Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Draghi: "Trop en savoir sur nos grandes banques pourrait provoquer la panique"

Publié par wikistrike.com sur 23 Octobre 2013, 12:19pm

Catégories : #Economie

 

Draghi: "Trop en savoir sur nos grandes banques pourrait provoquer la panique"

 

Tout le monde sait que les banques européennes sont en grande difficulté, et qu’en conséquence, elles ont réduit les montants des prêts qu’elles accordent aux entreprises européennes, mais personne ne sait exactement jusqu’à quel point. Le Fond Monétaire International a évoqué la possibilité que les banques italiennes et espagnoles subissent des pertes de 230 milliards d’euros au cours des prochaines années.


mario-draghi

 

 

En outre, on ne sait pas encore quels sont ceux que l’UE choisira de faire payer pour les prochaines opérations de sauvetage, les différents ministres des Finances de la zone euro réunis la semaine dernière à Washington n’étant pas d’accord sur les méthodes à employer. La BCE doit débuter bientôt un audit de 130 des plus grandes banques de la zone euro, mais il a été décidé de se mettre d’accord sur la méthode de recapitalisation (plan de sauvetage, ponction sur les comptes des déposants les plus fortunés, ou autre) avant la fin de cet audit, c’est-à-dire avant que les montants des pertes ne soient connus.

 

« Les banques européennes ont été, comme toutes les autres banques, des boîtes noires hermétiquement fermées. Si quelqu’un parvenait à en ouvrir ne serait-ce qu’un tout petit coin, les miasmes des actifs pourris qui s’en échappaient étaient si forts que le coin était immédiatement refermé. Mais lorsque le coin n’était pas refermé assez rapidement, et que trop de miasmes s’étaient répandus, la banque entière s’effondrait et il ne restait plus aux contribuables, souvent d’autres pays, qu’à lui accorder un plan de sauvetage ; c’est plus facile de cette manière », écrit Wolf Richter sur son blog Testosterone Pit.

 

« Le FMI, qui ne peut que renifler à la surface des banques, a déterminé que les banques italiennes et espagnoles seules devraient comptabiliser 230 milliards d’euros de pertes additionnelles sur les deux prochaines années. Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises, les pertes réelles des banques sont toujours bien pires lorsque la vérité finit par être révélée, et cela n’arrive jamais avant que la banque ne s’effondre et que quelqu’un de l’extérieur s’avise à compter ce qui reste ».

 

« L’année prochaine, il y aura un moment de vérité, pour ainsi dire, lorsque la BCE deviendra le régulateur officiel des 130 plus grandes banques de sa paroisse. Dotée de nouveaux pouvoirs, elle pourra les soumettre à une évaluation réaliste plutôt que les «stress tests» du passé qui n’étaient rien d’autre que de l’agit-prop, en espérant que certaines banques espagnoles et italiennes parviendront à se maintenir debout d’ici là ».

 

L’union bancaire européenne, qui permettrait à une banque en difficulté, à ses investisseurs et ses épargnants de ressortir indemnes d’une défaillance grâce aux contribuables européens, ou en tous cas, ceux des Etats membres qui n’ont pas encore été soumis eux-mêmes à un plan de sauvetage, n’existe pas encore, explique Wolf. Et c’est un problème, parce que la vérité sur l’état réel du secteur bancaire est peut-être bien pire que ce à quoi l’on doit s’attendre, elle est peut être politiquement inacceptable, semble-t-il dire. C’est ainsi qu’il explique pourquoi Draghi a déclaré que « Ces arrangements devront être en place avant que nous n’achevions nos audits », c’est-à-dire que la décision sur la méthode à employer pour le plan de sauvetage sera prise avant de connaître l’ampleur des sommes en cause.

 «La vérité ne sera pas connue avant que les Eurocrates ne décident qui devra payer pour ces plans de sauvetage. Et les audits des banques ne seront pas achevés avant cela, parce que si quelque chose concernant ces audits devait filtrer, tout le jeu de cartes viendrait à s’effondrer, et aucun contribuable ne serait d’accord pour payer la facture, maintenant que son total d’une ampleur énorme serait connu ! »

L’article de Wolf a suscité quelques commentaires, dont une citation pertinente de l’industriel américain Henry Ford: «C’est une bonne chose que les gens de la nation ne comprennent pas notre système bancaire et notre système monétaire, parce que si c’était le cas, ce serait la révolution avant demain matin ».

 

Source : Express.be

 


Commenter cet article

Ayer Esher Ayer 24/10/2013 12:01


Ceci me semble déjà beaucoup plus censé, sain et respectueux que le Talmud ( enfin, celui qu'on peut lire partout sur internet , je suis certain que LE TALMUD , le vrai écrit en Hébreux au
premier Temps de l'Hébreux n'a rien avoir , et n'est certainement PAS traduisible en français... A part par le Rav Ron Chaya... de la manière possible et avec les conséquences et proséquences que
celà implique. )

Je voudrais revenir , en annotation explicative , sur Osée (chiffre&nombre)
" Mon peuple se meurt , faute de connaissance "

Je vais d'abord dévellopé la version com-prise :

" Mon peuple se meurt , faute de con-naissance " Translaté : " Mon peuple se meurt, n'engendrant plus de mère "

Et tel que lu par " quelqu'un , aka Le Vieux "

"Mon peuple se meurt " [ Fin ] * refléxion*: Faute de Con! ( faute de mâle stupide ) *Parole: Naissance!

F est Mère.
C'est la dernière fois que je l'écris. 

Big brother 24/10/2013 00:40


@Ayer Esher Ayer


Je préfère de loin celui ci :

"Le manque de science* n'est bon pour personne" proverbes 19.12

*Entendue comme une connaissance véritable, non pas comme le succédané de LA science contemporaine.

Tiens j'ai décidé d'agrémenter le plus de sujet possible avec des extraits des protocoles des sages de sion.
Bon là c'est au sujet de LA science( de chez science et vie) que je donne un extrait :

"Les goyim ne sont guidés que par la routine et par les théories ; ils n'ont aucun souci des conséquences qui en découlent C'est pourquoi nous n'avons pas à nous préoccuper d'eux ;ils s'amusent.
Les lois qui émanent des théories scientifiques ont, pour eux, une importance considérable ; aussi avons-nous engendré la confiance aveugle à l'égard de la science. Leurs intellectuels
s'enorgueillissent de leurs connaissances que la logique n'a pas vérifiées, et ils mettent en pratique les notions puisées dans la science livresque, telles qu'elles sont écrites par nos agents,
dont le but est de tourner les esprits dans la direction qui nous est nécessaire."
chapitre 9.1

Ayer Esher Ayer 23/10/2013 22:07


Très bonne remarque sur l'entretien d'une habitation.

Ayer Esher Ayer 23/10/2013 22:06


J'ai déjà commenté au sujet de ce diction risible " ce que je ne sait pas ne peut me faire de tort ".

meteor 23/10/2013 18:39


Il s'agira notamment de vérifier que les fonds propres des banques sont constitués d'actifs valorisés à leur juste valeur. On se souviendra que pendant la crise des subprimes on a autorisé
certains établissements à comptabiliser leurs actifs à des valeurs d'avant la crise. C'est aussi le cas des banques espagnoles qui devront calculer la vraie valeur de leur immobilier dévalué (et
en sus dégradé faute d'entretien après que les propriétaires débitueurs insolvables aient été dépossédés de leurs biens)

Archives

Articles récents