La belle arnaque des dettes européennes

 

Sur zerohedge ils ont fait un premier diagramme des dettes entre les pays européens.Vous aimerez peut-être


Le deuxieme diagramme represente ces mêmes dettes, si on aggregent les dettes réciproques ou croisées. Par exemple, l’Irlande doit 80 millions d’Euro a l’Allemagne et l’Allemagne doit 50 millions a l’Irlande. Autant simplifer par l’Irlande doit 30 millions a l’Allemagne.

Apres 3 iterations, en incluant des aggrégations triangulaires (le Portugal doit a l’Espagne qui doit a la France, simplifie par le Portugal doit a la France), il est beaucoup plus clair de voir qui est vraiment endetté.

Au final, la France n’est quasiment pas endettée et c’est l’Angleterre qui est a la ramasse, quasiment autant que tous les PIIGS reunis !!! Et vu la situation économique là-bas, ça m’etonerrait fort qu’ils arrivent a rembourser tout ça…

Mais j’imagine qu’il est hors de question de raisonner comme cela car les banques ne percevraient plus leurs intermédiaires.

 

S’ils disent vrai, c’est une belle arnaque que ces dettes europeennes. 

Source : commentaire L.I.E.S.I

20110918 EURBEF

àààà

http://www.zerohedge.com/sites/default/files/images/user3303/imageroot/2011/09/20110918_EURAFT.png

 

Bonus Pierre Jovanovic

 

Vous imaginez, même DSK a expliqué hier sur TF1 que la Grèce va faire un défaut de paiement. Et avant lui, c’étaient les ministres allemand, autrichien, finnois, anglais, responsables suédois, etc., etc. qui avaient dit la même chose. Et cela fait presque deux ans que le cirque du sauvetage grec dure. Alors pourquoi Nicolas Sarkozy et Angela Merkel continuent-ils à nous expliquer que la Grèce ne fera pas défaut et qu’elle restera dans la zone euro? Clairement, quelque chose nous échappe, nous, le peuple stupide, à qui on explique toujours les bienfaits de l’Europe. Oui, quelque chose ne colle pas. Même Gordon Brown a déclaré que « Crisis worse than 2008 in Europe as rescue options dim ». Herman von Serpillère est arrivé à toute vitesse visiter Sarkozy (pour nettoyer les comptes des Français?), et il est reparti sans une déclaration. Inhabituel. Ensuite, vous savez par exemple que « German Banks Need 175 billion dollars more in capital »… A croire que Sarkozy et Merkel cherchent simplement à gagner du temps, en fait à préparer le terrain aux banques allemandes et françaises pour le passage chez le coiffeur, coupe incorpo, et trouver la bonne date pour annoncer le defaut… Regardez ces tableaux de Reuters repris par ZH, un par un, et vous allez tout de suite comprendre l’étendue des dégâts. Bref, au cours des jours et semaines qui suivent, les traders et les banquiers feront la queue chez les coiffeurs, puisque le chiffre de 85% est avancé. Cela veut dire que pour chaque million d’euros que doit la Grèce, ils ne reverront que 150.000 euros, le reste passant en pertes et profits.

 

OUI MAIS… Ce que la presse éco ne vous dit pas, c’est qu’il y a des credit default swaps sur ces montants. Par exemple, le tableau montre que la France est exposée à 57 milliards d’euros à la Grèce. Donc avec un rasage de près au Neptune Hydro Grec 5 lames, eh bien ce seront 48,4 milliards d’euros qui seront officiellement perdus. Sauf que les banques, hedge funds, etc. qui ont signé les CDS sur les obligations d’Athènes seront obligées de passer à la caisse. Et là, on ne sait absolument pas QUI SONT LES contreparties qui devront passer à la caisse. Vous me suivez? Autrement dit, quand vous avez le patron de la SG, ou de la Lloyds, ou de la Citi qui vous dit que son exposition à la Grèce est très faible, en revanche IL SE GARDE BIEN DE VOUS DIRE à combien il est exposé sur la Grèce par le biais des CDS (qui par définition sont hors bilan…) signés avec d’autres banques et hedge funds. Et là on touche du doigt la folie de ces permutations d’impayés. Vous pensez que la SG est exposée à la Grèce, et en réalité c’est la BNP ou la RBS qui va tomber parce que contractuellement elle doit prendre l’impayé de la SG ou d’une autre à sa charge. Et là, on est en plein brouillard puisque personne ne sait vraiment qui couvre qui et pour combien. Comme on l’a vu avec Lehman Brothers le jeu des contreparties sur la Grèce risque d’être tout aussi mortel. A ce propos, écoutez-bien notre ami Nigel Farage ci-dessous. Il parle (sous titré) aussi de la Grèce, et bien mieux que DSK. Aussi: 63% des Français sont contre le sauvetage de la Grèce.

Tag(s) : #Economie
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog