Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Dinosaures : des relations sexuelles en position du missionnaire pour éviter la castration

Publié par wikistrike.com sur 26 Mars 2013, 15:04pm

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

Dinosaures : des relations sexuelles en position du missionnaire pour éviter la castration

 

 

r-DINOS-large570-copie-1.jpg

 

DINOSAURES - La sexualité des dinosaures est une problématique vieille de plus de 200 millions d'années que les paléontologues n'ont pas encore été capables d'élucider totalement. Jusqu'à présent, la thèse la plus répandue soutenait que le mâle devait se placer à l'arrière de la femelle, poser ses deux pattes avant sur ses épaules, ranger sa queue avant de mettre l'une de ses pattes arrière sur son dos pour aligner leurs deux cloaques (l'orifice unique qui permet aux dinosaures d'uriner, déféquer et se reproduire) et permettre ainsi le "baiser cloacal". C'est d'ailleurs la position la plus fréquente pour s'accoupler dans le royaume animal.

Mais d'après le Sunday Times, une nouvelle étude vient tout récemment de battre en brèche cette théorie dominante. Selon des scientifiques du Museum d'Histoire Naturelle de Berlin, plusieurs espèces de dinosaures auraient développé d'autres positions pour copuler. Pour une raison simple: éviter tout risque de castration lors de l'accouplement. C'est le cas du Stégosaure, qui aurait eu des rapports sexuels dans la position du missionnaire (la femelle couchée sur le dos, jambes écartées).

Un risque mortel pour le mâle

"Les femelles étaient incapables de soulever leur queue car les os à l’extrémité de celle-ci ne le leur permettait pas", indique Brian Switek, expert en dinosaures, dans les colonnes du Sunday Times. Or, le dos des femelles stégosaures, comme chez de nombreuses autres espèces, était recouvert de plaques osseuses et leur queue de plusieurs pointes (voir la photo ci-dessous). Des attributs qui auraient pu s'avérer mortels pour le mâle en cas d'accouplement dans la position d'accouplement classique.

stégausorus

Heinrich Mallison, un scientifique du Museum d'Histoire Naturelle de Berlin a testé la théorie de l'accouplement traditionnel sur des représentations informatiques de dinosaures de Kentrosaures, des lézards à piques cousins du Stegosaure. Après avoir fait copuler les dinosaures sur son écran d'ordinateur il s'est aperçu que lorsque les mâles montaient les femelles par derrière, ils pouvaient être castrés à cause des pointes acérées s'élevant des hanches de ces dernières ou de leur queue pointue. Pour lui, pas de doute: "Ces dinosaures épineux ont forcément dû avoir des rapports sexuels d'une autre façon. La femelle pouvait très bien se coucher sur le côté et le mâle se cabrer pour se reposer sur elle", a-t-il expliqué.

De nombreuses théories

D'après les experts, la découverte de cette capacité d'adaptation pourrait être la clé pour comprendre comment les dinosaures ont réussi à dominer la terre durant des dizaines de millions d'années. Pour d'autres, il n'en est rien. Et comme la préservation des tissus mous est très rare, aucun ensemble complet d'organes reproducteurs intacts de dinosaures n'a encore pu être étudié. "Nous n'avons jamais découvert de phallus fossilisé", a ainsi concédé Switek au Sunday Times. Dès lors, les théories abondent.

Aussi, pour certains, les dinosaures mâles auraient continué à monter les femelles par derrière grâce au développement d'organes sexuels extrêmement longs leur permettant d'atteindre l'orifice visé sans être touchés par les pointes dangereuses recouvrant la queue de leur promise. Selon l'échelle, le pénis d'un Tyrannosaureaurait ainsi pu mesurer jusqu'à 3 mètres et demi de long.

D'autres, comme le biologiste Stuart Landry, ont émis une théorie plus plausible: les dinosaures auraient copulé dans l'eau pour être délestés de leur énorme masse corporelle au cours de l'acte.

Le sujet a en tout cas inspiré un artiste anglais, Ron Embleton qui signait ces représentations d'accouplement de dinosaures (voir le diaporama ci-dessous) pour illustrer l'article du Dr Halstead dans la revue Omni en 1988.

