Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Faillite : Après Détroit, Los Angeles et Chicago ?

Publié par wikistrike.com sur 3 Août 2013, 11:12am

Catégories : #Economie

Faillite : Après Détroit, Los Angeles et Chicago ?
losangeles.jpgD’autres villes des Etats-Unis sont au bord de la faillite, explique un avocat local. 

 

 

 

Si elle est approuvée, la faillite de Détroit et son volet pensions créeront un précédent aux Etats-Unis. Explications de Douglas C. Bernstein, avocat de Détroit spécialiste des faillites.

L’administrateur général, Kevyn Orr, avait présenté en juin un plan de sauvetage de Détroit. Pourquoi avoir finalement déclaré la ville en faillite ?

Kevyn Orr est pressé par le temps. Il espérait obtenir des accords et des concessions des créanciers, avant de restructurer la dette devant les tribunaux. Or les représentants des employés du service public ont déposé un recours devant un juge local. Kevyn Orr a riposté en accélérant l’inscription sous le chapitre 9 de mise sous protection des tribunaux.

La mise en faillite et les possibles coupes claires dans les pensions sont-elles constitutionnelles ?

La constitution de l’Etat du Michigan protège les pensions. Mais le code américain des faillites, qui est fédéral, autorise lui la rupture des contrats. Un juge va devoir décider si ce code prévaut ou non sur la constitution de l’Etat. Cette décision promet une belle bagarre devant les tribunaux et fera précédent.

Si le dossier est approuvé, comment se déroulera la mise sous protection du chapitre 9 ?

Les faillites municipales sont très rares aux Etats-Unis, moins de 700 à ce jour, bien qu’elles soient de plus en plus fréquentes. A la différence de la banqueroute de General Motors ou de Chrysler à Détroit, le Département du Trésor américain ne va pas intervenir pour financer les caisses de la ville. Détroit n’a pas grand-chose à vendre, donc la restructuration de la dette va prendre plus longtemps.

Qui seront les grands perdants devant les tribunaux ?

Les retraités municipaux devraient être les premières victimes. Les pensions non payées représentent la plus grosse partie de la dette de Détroit, plus de 5 milliards de dollars sur 18 milliards au total. Deux fonds de pensions sont concernés : celui des employés municipaux et celui de la police et des pompiers. Cela représente 32000 actifs et retraités. Les détenteurs de bons municipaux devraient également être sévèrement touchés.

Pourquoi l’Etat fédéral n’intervient-il pas pour sauver Détroit comme il l’a fait avec l’industrie automobile ?

Pour plusieurs raisons : d’abord, car la détérioration des finances de la ville est due en partie à la corruption des dirigeants. Washington ne veut pas cautionner ce genre de comportement. Deuxièmement, le Congrès n’est pas disposé à autoriser un nouveau plan de sauvetage actuellement. Enfin, plusieurs autres villes sont en faillite ou sont sur le point de l’être, comme Los Angeles, Oakland, Philadelphie, Chicago. Si le gouvernement crée un précédent avec Détroit, toutes les autres municipalités vont tendre la main.

Comment expliquez-vous la situation de Détroit ?

Le déclin de Détroit, ville auparavant très dynamique, a commencé avec les émeutes raciales de 1967. Ensuite, du fait de la présence de syndicats forts, le Michigan est un Etat où la main-d’œuvre est chère. Du coup, l’industrie automobile s’est délocalisée vers le sud dans les Etats où les syndicats ne sont pas obligatoires. Cet exode a eu l’effet de dévaloriser la valeur immobilière de Détroit et donc les impôts sur la propriété. Le cas n’est pas unique à Détroit, mais c’est ici qu’il est le plus exacerbé.

Détroit paie-t-il son succès passé ?

Oui, la ville n’a pas réalisé assez tôt qu’elle était trop dépendante de l’industrie automobile. Elle commence seulement aujourd’hui à se diversifier.

 

Source

Commenter cet article

Ouvrier 03/08/2013 13:59


Pourtant hier il annoncé une hausse de la création de l'emploi au état unis...

Archives

Articles récents