Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Europe Puissance ou Colonie ? Quel modèle politique et économique pour l'Europe

Publié par wikistrike.com sur 18 Février 2013, 18:31pm

Catégories : #Economie

Europe Puissance ou Colonie ? Quel modèle politique et économique pour l'Europe


 

TNV14294300.jpg

 

 

 

Le  13 Février dernier , Alexandre Latsa publiait une remarquable Tribune dans Ria Novosti sur le nouveau modèle politique et économique Russe (1)
Cette Tribune que je ne saurais que conseiller de lire, mentionne « l’éclatement de l’Occident » et la fin  de  L’Europe
 
"mais aussi par l’incapacité de l’Europe à faire face à la globalisation, ce qui lui fait prendre le risque de sortir de l’histoire par une porte dérobée. A ce titre, les dernières nouvelles politiques d’Angleterre semblent indiquer que la première étape de ce phénomène (un monde sans Union Européenne) est peut être bien déjà entamée."
 
L’analyse de Latsa est sans concession et  sa lucidité doit être applaudie. 


J’ai publié plusieurs articles sur la Grèce, (2)ainsi que sur les risques de la future Union Transatlantique (3) en train de se concrétiser avec l’Union douanière USA / UE. et  ce que j’appelle un véritable processus de colonisation en train de se faire sur les richesses Européennes, leurs services publics, leurs brevets, sa richesse humaine. 
 
 
Je crois qu’il est indispensable de revenir sur ces sujets et sur ce qui est en train de se faire pour en inverser les processus. Nous avons besoin de l’Europe,  face aux grands blocs géopolitiques actuels, les pays  qui la composent n’ont que peu d’avenir face aux puissances actuelles que sont les USA, la Chine, la Russie et l’Inde, sauf si elle sait être cohérente, défendre les intérêts propres des pays qui la composent, et affirmer son indépendance à la fois politique mais aussi énergétique, industrielle et scientifique.
 
La puissance d’un pays ou d’un groupe de pays vient de plusieurs facteurs :
-      son armée
-      sa monnaie
-      sa puissance économique, ses matières premières et ses brevets.
Mais surtout : ses peuples  et leur volonté démocratique et politique, leur niveau, leur éducation..



1°) Armées

L’europe n’a pas d’armée pour l’instant , elle a des résidus d’armée nationales qui diminuent comme peau de chagrin pour des questions de réduction budgétaire . Mais il ne peut y avoir de cohérence militaire si il n’y a pas de cohérence politique .. et pour l’instant , la cohérence politique n’existe pas .


2°) Monnaie

L’Europe a une monnaie, qui n’est d’ailleurs pas encore adoptée par tous les pays, et en particulier la Grande Bretagne qui s’en tient soigneusement à l’écart. Mais cette monnaie est affectée par des défauts de structure majeurs qui ont handicapé un certain nombre de pays, au lieu de les aider. De plus , la monnaie Européenne n’est pas gérée comme outil de politique économique , mais elle sert uniquement de variable d’ajustement de la politique américaine.


Depuis sa création l’Euro est passé en taux de change parité Euro/$ de 0,80 au plus bas à 1,60 au plus haut juste avant la crise des suprimes. Cette force de l’Euro voulue par l’Allemagne a profondément affecté les pays exportateurs hors zone euro et ceux qui vivaient du tourisme : la Grèce, l’Espagne , l’Italie et la France .


Elle a amplifié les délocalisations industrielles vers des pays à moindre niveau de salaire, et empêché ces pays de se développer, de développer leurs infrastructures , elle a aggravé leur niveau de dette. La compétitivité d’un pays sur le plan économique vient aussi de sa monnaie. La période Gaulliste devrait nous le rappeler car ce sont bien les dévaluations compétitives du Franc qui ont permis le développement d’infrastructures publiques dont nous bénéficions toujours (nucléaire, transports) .. La monnaie était au service de l’économie .. car les pouvoirs avaient conservé ce droit régalien qui est celui de battre monnaie, ce qui leur permettait entre autre d’ajuster les besoins publics ... avec les lignes de trésorerie consenties à la Banque de France sans intérêts .. possibilité abolie par la loi de 1973 , qui a concédé la création monétaire aux banques privées, concession reprise par l’article 123 du Traité de Lisbonne. 


C’est cette transmission de pouvoir régalien qui est en partie à l’origine de   « la dette » ..
 
Les Chinois qui ont tout à fait compris que la monnaie était un outil essentiel au service de l’économie ont corrélé leur monnaie au dollar, se protégeant ainsi de ses fluctuations abérrantes et en particulier de sa baisse..
 
Comme le disait Charles de Gaulle lors de son discours de 1965 (4): les USA ont vécu à crédit  grâce à l’instauration du Gold Exchange Standard :
 
"C’est dire que la convention qui attribue au dollar une valeur transcendante comme monnaie internationale ne repose plus sur sa base initiale, savoir la possession par l’Amérique de la plus grande partie de l’or du monde. Mais, en outre, le fait que de nombreux Etats acceptent, par principe, des dollars au même titre que de l’or pour compenser, le cas échéant, les déficits que présente, à leur profit, la balance américaine des paiement, amène les États-Unis à s’endetter gratuitement vis-à-vis de l’étranger."
 
 
La Chine a tout à fait compris ce danger et s'ouvre progressivement   aux transactions monétaires internationales , ouverture qui se fait également grâce aux immenses réserves en dollars accumulées, qui sont exactement ce que De Gaulle décrivait : un endettement gratuit .. elle se met de ce fait  à avoir un rôle plus qu’actif sur les politiques monétaires mondiales .
 
Ce rôle doit d’ailleurs encore plus se renforcer puisque pour éviter ces fluctuations du dollar dérangeantes et déstabilisantes pour toutes les économies de la planète , y  compris sur la fixation du prix des matières premières (en particulier énergie : gaz et pétrole), la Chine a décidé de mettre en place à horizon 2015 , une nouvelle monnaie mondiale, destinée à remplacer le dollar comme monnaie planétaire .. plus stable , moins politique et moins manipulée . Cette nouvelle monnaie serait composée d’un panier de monnaies et de métaux précieux , dont l’or .
 
Le plaidoyer de Zhou Xiaochuan, gouverneur de la banque centrale de Chine, prononcé en 2009,  est éloquent (5).
Le G20 n’a pas voulu l’entendre , mais les Chinois avancent de leur côté , et c’est devenu le plus gros importateur d’or depuis .. 2011 , ses importations ont même doublé entre 2011 et 2012 .
 

La Chine a remplacé l'Inde dans le courant de l'année dernière comme le plus gros consommateur mondial d'or et les importations d'or pour la Chine continentale par Hong Kong fonctionnent actuellement à plus du double du montant enregistré il y a un an. Selon les données produites par Bloomberg Gold Import de Hong Kong (6), les importations chinoises ont bondi de 94% à 834,5 tonnes en 2012, avec un record mensuel de 114,4 tonnes en Décembre. La Chine est également le premier producteur mondial d'or, mais cela n'a pas été suffisant pour satisfaire son appétit vorace pour le métal jaune.


Dans ce contexte les demandes en provenance d’Allemagne , de Suisse et de l’Equateur sur le rapatriement de l’or de leurs banques centrales , prennent un tout autre relief .


Les BRICS ont d’ailleurs déjà abandonné le dollar dans leurs propres transactions internes.


3°) Puissance économique , matières premières et brevets.

L’Europe est une puissance économique incontestable ... à la fois par le niveau de ses industries, de ses services et par le pouvoir d’achat de ses populations.


Cette puissance économique ne pourra s’exercer que si l’Europe devient cohérente politiquement et si les technocrates de l’Union Européenne défendent en priorité l’intérêt des Européens au lieu comme le dit Alexandre Latsa d’aller d’échec en échec face à la globalisation .


Pour être cohérente la première des choses est d’avoir des politiques qui convergent et non pas qui divergent, entraînant des dumpings et des concurrences féroces au sein même des différents pays qui la composent .. Et là il faut bien parler de l’impérieuse nécessité d’avoir une harmonisation fiscale, qui empêche les évasions ou les fraudes comme celles que nous venons de constater avec des comportements comme ceux de Apple, Google, Star Bucks ou encore Amazon , comportements largement facilités par ces incohérences de la fiscalité Européenne, sans parler bien sûr du comportement des personnes physiques.


Ce sont d’ailleurs ces divergences qui ont largement contribué à la déstabilisation espagnole, en particulier du fait des flux de capitaux qui ont quitté les banques Espagnoles vers d’autres paradis fiscaux comme le Luxembourg , le sauvetage bancaire étant par la suite mis à la charge de la population espagnole, mutualisation inadmissible puisqu'elle consiste à combler des pertes privées par un détournement de fonds publics. 


Pour contrer ces éléments majeurs de déstabilisation, il paraît impératif de :



Organiser une fiscalité unique sur les capitaux au sein de la même zone monétaire européenne.


Mettre en place les outils de contrôle qui permettront de vérifier les comportements des différents acteurs, en particulier par l’intermédiaire des chambres de compensation qui ne peuvent en aucun cas être détenues par des acteurs privés, dont en plus on ignore tout de l’actionnariat .. Ce qui est le cas actuel de Clearstream avec son actionnaire Deutsche Boerse.


Une politique fiscale cohérente, aurait empêché par exemple ce qui vient de se passer avec Arcelor Mittal et l’arrêt programmé du site de Florange . En effet, le montage financier réalisé par Goldman Sachs, montage grâce auquel Mittal a pu racheter Arcelor et qui a conduit à la destruction de la filière acier française, n’aurait jamais pu avoir lieu en Allemagne, pays dont la fiscalité limite la déduction des intérêts financiers (8), sachant que Lashkmi Mittal a même poussé le vice jusqu’à s’endetter pour pouvoir verser des dividendes , supérieurs aux bénéfices du groupe, sans parler du montage fiscal qui lui permet de ne quasiment pas payer d’impôts en France.


Une politique fiscale cohérente ne permettrait pas à la France de faire d’invraisemblable cadeaux fiscaux comme actuellement, à des pays comme les USA ou le Qatar (exonération totale de toute fiscalité sur les dividendes versés aux fonds de pension) , cadeaux qu’elle ne consent à aucun autre pays , encore moins Européen. 



Les services publics Européens qui font aussi partie de ce que l’on pourrait appeler « l’identité Européenne ainsi que ses modèles sociaux » participent à cette puissance économique, non seulement par la richesse de sa production, mais également par les nouveaux développements d’infrastructure ou les découvertes réalisées.


En ce sens, la direction prise par l’Union Européenne depuis 2006 sur la libéralisation à outrance des services publics et leur privatisation est à l’opposé des intérêts Européens .


Lorsque les USA mettent en garde la Grèce contre la coopération énergétique (9)qu’elle pourrait avoir avec la Russie , il s’agit d’une ingérence inadmissible dans la conduite des affaires Grecques, Etat souverain , ingérence due à l’absence de politique Européenne dans l’intérêt des Européens .


Il est vrai que si l’on regarde ce qui se passe en Grèce depuis deux ans, que ce soit dans le cadre de la restructuration de sa dette dont les dernières modalités ont été décidées au sein d’une officine nommée ISDA (10), qui n’a rien d’Européen, on ne peut que se demander qui prend les décisions et en fonction de quels intérêts. Et la personnalité plus que sulfureuse, comme le curriculum vitae de Mario Draghi n’est pas vraiment la réponse à cette question...


La dernière mise en garde du département d’Etat Américain aux autorités grecques, montre l’intérêt porté aux ressources énergétiques du bassin Méditerranéen dont les potentiels commencent à sortir, que ce soit en Grèce ou à Chypre. Comme viennent de le décider les Islandais, les ressources naturelles d’un pays ou d’une zone appartiennent en premier lieu à sa population . On ne peut que se demander dans ce contexte pourquoi les concessions, les exploitations, les forages, ne sont pas tout simplement par simple cohérence, réservées à des sociétés Européennes ..


On peut même se demander, compte tenu de ces richesses potentielles pourquoi l’Union Européenne ne met pas en place sa propre politique énergétique , destinée à gérer la transition énergétique et à donner une indépendance certaine à ses populations qui restent dépendantes d’un certain nombre de pays non Européens . 



Encore une fois, cette absence de volonté politique fait que l’Europe semble jouer contre l’intérêt des peuples qui la composent, en laissant des prédateurs financiers s’emparer de richesses qui appartiennent incontestablement aux peuples européens .
Dans ces domaines essentiels et vitaux, composés de clientèles captives, la différence entre un service public et un service privatisé vient de l’absence d’objectif sur la rentabilité du capital. Les capitaux investis le sont dans le cadre de l’intérêt général, et les bénéfices produits par ces investissements productifs sont réaffectés soit à la recherche, soit à l’entretien des infrastructures, soit à la baisse de prix pour les clients finaux .


Les échecs multiples de la gestion de l’eau privatisée , que ce soit en France ou en Allemagne, et le retour à la notion de service public dans ces domaines montrent que contrairement à la préconisation des technocrates non élus de l’Union Européenne, l’intérêt général des Européens est non pas de privatiser et de libéraliser ses services publics , mais bien au contraire, de les renforcer, en les conservant publics de manière à ne pas obérer la compétitivité de nos entreprises par des coûts supplémentaires qui sont dûs à la recherche d’une rentabilité du capital investi par n’importe quel moyen . 


Une Europe sociale et humaine.


Un autre caractère très fort de l’Union Européenne vient de ses modèles sociaux, modèles qu’un Mario Draghi considère comme obsolètes et morts ..
Ces modèles qui permettent à la fois d’assurer des retraites aux Européens, des soins de santé, une couverture chômage en cas de besoin et surtout , une éducation gratuite dans le cadre de systèmes éducatifs publics , ont soutenu la consommation Européenne, et continuent à soutenir le futur de ses populations , à travers le niveau de sa jeunesse en particulier éducatif, qui n’est rien d’autre que le futur de l’Europe (en particulier ses brevets et ses développements).


Ce sont ces modèles que la Troika est en train de détruire en Grèce, selon cette doxa imbécile que seule l’austérité permettrait de revenir à des équilibres budgétaires ... Raisonnement dont la situation actuelle des Grecs nous montre la totale inanité puisque cette austérité ne fait qu’empirer la situation en aggravant les déficits et la récession. Et cette attitude est d’autant plus incohérente que la Grèce paraît bien être l’un des pays plus riches d’Europe en termes de ressources énergétiques.


Au lieu de la détruire, les autorités Européennes ne devraient-elles pas construire un modèle de solidarité, qui permette à la fois d’aider les Grecs à se sortir de la difficile situation dans laquelle ils sont , mais qui irait dans le sens de l’intérêt général des Européens ?
Alexandre Latsa a raison : si l’Europe ne change pas de politique, si elle continue à se comporter comme une colonie incohérente des Etats Unis d’Amérique , elle se condamne elle-même et elle condamne ses populations à la paupérisation et à la récession .
En ce sens , la dernière volonté d’une Union douanière UE /USA est l’une des pires erreurs politiques qui soit . L’Europe doit rester autonome et indépendante, elle en a les moyens humains, les moyens en ressources naturelles , les moyens financiers .. Et elle pourra continuer à faire entendre sa voix dans le concert des nations.


Ce n’est qu’une question de lucidité et de volonté politique, DE NOS POLITIQUES et ce n’est même pas une question de couleur d'étiquette politique, c'est la simple prise en compte de l'intérêt général des Européens. Les étiquettes, les clivages politiques stériles permettent au contraire de détourner l'attention de cet objectif essentiel . 

