initialement lorsque les Tibétains ont éteint le feu, elle avait survécu, et quand les moines locaux sont arrivés, elle leur a demandé de la frapper sur la tête avec une pierre afin de la tuer pour qu’elle ne puisse être incarcérée par les Chinois». Elle est morte alors que les membres de sa famille la ramenaient chez elle.

La mort de Dolkar intervient un jour après qu’un jeune moine de 21 ans Lobsang Tsultrim, du monastère de Kirti dans la province du Sichuan, se soit immolé par le feu dans la rue principale de Ngaba, rue que les habitants ont rebaptisée «rue du martyr». 

«Les autorités locales l’ont conduit à l’hôpital du comté. Il a été emmené au bout de trente minutes, son état de santé et le lieu de son hospitalisation nous sont inconnus » déclare Tibet Libre. Le groupe ajoute qu’il « avait été passé à tabac par les forces de police pour avoir pris part à des manifestations contre la domination chinoise en 2008».

Dolkar est le 46ème cas d’auto-immolation tibétaine depuis février 2009. Selon Bhuchung Tsering, le vice-président de la Campagne Internationale pour le Tibet, qui a témoigné sur la colline du Capitole à la fin de juillet, 34 d’entre eux sont morts et les 12 autres sont «manquants» ou «hospitalisés».

Selon Tsering,  «au lieu de répondre aux griefs légitimes du peuple tibétain, les autorités chinoises ont répondu à ces immolations par des restrictions croissantes, torturant les membres des familles des auto immolés ou leurs connaissances, mettant en place des gardes à vue sans procédure judiciaire».

Enfin il a ajouté que tant que la Chine restreindrait les libertés des Tibétains, ceux-là «entreprendraient des actions pour faire connaitre de leurs sentiments».

Version anglaise: Two Tibetans Die in Self-Immolation in Western China 

Source traduction: La Grande époque
Tag(s) : #Social - Société
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog