Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Forget Me Knot, la bague du designer Sruli Recht faite de peau humaine

Publié par wikistrike.com sur 20 Janvier 2013, 21:14pm

Catégories : #Insolite - étrange et bêtise humaine

Forget Me Knot, la bague du designer Sruli Recht faite de peau humaine

 


 

DESIGN - Mesdames, Messieurs, vous recherchez une bague de fiançaille originale pour votre conjoint(e)? Le styliste et designer australien Sruli Recht a peut-être ce qu'il vous faut.

Pièce maîtresse de sa collection 2013 présentée samedi 19 janvier à Paris: un anneau en or enveloppé... de peau humaine.

Pour cette pièce vraiment unique, Sruli Recht a littéralement donné de sa personne: un chirugien a découpé dans son abdomen une bande de peau de 11x1cm. Dépouillée de sa graisse et raclée, la bande de peau a ensuite été tanée et salée avant d'être montée autour de l'anneau 24 carats.

Dans un documentaire dont un extrait a été dévoilé vendredi, Sruli Recht met en scène l'intervention chirurgicale. Regardez la vidéo ci-dessus. Attention, certaines scènes peuvent heurter les plus sensibles...

L'oeuvre, intitulée Forget Me Knot ("Ne m'oublie pas", jeu de mot avec "knot", qui signifie "nœud" ou "nodule" en anglais) est vendue 350.000 dollars (un peu plus de 260.000 euros) et est accompagnée d'une certificat ADN. Avis aux amateurs.

Le résultat est suprenant, effrayant, dégoutant, au choix...

sruli recht anneau

sruli recht anneau

La démarche est déroutante, mais quoi de plus normal pour un designer qui a déjà créé des vêtements et objets à base de cuir d'agneaux mort-nés, de peau de dauphin, ou de soie produite par une araignée implantée dans une chèvre...

 

Source: Huffington Post

Commenter cet article

zara 22/01/2013 13:32


1 seul mot : MALSAIN !

Faux 21/01/2013 11:03


ARLETTE VEUT TU SVP CESSER DE POLLUER AINSI avec des texte rempli de couleur pas écrit asser gros SVP 
va voir ailleur ou sois plus circonscrit dans tes propos on ne lit pas tes merde parce que ces trop lourd  

Arlette 21/01/2013 09:55



http://www.livenet.fr   Transformé en diamant après votre mort ? C'est possible !






Transformé en diamant après votre mort ? C'est possible !



Par Audrey   -   Publié le 01/11/2008  Tags : Mort Diamant
Vous vous êtes sûrement déjà posé la question de savoir si, au moment de votre décès, vous préférez être enterré ou incinéré ?
D’autres alternatives, moins courantes existent également, telles que la congélation, ou la momification, mais actuellement, une nouvelle solution est en train de faire un ravage dans le
domaine des pompes funèbres. A présent, il est également possible d’opter pour l’option de se faire transformer en diamant après avoir été incinérer. Cette technique,
actuellement est pratiquée en Suisse, permet de transformer les cendres du défunt en un diamant, suite à un procédé chimique et bien entendu une petite somme d’argent. Cette
technique redonne tout son sens à la célèbre phrase « les diamants sont éternels » !


A l’heure actuelle, cette pratique peut être réalisée par la société Algordanza, moyennant une somme qui varie de 2'800 à 10'600 euros (suivant le poids de la pierre qui varie de 0,25 à 1 carat) contre environ 12'000 euros pour un enterrement ! Pour ce prix là, au sein
d’un laboratoire, des laborantins transforment les cendres en carbone puis en graphite. Ensuite, on soumet le graphite à de hautes pressions et températures pour en faire des diamants
artificiels en l’espace de 4 à 6 semaines. Cette technique fait déjà fureur et ce dans tous les milieux sociaux culturels, puisque la société transforme en moyenne 40 à 50 urnes en
diamants par mois. La transformation nécessite peu de « matière première » puisque seuls 500 grammes de cendres (un corps incinéré peut en produire jusque 3 kilos) sont utiles pour
obtenir un joli diamant que vous pourrez faire monter en bijou afin de porter l’être cher toujours près de vous. De plus, chaque pierre aura une couleur unique (du bleu au blanc) et une forme
qui sera elle, proposée par la famille.


Depuis 2004, cette méthode fait de plus en plus d’adeptes et des laboratoires sont déjà ouverts au Japon (l’un des principaux fournisseurs), en Espagne, en Russie, en
Ukraine et aux Etats-Unis .La société vise à présent les pays ayant de fortes croyances et traditions familiales tels que la Chine et l’Inde.  La transformation
d’un corps en diamant peut être bien entendu demandée par l’intéressé du temps de son vivant, ou par la suite, par la famille qui souhaite garder un souvenir plus « gai » qu’une urne ou une
pierre tombale. Certaines assurances-vie commencent même à intégrer ce service dans leurs contrats !


Et vous, quelle forme choisirez-vous, cœur ou étoile ?  






Arlette 21/01/2013 09:23


Lundi 21.01.2013       International Service of the Swiss Broadcasting Corporation







Suivez nous sur   Un diamant comme repos éternel.













15. août 2004 - Une entreprise SUISSE propose de transformer les cendres des défunts en diamants. Du coup, le cher
disparu peut être porté au doigt plutôt que déposé dans une urne funéraire. Le prix de cette transformation hors du commun n’est pas plus élevé que celui d’une pierre tombale.





Basée à COIRE, l’Entreprise Algordanza a débuté ses activités au mois de juillet. Elle est la première en Europe à produire une
pierre précieuse à partir de cendres de crémation.
Selon son directeur Veit Brimer, le public suisse à répondu très positivement à cette idée. «Il y a vraiment un grand intérêt, dit-il. Nous enregistrons 200 visites par jour sur notre site
Internet ». Une pièce unique :
Tout comme il n’existe pas deux hommes identiques, il n’existe pas deux diamants identiques, lit-on sur le site de l’entreprise. Et chaque
pierre créée permet de se souvenir éternellement d’«une vie unique et merveilleuse».
Pour produire les diamants synthétiques, les cendres sont purifiées. Elles sont ensuite chauffées et pressurisées sur une période s’étendant de trois à quatre semaines.
«Les cristaux de diamant se développent comme dans la nature, déclare Veit Brimer. Sauf que la méthode que nous utilisons ne prend pas de millions d’années, mais juste quelques
semaines…»
«Mais le procédé est pratiquement le même, poursuit-il. Aujourd’hui, même les spécialistes ont bien de la peine à dire si un diamant est naturel ou
synthétique.» Une couleur bleutée :
Les diamants produits par Algordanza ont une couleur bleutée. Or, cette teinte fait apparaître les pierres encore plus précieuses.
«On trouve des diamants bleus dans la nature, explique Veit Brimer. Mais ils coûtent bien plus chers que les autres, car ils sont extrêmement rares».
Les pierres sont formées dans une machine qui ressemble à un gros réfrigérateur. Cet appareil peut produire cinq à six pierres en même temps.
Il n’y a, par ailleurs, pas de danger que les cendres provenant de différents défunts soient mélangées.
«Nous faisons des analyses chimiques à la fois des cendres et des diamants. Nous pouvons ainsi déterminer à partir de quelles cendres les diamants sont faits», assure Veit Brimer. Au
goût du client :
L’entreprise offre toute une gamme de possibilités. Ses créations peuvent être transformées en bijoux ou encore placées sur une base en granit.
Les prix commencent à 5'690 francsS pour une pierre polie et taillée d’un demi-carat. Pour 600
francsS de plus, le diamant peut être monté sur une bague en or.
Les pierres créées peuvent dépasser 1,5 carat. Le poids dépend en fait de la durée du passage dans le compresseur.
Selon les désirs du client, un nom et une date – invisibles à l’œil humain – peuvent être gravés sur la pierre au moyen d’une technologie au laser.
Veit Brimer indique que l’entreprise reçoit des demandes non seulement de personnes qui gardent les cendres de proches à la maison, mais aussi de gens qui souhaitent que leurs propres centres
soient transformées en diamant après leur mort.
Jusqu’à présent, la demande la plus inhabituelle concernait les cendres d’un cheval. Mais, Algordanza
ne prévoit pas d’étendre ses services aux animaux.
«Pour ça, nous devrions probablement créer une autre entreprise», conclut-il.
swissinfo, Morven McLean
(Traduction : Olivier Pauchard)   Key facts : L'entreprise Algordanza a été lancée en juillet 2004 à
COIRE.ch
Ses directeurs sont Veit Brimer (38 ans) et Rinaldo Willy (24).
La technologie utilisée a été développée en RUSSIE, il y a environ 4 ans.



LIENS :  Algordanza (en Allemand)





Diamants Infos



Babinsky 21/01/2013 09:12


Il aurait eu plus vite fait de se couper le prépuce, en le laissant secher , pas besoin de bague ...

Archives

Articles récents