 

Caro pour WikiStrike


SOURCES 


1. Tribune d'Alexandre Latsa: http://fr.rian.ru/tribune/20130213/197515344.html
2. Trop c'est trop J'accuse : http://fipcarolinep.xooit.fr/t41-TROP-c-est-TROP-j-ACCUSE.htm 
3. Union Transatlantique : http://fipcarolinep.xooit.fr/t72-MARCHE-TRANSATLANTIQUE-ou-COLONISATION-Europeenne.htm
4. conférence du Général de Gaulle du 4 Février 1965 : http://fipcarolinep.xooit.fr/t105-Conference-du-Gal-De-Gaulle-du-4-fevrier-1965.htm
5. Discours de Zhou XIAchuan de 2009 : http://marie-annekraftblogpolitique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/04/13/plaidoyer-pour-une-monnaie-mondiale.html
6. Importations chinoises d'or : http://www.arabianmoney.net/gold-silver/2013/02/06/chinese-gold-imports-double-up-on-a-year-ago-as-china-becomes-worlds-largest-consumer-of-gold
7. Convention fiscale exonérant les fonds de pension de toute fiscalité sur le versement de dividendes: http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000021645865&fastPos=1&fastReqId=1819750608&categorieLien=id&oldAction=rechTexte
8. Rapport de la Cour des Comptes sur la comparaison entre la fiscalité française et la fiscalité allemande :http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Prelevements-fiscaux-et-sociaux-en-France-et-en-Allemagne
9. Mise en garde à la Grèce sur sa coopération énergétique avec la Russie : http://french.ruvr.ru/2013_02_17/Gaz-les-USA-mettent-en-garde-la-Grece-contre-une-cooperation-avec-la-Russie/
10. ISDA :http://www2.isda.org/

Commenter cet article

caro 21/02/2013 13:37


@Rensk 


Villeret dans le dîner de C.... l'Europe n'est vraiment rien d'autre : 


 “La Russie est en train de mettre un terme à sa dépendance de la superpuissance mondiale”.
http://www.dedefensa.org/article-le_timon_du_monde_est_rompu_04_02_2013.htm…

On ajoute d’autres extraits de ce texte, qui explicitent bien de quoi il s’agit, en fait de “dépendance”, notamment à l’occasion de la sortie unilatérale de la Russie d’un accord Russie-USA
concernant la coopération dans la lutte contre la drogue et le crime, essentiellement caractérisée par des subventions US pour la Russie. On comprend que la Russie réalise combien cette sorte de
relations permet (permettait) une ingérence constante des USA dans les affaires intérieures russes et la décision est ainsi exactement du même caractère que le terme mis à l’activité du USAID en
Russie et d’autres mesures du même tonneau (voir le 10 décembre 2012). Le commentaire de Clinton sur ce type de décisions
russes, également cité, mesure l’amertume US à ce propos…
«Moscow announced that it has terminated an agreement with Washington to cooperate in law and drug enforcement, continuing the trend of deteriorating diplomatic
relations. “Russia is reforming its relationship with the US. We have terminated the third agreement with the U.S. in the last six months,” Aleksey Pushkov, the head of the Foreign Affairs
Committee of the Russian Lower House, commented on Twitter. […]


Le cœur
stratégique de la mésentente Russie-USA
http://www.dedefensa.org/article-le_c_ur_strat_gique_de_la_m_sentente_russi…



Un article de Youri Roubtsov, spécialisé dans les questions stratégiques nucléaires, éclaire d’une façon enrichissante l’état des relations stratégiques nucléaires entre la Russie et les USA.
L’article est paru sur le site Strategic-Culture.org, le 18 février 2013. Il donne quelques chiffres et précisions intéressantes
sur les positions respectives, et met en évidence combien les positions diffèrent sur le fond d’une façon irréconciliable.
Actuellement, précise Roubtsov, la situation stratégique (comptabilisée en octobre 2012) par rapport au traité START-3 qui a été négocié entre les USA et la Russie en 2009-2010, et ratifié en
décembre 2010, et qui est effectif depuis février 2011, est de 1.737 têtes nucléaires stratégiques pour les USA, et 1.499 pour la Russie, – alors que le traité autorise 1.550 têtes. Les
Américains continuent à réduire leur arsenal pour se conformer au traité tandis que les Russes se sont lancés, d’abord avec difficulté, dans un programme de réarmement essentiellement par
modernisation, et dans tous les cas qui devrait permettre d’atteindre le plafond des 1.550 têtes autorisées si l’on s’en tient au cadre de SALT-3.