Regardez le diaporama concocté par nos collègues américains

Source: Huffpost

Commenter cet article

Arlette 27/03/2013 20:59


Le mot m'est revenu durant le repas : ALLIGATOR (= crocodile d'Amérique atteignant jusqu'à 5 m de long) - vous voyez cela dans les piscines privées à
l'extérieur, en FLORIDE en surprise le matin ! Il y a encore une autre bête nommée dragon : sorte de lézard
géant à l'Ile KOMODO !



Le varan de Komodo (Varanus komodoensis) est le plus grand représentant actuel de la famille des Varanidae. Ces gigantesques varans, tout droit sortis de la Préhistoire, capables d'engloutir un cerf en quelques
minutes, nous font fantasmer.
Komodo, l'île aux dragons, est une petite île volcanique au centre du triangle de Bornéo.
C'est surtout le dernier sanctuaire de ces grands reptiles.
Les 5’000 dragons de Komodo survivants descendraient des mosasaures, premiers grands reptiles carnivores du secondaire. Protégé, le dragon
de Komodo reste malgré tout vulnérable.
Portrait du dragon de Komodo -
Le dragon de Komodo, dont l'origine remonte à 140 millions d'années, a colonisé initialement quatre petites îles : Komodo, Rinca, Padar et Florès.
L’île de Padar n’abrite plus aucun varan. Au milieu des années 1970, l'espèce s’est éteinte, à cause de l’absence de proies, exterminées par les braconniers.
Dragon de Komodo. © dinosoria.com  Les
varans ont miraculeusement survécu aux pires cataclysmes. Ils doivent sans doute leur salut à une morphologie toute particulière : Epaisse cuirasse d'écailles ossifiées. Longues griffes acérées.
Queue puissante. Dentition redoutable digne d'un Tyrannosaure. Armées de soixante dents crénelées, les mâchoires des varans peuvent s'ouvrir
démesurément grâce à une grande flexibilité des os crâniens. Les dents recourbées ne laissent aucune chance à la proie. Ils
ont une bave empoisonnée qui tue d’emblée et le dragon revient quelques heures plus tard pour bouffer la proie morte.



http://www.dinosoria.com/dragonkomodo.htm

Arlette 27/03/2013 10:36


IMAGE : Ce n'est PAS à la  "missionnaire" qui est
banalement : "Papa couché sur maman".


De sacrés animaux préhistoriques - ceux qui me font peur sont les crocodiles (famille des sauriens) et leur
grande gueule et leurs dents.  ça avale un humain en entier - un garçonnet de 8 ans dans leurs mâchoires DISPARU au bord de l'eau ; et la mère n'avait même pas voulu qu'on tue
ce crocodile - et même une femme au bord d'une rivière en FLORIDE, sûrement happée car disparue, restait son panier... Leur peau, "crocodile... beau". Dans des piscines
extérieures en FLORIDE, ils ont eu la surprise, le matin, d'y trouver... c'est de la famille des crocodiles mais un autre mot... je l'ai noté aussi, car je n'arrive
jamais à le retenir.

tobor 26/03/2013 21:03


ces abrutis vont tomber dans la dinophilie!


Imaginez la honte quand on leur demande sur quoi y bossent en ce moment...

Laurent Franssen 26/03/2013 20:40


La femelle pondait les oeufs non fertilisé , et ensuie le male gicle sur les oeufs +- poreux face a son sperme et c'est comme ca que ca marche,

pas de rapport pour les dinosaures.

Merci

Bravo bravo ,

merci public

* :

pas 3 années en sup' financé, mer par l'état pour cette connerie .
Pas payé 3 ans de " recherche " .
Théorie tout aussi valide que toute ses " consoeurs ".

Merci Laurent.

Laurent Franssen 26/03/2013 20:38


grandement inutile,

moi je watch du porn et je ne demande pas qu'on me paye pour cela,

enfin, si c'est ça leur rapport au sexe, ca me dérange pas .

Ce qui me derange ce que
1/ c'est inutile
2/ on les paye a fantasmer sur les dinosaures
3/ c'est totalement inutile et inutile,..
surtout à l'heure actuele. 

Archives

Articles récents