Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L'ombre de la guerre plane sur Gibraltar

Publié par wikistrike.com sur 12 Août 2013, 15:21pm

Catégories : #Politique internationale

 

      L'ombre de la guerre plane sur Gibraltar


 

gibraltar.jpg

 

Dimanche, alors que le conflit entre l’Espagne et la Grande-Bretagne s’est durci sur la question de Gibraltar, l’Espagne a étudié la possibilité de conclure une alliance avec l'Argentine pour former un front uni à l'Organisation des Nations Unies, rapporte le Sydney Morning Herald.

Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, et le ministre des Affaires étrangères, Jose Manuel Garcia Margallo, ont l’intention de saisir l’opportunité d’un déplacement à Buenos Aires qui avait été prévu le mois prochain pour évoquer conjointement la question de la territorialité respective de Gibraltar et des Malouines auprès des Nations Unies, rapporte El País. Depuis des décennies, en effet, l’Argentine conteste la territorialité britannique des Malouines à la Grande-Bretagne.

Le ministre espagnol des Affaires Etrangères n’a pas encore précisé si la question sera soumise au Conseil de Sécurité de l’ONU, ou à son Assemblée Générale. L’Espagne envisage également de plaider sa cause à la Cour internationale de La Haye au titre de « l’occupation illégale de l’isthme », une bande de terre qui relie la péninsule au continent et qui n’était pas incluse dans le Traité d’Utrecht de 1713, qui réglait les conditions de cession du territoire de Gibraltar à la Grande-Bretagne.

De leur côté, les Britanniques auraient l’intention de porter plainte auprès des institutions européennes au titre des «contrôles injustifiés et inacceptables aux frontières, et des contrôles aux frontières motivés par des raisons politiques en contravention avec la loi européenne ». « Notre souhait primordial est de restituer aux gens leurs droits de liberté de mouvement les plus élémentaires et de permettre un retour à la normale des opérations à la frontière », a indiqué un porte-parole du Foreign Office britannique.

Le conflit avait débuté avec l’immersion de 70 blocs de béton par les autorités britanniques, dans le but de créer un récif artificiel. Mais les pêcheurs espagnols affirment que ces blocs les empêcheront de pêcher dans les eaux de Gibraltar, et le gouvernement espagnol a donc demandé aux autorités britanniques de retirer ces blocs. Celles-ci ayant refusé, le gouvernement espagnol a décidé d’alourdir les contrôles douaniers aux frontières entre le territoire espagnol et Gibraltar, ce qui a provoqué de gigantesques bouchons. Le ministre espagnol des Affaires Etrangères a même proposé d’instituer un péage de 50 euros pour les habitants de Gibraltar qui franchissent la frontière avec l'Espagne. Ce péage aurait été reversé aux pêcheurs à titre de compensation pour leur perte d’activité consécutive à la création de ce récif artificiel.

Gibraltar est peuplé de 30.000 habitants, et le territoire constitue une base importante pour la Royal Navy britannique.

 

Source

Méditerranée, tension sur Gilbraltar

 

Ces exercices en Méditerranée et dans le Golfe étaient prévus «de longue date», selon Londres...

Des navires de guerre appareillent à partir de ce lundi d'Angleterre pour des manoeuvres en Méditerranée prévues «de longue date» selon Londres, mais qui interviennent en plein regain de tension avec Madrid à propos de Gibraltar, où une frégate britannique fera escale.

La frégate HMS Westminster partira mardi pour atteindre les eaux du petit territoire britannique du sud de la péninsule ibérique dans le courant de la semaine, a indiqué ce lundi le ministère de la Défense (MoD). Il s'agit d'un des quatre navires de guerre à participer aux exercices «Cougar '13» en Méditerranée et dans le Golfe.

Un «déploiement de routine et prévu de longue date»

Ces navires incluent aussi le porte-hélicoptères HMS Illustrious, qui doit quitter Portsmouth lundi matin et a été autorisé par l'Espagne à faire escale sur la base navale de Rota, dans le sud du pays.

Intervenant pour la troisième année consécutive, il s'agit d'un «déploiement de routine et prévu de longue date», selon le ministre britannique de la Défense Philip Hammond.

Selon le MoD, les navires feront escale dans «un certain nombre de ports méditerranéens», avant de participer à un exercice avec l'armée albanienne en mer Adriatique. Ils passeront ensuite par la mer Rouge, l'océan Indien et le Golfe, où ils participeront à des exercices avec des pays partenaires dans la région.

Des blocs de béton pour mettre fin aux incursions des pêcheurs espagnols

Mais ces manoeuvres se déroulent alors que la tension diplomatique entre Londres et Madrid autour de Gibraltar, territoire de sept kilomètres carrés cédé à la Grande-Bretagne en 1713, peuplé de 30.000 habitants, est à nouveau montée depuis fin juillet.

Les autorités de Gibraltar ont provoqué la colère de Madrid en coulant dans la Méditerranée, en baie d'Algeciras, des blocs de béton formant un récif artificiel, pour tenter de mettre fin aux incursions dont elles accusent les pêcheurs espagnols dans des eaux qu'elles considèrent comme les leurs.

 

Depuis, de longues files d'attente se sont formées à la frontière et Gibraltar affirme que l'Espagne a multiplié les contrôles douaniers en représailles. Madrid a aussi indiqué envisager la mise en place d'un péage routier de 50 euros à la frontière du territoire britannique.

 

Source

Archives

Articles récents