Rensk 20/02/2013 23:54


Qui donc en Europe a déclaré l'€ surévalué ? La France...


La Suisse qui a limité cela a 1.20/1 a acheté tellement d'€ qu'elle peu facilement faire faire banquerout a la France...


La subvention pour aider vos nouveaux arrivé dans l'UE est plus élevé par habitants en Suisse qu'en France...


L'UE, Bologne et le prochain Reich de mill ans...


http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=3800


 

Big brother 19/02/2013 15:54


Ne serait ce que le logo, signature des mafieux du grand oeuvre, ça annonce suffisament la couleur sans même rentrer dans une argumentation détaillée.


De toute façon, au stade où en est, ceux qui veulent s'aveugler sont indécrotables.

BERNARD 19/02/2013 08:10


Je pense que la majorité est CONTRE l'europe. Pour connaître l'esprit d'un propriétaire il suffit de regarder son jardin, s'il est mal tenu alors le propriétaire se tient mal, et il en est ainsi
des dirigeants européens qui, gestionnaires d'un immense jardin, ne savent pas le tenir ni même l'entretenir. 


L'europe ressemble à un arlequin bigarré où toutes les cultures et singularités qui font la richesse d'une nation UNE et indivisible, se fondent dans un melting pot, une soupe infâme et sans
consistance ni saveur. Les cuisiniers, à l'origine de cette soupe s'associent avec les lobbies et y puisent abondamment sur le dos des peuples qu'ils empoisonnent et appauvrissent au passage avec
les OGM, le concours et la complicité des banques, des grands chefs d'entreprise, des multinationales , du G 20 etc...


l'analyse de CARO est juste pour le reste mais avec la seule réserve que la France doit revenir France, et ainsi ,DE GAULLE pourra enfin se dire, dans l'au-delà, qu'il se reconnaît et se sent de
nouveau bien dans son pays, avec tous ses compatriotes. 

Arlette 19/02/2013 02:22


La séparation des Banques : une LOI pour rien :


http://youtu.be/E3UDgcrL8Js

mentalx 18/02/2013 23:56


effectivement, bonne synthèse, et oui ce ne peut-être que des traîtres, ils nous vendrons jusqu'au derniers...et oui il faut une Europe sociale, avec des élus par le peuple, aucune lois votées
sans référendums, et une armée technologique digne du troisième reich dans lequel on essaie de nous faire vivre...pour ma part ça va péter, il est temps de mordre la main du maître; vu qu'on
souhaite nous traiter comme des chiens.


leur prix nobel ils peuvent se le guarder; qu'ils défendent nos acquis sociaux et nos libertés, nos géostratégies, notre grande souveraineté de jouir de nos ressources, cela fait au moins mille
ans que mes ancêtres sont sur ce sol EUROPE, et on a toujours su perpétuer la lignée, les régimes eux tombent et meurent par la grâce des populations, si elle s'en donne les moyens. Et au vu de
ce monsieur qui c'est fait arracher un oeil en lutant pour ses droit contre mittal au travers des institutions européenne, le message est clair; ultra-violence contre violence! il va falloir
mettre le paquet dans ce bras de fer, et on ne va pas continuer à engraisser les ricains; le reste on ne les paies pas pour faire autre chose; BASTA!

Jean Yves 18/02/2013 21:36


Excellent article dont je partage entièrement les vues très réalistes. Nos critiqueurs de bas étage (pour certains dans les commentaires) devraient prendre le temps de le lire et de réfléchir à
notre avenir dans l'europe telle quelle est menée actuellement par des traitres, le mot n'est même pas assez fort. 

Archives

Articles récents