Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

En Allemagne, on ose parler de la retraite à 69 ans

Publié par wikistrike.com sur 14 Mars 2013, 12:16pm

Catégories : #Economie

En Allemagne, on ose parler de la retraite à 69 ans

 

 

 

jpg--1-.jpgLa Fondation Bertelsmann estime que la situation du système de retraite par répartition allemand désespérée d'ici 2060, mais réclame un allongement du temps travaillé, ainsi que l'amélioration du taux d'emploi des femmes et de la qualification des jeunes

 

La question des retraites va-t-elle s'imposer dans la campagne électorale allemande ? Une étude de la Fondation Bertelsmann publiée ce lundi relance en tout cas l'idée de la retraite à 69 ans outre-Rhin. Une idée qui avait déjà été proposée en 2011 par le conseil des « Cinq sages économistes » qui conseillent le gouvernement fédéral.

 

Effet de ciseaux

 

L'étude de la Fondation Bertelsmann souligne le problème démographique auquel doit faire face la République fédérale avec l'arrivée à la retraite des classes d'âge 1955-1970. Le défi démographique est considérable, principalement en raison de la très faible natalité enregistrée outre-Rhin depuis des décennies. L'Allemagne va devoir faire face à un effet de ciseaux difficile à gérer : une population en âge de travailler de plus en plus faible face à une population à la retraite qui explose. Selon les projections de l'Etude, la situation serait intenable.

 

Une perte de revenu considérable pour les retraités et les cotisants

Aujourd'hui, la cotisation retraite des salariés allemands s'élève à 19,3 % et permet de disposer en moyenne de 52,9 % de son salaire de référence hors impôts sous forme de pension. En 2060, si rien ne change, il faudra pour atteindre l'équilibre des comptes, affirme l'étude, augmenter les cotisations à 27,2 % du salaire brut pour espérer obtenir 41,2 % du salaire de référence pendant sa retraite. Selon les auteurs de ce document, ni les évolutions escomptées de l'immigration, ni la hausse possible des salaires et de la productivité ne semblent en mesure de corriger cette évolution.

Faire travailler plus et mieux les femmes

La Fondation recommande donc de prendre plusieurs mesures énergiques pour réagir dès maintenant au vieillissement de la population. Il s'agit d'abord de favoriser la participation des femmes au marché du travail. Même si le taux d'emploi des femmes en Allemagne n'est pas si faible qu'on le dit habituellement (il est supérieur à celui de la France), il demeure encore inférieur à celui des hommes. Surtout, les femmes travaillent souvent dans les métiers les plus précaires et aux salaires les plus faibles. Elles cotisent donc moins. La Fondation Bertelsmann réclame donc une meilleure participation des femmes au marché du travail, notamment à leur juste niveau de qualification (les femmes de 15 à 54 ans sont plus diplômées que les hommes, mais travaillent moins), notamment par le développement des modes de garde d'enfants, mais aussi par un changement de référence de la société.

Partir à 69  ans

Deuxième recommandation, la plus polémique : le report de deux ans de l'âge légal de départ à la retraite. En 2005, la « grande coalition » avait accepté le report de 65 à 67 ans de cet âge sur un mode très progressif : d'ici à 2030, et sous la condition de rapport d'étapes. Mais les auteurs de l'étude estiment qu'il faut aller plus loin : jusqu'à 69 ans, donc, avec une augmentation notable du taux d'emploi des plus de 55 ans. Aujourd'hui en Allemagne, le taux de chômage des personnes de 64 ans est de 14,2 %, près de 3 fois celui de la moyenne de la population. Et les préretraites sont restées monnaie courante.

Etre mieux formé

Dernière option proposée par l'étude : l'amélioration de la formation afin de renforcer les formations. Avec une qualification plus élevée, les actifs ont de meilleurs salaires et un taux d'activité plus important : les entrées de cotisations en sont améliorées. L'étude réclame donc une réforme de la formation professionnelle et scolaire pour aider plus les élèves en position de faiblesse.

Gain minime

Reste que la situation semble désespérée pour le système par répartition allemand : selon l'étude, en combinant ces trois méthodes, l'équilibre serait atteint avec des cotisations de 25,5 % pour toucher une pension de 42,5 % de son salaire de référence. Autrement dit, les gains seraient fort réduits. La classe politique allemande ne semble cependant pas prête à évoluer sur ce terrain. Angela Merkel et sa majorité de centre-droit a refusé de réformer le système mis en place en 2005 et la SPD, pourtant à l'origine de la réforme, a de plus en plus de mal à accepter l'adieu à la retraite à 65 ans. Il y a donc peu de chance, pour l'instant, de voir cette proposition de retraite à 69 ans voir le jour. Sauf que le problème de la pauvreté des personnes âgées et des retraités est, lui, un sujet dominant aujourd'hui dans la société allemande.

 

Retrouvez ici l'étude (en allemand)

Source: La Tribune

Commenter cet article

OTOOSAN 17/03/2013 19:29


Il de vient évident qu' après nous avoir tiré nos retraites, "ils" vont se rendre compte que certains travaillent en étant payé, d'où l'idée future de ne plus payer les travailleurs...les
consommateurs achèteront les biens par des transferts sociaux controlés par l'état.

meduze 15/03/2013 07:19


C'est aussi une excellente position pour se faire baiser (nos retraites)...

aj 14/03/2013 21:48


La solution, crever avant d etre vieux, de toute c'est tellemen nul cette société humain

Rensk 14/03/2013 17:44


Quelqu'un sait en France ce qu'est cette La Fondation Bertelsmann ?



Oont porait croire que non !

polpot 14/03/2013 17:01


au vatican on ose même parler de 77 ans et le dernier pape a poule le confirme..alors pour nous autres ce sera juska la boite qui nous permet de rester a longer c est certain

STEPH 14/03/2013 15:29


Parti comme s'est pati le jour où je serai retraité coincidera avec le jour de mon decès...

Med 14/03/2013 15:01


Nos enfants n'auront AUCUNE retraite. Nous-mêmes nous n'aurons AUCUNE retraite. C'est comme cela qu'on remercie les gens humbles et méritants qui ont travaillés dur toute leur vie à l'usine. Tout
cela pour, bien évidement, engrosser les poches des riches francs-maçons pédophiles qui croient diriger le monde à leur guise. Quand la sentence de Dieu les touchera, les pires mécréants verront
leur perte dans l'au-delà.

babal 14/03/2013 14:20


Bah il faut bien renflouer les banques et prendre l'argent où il est, dans les maigres economies des gens

Archives

Articles récents