Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Droits de l'homme: Les tibétains qui encouragent les immolations seront accusés d'homicide

Publié par wikistrike.com sur 16 Décembre 2012, 14:38pm

Catégories : #Politique internationale

 

 

 

Une nouvelle loi pour condamner les Tibétains qui s’immolent


 

immolation.PNGLes fonctionnaires communistes chinois ont dévoilé une nouvelle législation qui permettra d’accuser d’homicide les Tibétains qui encouragent ou facilitent les auto-immolations. Cette mesure a été rapidement dénoncée par des internautes chinois qui trouvent qu’elle sape l’État de droit.

 

Selon un rapport du Quotidien du peuple, porte-parole du Parti communiste, qui cite les  fonctionnaires de la Cour suprême du peuple de la République populaire de Chine, le Parquet suprême du peuple et le Ministère de la Sécurité Publique, ceux qui encouragent ou facilitent les auto-immolations seront tenus «responsable en tant que criminels» pour homicide, tandis que la personne qui s’auto-immole, et qui habituellement meurt pendant l’immolation, sera condamnée pour avoir mis en danger la sécurité publique.

 

Les organisations des droits de l’homme pro-tibétaines, y compris le «Tibet libre» affirment que la récente vague d’auto-immolations a été déclenchée par les mesures chinoises de répression qui visent à mettre à genoux la région. Depuis février 2009, on compte 94 cas pour lesquels des Tibétains se sont immolés pour protester contre la politique du régime chinois, demandant la liberté au Tibet et le retour du Dalaï-lama.

 

Selon la radio Free Asia, samedi dernier deux Tibétains, dont un moine, se sont immolés séparément pour protester contre le règne de la Chine. Ce sont les dernières personnes à s’être immolées.

 

Liu Xiaoyuan, un avocat installé à Pékin, a écrit sur son compte Sina Weibo que le fait que la nouvelle loi ait été promulguée par la Cour suprême et le Parquet du peuple, en collaboration avec le Ministère de la  Sécurité Publique, signifie que «le système judiciaire est en grand désordre». Il a ajouté qu’il n’y a pas d’équilibre de pouvoirs  au sein du gouvernement chinois permettant d’annuler les décisions d’une de ses institutions et que cette loi est un autre exemple de connivence des institutions judiciaires avec les organes de la sécurité d’État.

 

«On dit qu’il s’agit d’un document administratif, mais le Parquet et la Cour sont impliqués l’un et l’autre». «Le document mentionne qu’il ne s’agit  pas d’une interprétation judiciaire, mais de la Sécurité Publique qui a pris part à la décision et qui n’a rien à voir avec une quelconque institution  judiciaire. Un simple avis pourrait être utilisé pour incriminer une personne. C’est choquant!»

 

Un média d’État a annoncé ce week-end que la police de la province du Sichuan a arrêté un moine bouddhiste tibétain et un de ces parents pour «incitation» à l’auto-immolation dans la région.

 

Un autre internaute a  noté que la répression dans les zones tibétaines par les autorités chinoises locales poussait les Tibétains à l’auto-immolation. «Le gouvernement ne devrait-il pas être tenu pénalement responsable pour homicide à leur place?», a t-il questionné.

 

Un autre blogueur  a demandé: «Comment les gens peuvent-ils se donner la mort d’une manière si pénible s’ils ont une vie agréable?». «Le [Parti communiste] devrait assumer sa responsabilité!»

 

Les enfants ne sont pas épargnés

Pour illustrer  la gravité de la répression, le rapport publié dernièrement mentionne que les enfants tibétains n’ont pas été épargnés par la torture, les arrestations arbitraires et autres violations des droits de l’homme opérées par les autorités chinoises.

 

Le résumé du rapport des deux organisations, Tibet libre et Tibet Watch publié la semaine dernière, fait état du constat que l’an passé, quand  davantage de Tibétains se sont immolés pour protester contre la politique répressive chinoise, il y a eu plusieurs cas où des enfants et des adolescents «font face à tous les défis de la vie sous l’occupation et sont souvent des participants à part entière de la résistance». 

 

«Plus des deux tiers de ceux qui se sont immolés au Tibet ont moins de 25 ans et n’ont vécu que sous le régime chinois», a précisé le rapport. Un certain nombre d’enfants de moins de 18 ans se sont également immolés.

 

Le rapport a aussi précisé que: «Ces actes d’immolations résultent de  l’absence de la liberté d’expression, de recours politique ou juridique et doivent être considérés comme une preuve que la politique de la Chine… mène directement à de graves violations».

 

 

 

Version anglaise: New Law to Punish Tibetan Self-Immolators

Source: Epoch Times


 

 

Source: Epoch Times

Commenter cet article

Rensk 16/12/2012 18:50


En Suisse c'est aussi interdit de vouloir profiter de la mort de personnes... Que ce soit au niveau politique où financier.


 


Il est strictement interdit de pousser quelqu'un au suicide et pourtant nous avons Exit et son concurent, moins connus, Dignitas...

gwladys 16/12/2012 16:07


La Chine NE PEUT PAS prendre le risque de perdre le Tibet. Une base étrangère (US par ex ?) sur leur toit, à leur porte, est impensable pour eux. Pour cette raison, le Tibet restera chinois.


 

Archives

Articles récents