Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Electrolux en Italie: 40% de salaire en moins ou délocalisation en Pologne

Publié par wikistrike.com sur 29 Janvier 2014, 11:40am

Catégories : #Social - Société

Electrolux en Italie: 40% de salaire en moins ou délocalisation en Pologne

 

 

En proposant une baisse de 40% des salaires, le fabricant d’électroménager suédois Electrolux a soulevé une tempête sociale.

 

646185_0203276094766_web_tete.jpg

L’initiative «musclée» d’Electrolux intervient sur fond de crise de l’industrie italienne de l’électroménager (deuxième secteur manufacturier national), qui a vu son niveau de production chuter de 58% en douze ans ! «Les produits italiens dans le secteur de l’électroménager sont de bonne qualité mais souffrent de coûts de production, surtout en ce qui concerne le travail, qui sont au-dessus de ceux offerts par nos concurrents», a déclaré ce mardi le ministre du Développement économique, Flavio Zanonato, en reconnaissant la nécessité urgente de «réduire le coût du travail».

Pour les syndicats, au contraire, la proposition d’Electrolux est d’autant plus«irrecevable» qu’elle intervient après cinq années de réduction consécutives des effectifs. «En jouant seulement sur le coût du travail, les salariés italiens devraient travailler gratuitement pour pouvoir rivaliser avec ceux des pays de l’Est de l’Europe comme les Polonais par exemple. Il faut intervenir sur le front fiscal en abaissant les charges sociales pour les travailleurs et les entreprises», estime Rocco Palombella, secrétaire général du syndicat UILM.

Les «Polonais d’Italie»

Selon le plan présenté lundi soir aux syndicats par la direction d’Electrolux comme une«hypothèse de travail», l’objectif serait de réduire de 3 à 5 euros le taux de salaire horaire (à partir du niveau actuel de 24 euros), soit «une réduction de 8% du salaire net, équivalente à 130 euros par mois» à travers une réorganisation du temps de travail. Mais selon les calculs des syndicats, compte tenu de l’ensemble des mesures connexes (gel pour trois ans des augmentations et primes d’ancienneté…) le plan équivaudrait «de facto» à réduire de 40% le niveau des salaires de base (de 1.400 à 700-800 euros), au travers d’une réduction des horaires de travail à six heures par jour et d’une baisse de 80% des primes d’entreprises. Alors que l’entreprise raisonne en termes de salaire horaire, les syndicats se basent sur la réduction globale du temps de travail. La proposition s’inscrit dans le cadre du plan de 2 .000 suppressions de postes (dont 1.500 en Europe) déjà annoncé par Electrolux face à la chute de ses résultats.

Le plan d’Electrolux, jusqu’ici considéré comme un laboratoire pour la «flexsecurity», intervient dans la foulée d’une série de plans sociaux annoncés par ses concurrents Indesit, Candy et Whirlpool dans la Péninsule au cours des derniers mois, avec plusieurs milliers de départs à la clef, face à la chute de la demande interne et à la concurrence croissante du chinois Haier et des coréens Samsung et LG.

 

«Ils veulent nous faire devenir les Polonais d’Italie», ont dénoncé les salariés qui ont occupé ce mardi l’usine d’Electrolux, à Solaro, en exhortant le gouvernement à ne pas céder au «chantage à la délocalisation».

 

Source

Archives

Articles récents