Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Ethylotests obligatoires: Le président de l'association à l'origine du décret est aussi un salarié de l'entreprise qui les fabrique

Publié par wikistrike.com sur 27 Juin 2012, 09:46am

Catégories : #Santé - psychologie

 

 

Les éthylotests obligatoires sont-ils au cœur d'une combine ?

des-le-1er-juillet-les-ethylotests-seront-obligatoires_8161.jpgLe président de l'association à l'origine du décret est aussi un salarié de l'entreprise qui les fabrique.

Voilà donc l'accessoire indispensable de votre été, et certainement le jackpot commercial de l'année. Rendu obligatoire par un décret en date du 28 février dernier, l'éthylotest garnira théoriquement dès dimanche toutes les boîtes à gants de l'Hexagone. En ces heures décroissantes où le retour au made in France semble l'unique panacée industrielle, une PME de l'Hérault en profite ainsi pour jouer les bons élèves.

Déjà leader mondial de ces ballons gonflables, Contralco devrait aussi devenir le fournisseur quasi exclusif des 46 millions d'automobilistes français. Au bord de la faillite voici à peine quelques saisons, l'entreprise familiale a depuis embauché à tour de bras pour satisfaire une demande désormais estimée à 5 millions d'éthylotests par mois. « 174 personnes travaillent chez nous, soit une grosse centaine de plus que l'an dernier », se réjouit Guillaume Neau, le responsable marketing de la société.

Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes économiques si l'un de ces salariés n'était pas curieusement le président d'I-Test, l'association à l'origine du décret arraché au gouvernement Fillon. Créée il y a moins d'un an (le 26 juin 2011) par un certain Daniel Orgeval, cette petite structure avait d'ailleurs été saluée pour avoir si vite convaincu l'État de l'intérêt supérieur de sa démarche. Or, Daniel Orgeval n'a rien du militant de base. Certes impliqué depuis une trentaine d'années dans la prévention routière, l'homme est donc également responsable de la formation au sein de Contralco.

Le marché est juteux

De là à hurler au conflit d'intérêts, il n'y a qu'un pas que la Ligue de défense des conducteurs (LDC) n'a évidemment pas hésité à franchir. « C'est un scandale », assure sa secrétaire générale, Christiane Bayard. « On aurait pu croire que cette association regroupait des familles de victimes ou bien des bénévoles dé-sintéressés, et l'on découvre en fait que son président n'est autre que le représentant des fabricants d'éthylotests. Ce monsieur a réussi un coup de maître en garantissant à sa boîte un marché juteux de plusieurs dizaines de millions d'euros. »

Un salaire de 3 000 euros

Joint hier par « Sud Ouest », Daniel Orgeval ne dit finalement pas autre chose, tant il sait que sa démarche n'a rien d'illégal. « Que je sache, les danseuses du Lido ne sont pas représentées par les groupements de marins pêcheurs », répond-il à ceux soupçonnant I-Test d'être un syndicat professionnel davantage qu'une association. « Et non, non, je ne passe pas mes week-ends avec Claude Guéant, j'ai juste été convaincant auprès des députés. » Bénévole au sein de l'association, le retraité « assume » aussi son salaire de 3 000 euros brut mensuels chez Contralco. « Un mi-temps qui ne fait que prolonger mon engagement contre les méfaits de l'alcool, des stupéfiants et de la vitesse au volant. Alors, que l'on n'y cherche pas un coup tordu. »

Reconnaissant en parallèle « ne pas cracher sur les conséquences commerciales du décret », son employeur assurait hier réfléchir au dépôt d'une plainte pour diffamation. « Nous sommes victimes d'un tissu de mensonges orchestré par la Ligue de défense des conducteurs, une association obscure qui appelle aux dons, mais qui n'a même pas déposé ses statuts en préfecture », explique Guillaume Neau. Certes brillant leader du marché français avec plus de 78 % des ventes et un contrat d'exclusivité avec les forces de l'ordre, Contralco n'en a pas en revanche le monopole, contrairement aux affirmations de la LDC. « Quant aux insinuations sur la rapidité supposée avec laquelle le décret est passé, rappelons juste qu'il ne fait qu'appliquer une loi votée… en janvier 1970. »

« Des gens primaires… »

Dans ce qui ressemble ainsi fort à une guerre des lobbies, l'ancien ministre des Transports Dominique Bussereau se permet pourtant un avis plus tranché. « La Ligue de défense des conducteurs a beau être composée de gens primaires et dé-sagréables, je trouve très choquant que le président de l'association en faveur des éthylotests soit également employé de l'entreprise qui les fabrique. De toute façon, la vraie solution serait d'équiper en série les véhicules. Hélas, j'ai senti du conservatisme et de la paresse intellectuelle chez les constructeurs automobiles quand je cherchais à les convaincre. »

Source: sud-ouest

 

Commenter cet article

nostra 27/06/2012

Il ne peut y avoir de diffamation que si l'accusation est appuyée par des contre-vérités. Là si cette personne a été effectivement salariée par un contrat de travail et rémunérations (l'enquête le
dira), c'est indéfendable et perdu d'avance. Ils sont vraiment pas fins ! Les socialistes qui doivent bien rire !

raoul 27/06/2012


Té en Italie, ils sont plus top pour les combines, hein Nostra !

Max Planc 28/06/2012


Cet loi ne sert à rien, elle n'empêchera jamais quelqu'un de rouler bourré.


La vraie question et l'article en parle c'est qui fabrique ces éthylotests et quels sont les membres du gouvernement qui ont des actions dans ces sociétés.


On veut nous faire croire qu'il s'agit de sécurité routière alors qu'a la clé il y a un énorme pactole financier à se partager pour les actionnaires de ces entreprises .


D'après ce que j'ai entendu à la TV elles ne sont pas nombreuses à fabriquer des éthylotests (pour l'instant).

ethylotest 17/10/2012


en tout cas cette nouvelle loi aura fait des éclaboussures ! je ne comprends pas tout ce remue-ménage pour si peu il ya bien plus inmportant à s'occuper en France !

Blog archives

Recent posts