Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

ETATS-UNIS. Un défaut de paiement, c’est Lehman Brothers puissance dix

Publié par wikistrike.com sur 6 Octobre 2013, 06:23am

Catégories : #Economie

ETATS-UNIS. Un défaut de paiement, c’est Lehman Brothers puissance dix

 

 

6494271-etats-unis-un-defaut-de-paiement-c-est-leh-copie-1.jpg« La propagation serait immédiate et très violente », explique Thibault Prébay, spécialiste du marché obligataire. Interview.

Drôle d’ambiance à Washington, où le gouvernement a fermé une partie de l’administration fédérale faute d’accord budgétaire au Congrès. Dans ce climat de défiance entre Républicains et Démocrates, une échéance inquiète : le 17 octobre, les Etats-Unis ne devraient plus pouvoir emprunter s’ils ne relèvent pas le plafond de la dette. Un scénario de faillite aux conséquences si terrible qu’il semble peu probable pour Thibault Prébay, directeur du département taux du fonds d’investissement Quilvest gestion.

Pourquoi les Etats-Unis pourraient être en faillite ?

- Chose assez peu courant dans le monde, les Etats-Unis ont fait le choix de plafonner leur dette, c’est-à-dire que le gouvernement ne peut pas emprunter au-delà d’une certaine somme sans l’accord du Congrès. Or celui-ci est en partie contrôlé par les Républicains, dont certains réclament que Barack Obama retarde l’application de sa réforme de l’assurance santé, ce qu’il refuse de faire. Si ce blocage perdure, les Etats-Unis ne pourront plus emprunter à partir du 17 octobre. Ils ne pourront donc plus non plus honorer le remboursement des dettes qu’ils ont déjà émises. Ce serait un défaut de paiement.

Cela peut-il se produire ?

- C’est extrêmement peu probable. Des discussions de ce genre se sont produites à de nombreuses reprises par le passé, même si cette fois le « shutdown » du budget ajoute une touche de folklore. A chaque fois le parti qui bloque la situation fini par se mettre l’opinion publique à dos. D’autant plus qu’il remet en cause une décision d’un président élu.

Que se passerait-il si cela avait lieu ?

- Le gouvernement se verrait dans l’impossibilité de proposer un budget avec un déficit, qui ne peut être financé que par une hausse de la dette. Il devrait d’abord réduire les dépenses publiques de quelque 4% de PIB. Barack Obama a ensuite la possibilité de s’appuyer sur la Constitution, qui dit que l’Etat doit faire face à ses obligations, et donc au remboursement des emprunts qu’il a contracté. Le problème, c’est que si cette décision s’avère infondée juridiquement, il risque la destitution. Enfin, l’Etat fédéral peut dire à ses créanciers : je ne peux pas payer.

Et ensuite ?

- Dans la pratique, les marchés accordent encore une journée, en cas de problème technique. Ensuite, le gouvernement doit déclarer un défaut « sélectif » : il s’engage à tout payer, sauf une obligation qu’il paiera avec un certain retard. Et s’il ne peut pas, il se déclare en défaut. Les obligations qu’il a émises dépassent leur terme jusqu’à ce que les Etats-Unis aient renégocié les modalités de remboursement avec ses créanciers.

Quelles en seraient les conséquences ?

- Les agences de notation placeraient les Etats-Unis au plus bas de l’échelle de notation. Plus personne ne voudrait prêter aux Etats-Unis, et la valeur de leurs obligations souveraines chuterait. Cela créerait un trou dans le bilan des banques du monde entier, qui sont obligées d’en détenir par sécurité. Elles feraient faillites, entraînant d’autres banques dans leur sillage. Dans de nombreux pays, les retraites, les systèmes de santé ou les fonds de pension qui détiennent ces obligations ne seraient plus financés. La propagation serait immédiate et très violente. A côté, les faillites de Lehman Brothers ou de la Grèce sembleraient ridicules. Et l’Etat américain serait dans l’incapacité d’agir. Mettre à terre l’économie mondiale, tout cela pour repousser l’Obamacare d’un an ? Il est impossible d’envisager que le Congrès ne parvienne pas à trouver un accord.

Pourtant Barack Obama a invité Wall street à s’inquiéter du comportement des Républicains. Les extrémistes des « Tea parties » semblent prêts à tout…

- Chacun à intérêt à se montrer inflexible, afin que l’autre parti passe pour le responsable du blocage. Mais cela n’inquiète pas vraiment les marchés financiers. Les fluctuations de ces dernières semaines sont surtout dues aux doutes sur la croissance potentielle des Etats-Unis. Si Wall street prenait la menace au sérieux, la bourse aurait perdu au moins 15%.

Source: tempsreel.nouvelobs.com

 

 

Commenter cet article

Damstounet 13/10/2013 02:16


il y a quelques années, on croyait tout aussi chimérique la perspective de dégradation de la note américaine et pourtant...

Laurent Franssen 08/10/2013 00:24


J'en prends 6 et je les remets dans la ligne temporelle valide,
intenable votre délire.

" Encore du pognon à se faire " , non mais! 

Laurent Franssen 08/10/2013 00:23


Arrête de mettre des majuscules à des mots complètements cons Arlette
Repost valide oui, à part ça. 

Laurent Franssen 08/10/2013 00:21


Le congrès US,
ca fait gros pour un 'des' point de départ.
Me dites pas que vous n'avez pas trouvé. 

Laurent Franssen 08/10/2013 00:19


Faire de l'argent sur la crise,
comment croyez-vous que cela va résoudre la crise ?! 

Jean Yves 06/10/2013 18:45


Si le trou duc de Dalek s'y met le délire de désinformation continue !

Dalek 06/10/2013 18:01

Mais non voyons ! Jean Yves ne fait pas semblant, on sait que c'est toi derrière tous cela !

Jean Yves 06/10/2013 16:53


L'imposteur jean yves 2 , tu roules pour qui, aucun courage en te cachant derrière les autres !


WIKI, je finis par douter de votre sincérité en laissant des crétins voler les peudos des autres surtout pour certains types d'intervention. J'appelle ceci de la manipulation au service du NOM de
la part d'une certaine communauté. Vous avez la possibilité avec les e mails de faire le ménage des imposteurs, si vous ne le faites pas dans certaines circonstances, c'est que vous faites
partie de l'administration du site. Sinon ce serait de l'auto sabordage. Je ne me trompe pas, c'est sûr!


Bonsoir

Jean Yves 2 06/10/2013 12:52

C'est clair Jean Yves ! Ah Ah Ah ! Quel con ce jean Yves ! Continue de nous faire rire trou de fion !

Jean Yves 06/10/2013 11:17


Je suis prêt à faire le paris qu'il n'y aura pas de défaut de payment le 17 octobre. Les élites ne sont pas folles, la bourse monte (sans bonne raison) et il y a encore du pognon à faire
avant l'effondremen,t et des européens à "sucer"jusqu'au bout, et c'est pas encore fait complètement.

Arlette 06/10/2013 11:00


Pierre JOVANOVIC - Professeur
FEKETE :   http://youtu.be/G9QDLbR2VXo

Arlette 06/10/2013 10:17


Copie valable de commentaire par V... Z...  le  5/10/2013
: Le krach du dollar peut arriver à n'importe quel moment, car toutes les conditions sont réunies. Certes, le
gouvernement Alexandre Aïvazov: "Le dollar s'effondrera en 2014" //////////// américain et la FED ont une réserve de solidité leur permettant de reculer l'échéance en menant une
politique raisonnable (ce dont je doute fort). Mais le krach est inévitable. Selon des estimations, cela aura lieu en 2014, dans le meilleur des cas en
2015, mais pas plus tard.
Comme l'écrit Boulgakov dans Le Maître et Marguerite: "Annouchka a déjà renversé l'huile" (qui provoquera la mort d'un personnage, Berlioz, ndlr). Des événements X ou Y ne peuvent qu'accélérer ou légèrement reculer les processus en cours, mais pas les arrêter, tout comme
nous ne pouvons pas éviter la mort. Le processus naturel de vieillissement du modèle capitaliste Américain mène inexorablement à la
mort de ce Modèle, et la crise permettra de reconstruire l'Economie, conformément aux Nouvelles exigences Mondiales.


 

Arlette 06/10/2013 09:36


http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/


(J'avais LU son adresse il y a des années, à la Tribune de GENEVE et après les infos Revue de Presse, blog Pierre JOVANOVIC, je regarde Olivier
Demeulenaere).


sur la droite, il y a une colonne : Minuit moins une - aussi plein de rubriques sur la
droite :     Obama : l'Iran est "à plus
d'un an" d'une bombe atomique.


Par La rédaction de
RTL.fr ,  le 05/10/2013  international - 

Archives

Articles récents