Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

En Chine et en Russie (deux pays contre l'attaque de l'Iran), d'étranges révoltes sociales éclatent, bizarre...

Publié par wikistrike.com sur 26 Décembre 2011, 14:38pm

Catégories : #Politique internationale

En Chine et en Russie (deux pays contre l'attaque de l'Iran), d'étranges révoltes sociales éclatent, bizarre...

En Russie comme en Chine, des mouvements sociaux ont éclaté depuis plusieurs semaines. Etrange. En effet, ces deux pays qui font la une des médias occidentaux sont contre une attaque des Etats-Unis et Israël contre les installations nucléaires iranniennes. Si les manifestations sont bien réelles, leurs objectifs peuvent être fort différents de ce que les journaux nous racontent. N'oubliez pas que nous vivons une époque formidable de désinformations, sur ce, n'hésitez pas à faire vos propres recherches. Enfin, éteignez votre téléviseur, c'est une résolution pour la nouvelle année des plus primordiales.

 

Ghisham Doyle pour WikiStrike 

 

Dernières nouvelles de Chine:

En Chine, la répression de la dissidence connaît un nouveau durcissement

1419016_3_d283_des-soldats-paradent-devant-le-pavillon.jpgSHANGHAÏ CORRESPONDANCE - Le gouvernement chinois profite des fêtes de fin d'année pour réprimer la dissidence tout en essayant de s'éviter l'ire des chancelleries occidentales. Après la condamnation de Chen Wei à neuf ans de prison, vendredi 23 décembre, le procès d'un autre opposant s'est terminé deux heures et trente minutes après s'être ouvert, lundi 26 décembre au matin, à Guiyang, dans le sud du pays. Chen Xi était jugé pour "incitation à la subversion du pouvoir de l'état" en raison de 36 écrits fustigeant l'Etat-Parti. Verdict : dix ans de prison ferme, selon l'organisation China Human Rights Defenders (CHRD).

Chen Xi, 57 ans, est un vétéran de la dissidence. Il a déjà été emprisonné pendant trois années au lendemain du soulèvement de Tiananmen, en 1989, avant de purger une deuxième peine, de 1995 à 2005. Depuis sa libération, il animait une association de défense des droits de l'homme dans sa province, le Guizhou. Il militait récemment pour que des candidats indépendants du Parti puissent se présenter lors des élections locales.

Cette prise de position lui avait valu une assignation à résidence et la confiscation de son matériel informatique. Contacté le 29 novembre par la sécurité publique pour aller récupérer son ordinateur, il s'est vu notifier son arrestation une fois rendu au poste.

Trois jours avant cette condamnation, le 23 décembre, c'est une cour de justice de Suining (province du Sichuan) qui avait condamné un autre dissident historique, Chen Wei, à neuf années d'emprisonnement. Selon l'acte d'accusation, il lui était reproché d'avoir rédigé, depuis le mois de mars 2009, quatre articles aux titres explicites tels que "La maladie du système et le remède de la démocratie constitutionnelle".

PROCÈS EXPÉDITIF

A l'issue d'un procès expéditif – environ deux heures et demie également –, le juge n'avait pas laissé Chen Wei prendre la parole pour lire un texte intitulé"Conte de fée dans le désert", au mépris de la procédure, selon sa défense. "Il ne fera pas appel car il ne veut plus prendre part à ce jeu où les dés sont pipés, explique au Monde Liang Xiaojun, un de ses avocats. Chen Wei n'a fait qu'userde sa liberté d'expression." Selon un autre proche, sa famille essayerait malgré tout de le convaincre de tenter d'obtenir une peine moins lourde.

Cette vague de condamnations n'est pas inédite : en 2009, déjà, Pékin avait profité de Noël pour condamner à onze années de détention Liu Xiaobo, auteur de la Charte 08 appelant à des réformes démocratiques, couronné par le prix Nobel de la paix en 2010. Le gouvernement semble penser que les fêtes de fin d'année aideront à détourner l'attention des Occidentaux.

Pour les dissidents chinois, l'année 2011 aura été l'une des pires depuis la répression de Tiananmen. La combinaison des révolutions dans le monde arabe et des luttes internes avant la passation de pouvoir à la tête de l'Etat prévue pour l'automne 2012 a conduit à ce tournant sécuritaire.

Des dizaines de personnes ont été détenues, souvent dans des "prisons noires", des chambres d'hôtels ou appartements coupés du monde, hors de tout cadre juridique. L'avocat aveugle Chen Guangcheng est assigné à résidence, hors de portée des visiteurs. L'artiste Ai Weiwei a passé quatre-vingt-un jours en prison au printemps.

Quant au militant Gao Zhisheng, disparu depuis vingt mois, il a été renvoyé en prison pour "violation des règles de sa libération conditionnelle", selon un communiqué de l'agence officielle Chine Nouvelle du 16 décembre, six jours avant l'aboutissement d'une période probatoire de cinq ans. Son frère a exprimé la crainte qu'il soit décédé. Des centaines d'autres militants ont été intimidés ou détenus, leurs libérations obtenues uniquement au prix du silence.

Harold Thibault - Source: Le Monde

 

Dernières nouvelles de Russie:

La presse russe souligne le succès de la manifestation d'opposition samedi

photo_1324889351819-1-0.jpgLa presse russe constatait lundi matin le succès de la grande manifestation samedi de l'opposition, qui a rassemblé des dizaines de milliers de personnes, et certains titres relevaient que désormais les manifestants visaient directement Vladimir Poutine.

Les journaux russes ont avant tout souligné que malgré la multitude de mouvements et de personnalités d'opposition, ceux-ci ont réussi à rassembler sous une bannière encore plus de monde  que le 10 décembre, lors du premier grand rassemblement pour dénoncer les fraudes aux législatives du 4 décembre.

"Il y avait deux fois plus de monde. Et si, il y a deux semaines, le slogan principal visait à dénoncer les falsifications aux élections du 4 décembre, cette fois-ci, à chaque minute qui passait le rassemblement devenait de plus en plus anti-Poutine", écrit Novyé Izvestia.

Les titres de la presse soulignent aussi que le nombre de manifestants avancé par la police -29.000- n'était pas crédible, tout en estimant que les 120.000 revendiqués par l'opposition étaient exagérés.

Les journaux avancent des chiffres allant de quelque 73.000 manifestants pour le quotidien populaire Moskovski Komsomolets à 102.000 selon le périodique d'opposition, Novaïa Gazeta.


Le félicitant du "réveil de la société civile", le quotidien souligne que désormais les leaders du mouvement doivent trouver un terrain d'entente et développer un programme politique pour concurrencer le régime.Au delà des querelles de chiffres, Moskovski Komsomolets demande à l'opposition, après ce succès, et à la veille de la longue période fériée en Russie (du 1er au 10 janvier) "et maintenant quoi?".

"Mais les organisateurs ne pensent pas à cela malheureusement, au contraire ils insistent sur le caractère apolitique et civique des manifestations", écrit le journal.

Moskovski Komsomolets conseille aux détracteurs du régime de Vladimir Poutine, qui veut revenir à la présidence à l'occasion de la présidentielle de mars 2012, de se mettre d'accord pour soutenir un candidat à ce scrutin afin de forcer l'homme fort du pays à un deuxième tour.

"Il est évident qu'il gagnera au deuxième tour. Mais ce ne sera pas une victoire inconditionnelle. Cela forcera les dirigeants à réaliser que la société civile existe", relève le journal.

 

Une nouvelle manifestation est prévu pour samedi prochain.

 

Source: Le Monde

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents