Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Egypte: Découverte des restes d'une pyramide

Publié par wikistrike.com sur 3 Avril 2014, 12:25pm

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

Egypte: Découverte des restes d'une pyramide

 

 

 

 

l-entree-de-la-tombe-decouverte-pres-d-abydos_65200_w250.jpg

 

Situé à l'origine sous une pyramide de sept mètres de haut, un tombeau vieux de 3300 ans a été mis au jour en Egypte par des archéologues américains. Si la tombe a été pillée au cours de son long sommeil, elle n'en reste pas moins riche d'informations pour les archéologues.

 Les futurs archéologues n’ont pas à s’inquiéter, même en Egypte il reste de nombreux tombeaux à explorer. En témoigne la découverte d’une nouvelle tombe et des restes d’une pyramide près d’Abydos, selon une information publiée le 1er avril par Scientific American. C’est une équipe de l’université de Pennsylvanie qui a mené les fouilles.

Ce tombeau souterrain, vieux d’environ 3.300 ans, était surmonté d’une pyramide qui devait atteindre les sept mètres de hauteur. "A l’origine, la pyramide devait être tout ce qu’il y avait de visible, avec peut-être un petit mur autour de la structure en guise d’enclos", précise à LiveScience Kevin Cahail qui a dirigé les fouilles.

"La pyramide devait probablement contenir une petite chapelle mortuaire en son sein où aurait pu se tenir une statue ou une stèle donnant les noms et fonctions des individus inhumés en dessous", poursuit-il.

Une histoire de famille

La tombe a hélas été précédemment pillée à au moins deux reprises pendant l’Antiquité. Pour autant, elle a gardé une foule de renseignements à livrer aux archéologues. Un sarcophage en grès et peint en rouge, mais dépourvu de momie, indique le nom du scribe qui y était inhumé : Horemheb.

Une autre salle funéraire était par contre dépourvue de sarcophage, mais disposait de figurines en l‘honneur du "responsable des écuries Ramesu". Des squelettes ont été retrouvés ailleurs dans le tombeau. Ils appartenaient à trois ou quatre hommes, dix ou douze femmes et au moins deux enfants. Les pyramides n’étaient pas réservées aux pharaons mais il fallait tout de même posséder un certain statut pour pouvoir se permettre une telle sépulture.

Selon les archéologues Ramesu, dont le titre semble indiquer une fonction militaire, aurait pu être le père ou le frère aîné d’Horemheb. Comme le souligne Kevin Cahail, tous deux portent le même nom que des leaders militaires de leur époque, devenus plus tard pharaons. Reste à savoir s’ils ont été nommés en leur hommage ou s’il s’agissait de noms courants.

Une amulette rarissime

La forte présence de squelettes féminins pose la question de la polygamie. Elle était pratiquée par les pharaons mais son existence en-dehors des cercles royaux reste incertaine. Il se pourrait également que la tombe ait été réutilisée sur plusieurs générations par une même famille ou même, horreur, qu’elle ait été "squattée" plus tard par d’autres défunts sans liens. Des datations par carbone 14 sont prévues pour trancher le mystère.

La tombe ne laisse pas pourtant que des questions aux archéologues, qui se sont révélés plus perspicaces que les pilleurs en mettant la main sur une amulette en jade rouge et verte et en forme de cœur. "C’est un objet superbe et l’un des meilleurs exemples gravés de ce type très rare d’amulette", poursuit Kevin Cahail.

 

"Elle devait être posée sur la poitrine d’un des individus décédés et être accompagnée de colliers, de l’or et autres objets du style", ajoute-il. Des objets qui ont malheureusement aujourd'hui disparu après le passage des pilleurs.

 http://www.maxisciences.com/pyramide/une-tombe-et-les-restes-d-039-une-pyramide-decouverts-en-egypte_art32303.html


Copyright © Gentside Découverte

Commenter cet article

Archives

Articles récents