Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

François Hollande a couvert Cahuzac selon le Président de la Commission d'enquête de l'Assemblée Nationale

Publié par wikistrike.com sur 17 Juillet 2013, 17:42pm

Catégories : #Politique intérieure

François Hollande a couvert Cahuzac selon le Président de la Commission d'enquête de l'Assemblée Nationale

 

 

J. Cahuzac devra s’expliquer sur une réunion à l'Elysée...

 

 

article_CAHUZAC.jpgOn prend le même et on recommence. Jérôme Cahuzac va de nouveau être auditionné la semaine prochaine par la commission d'enquête parlementaire sur le rôle de l’exécutif dans cette affaire. «Une majorité des membres de la commission a voté pour cette nouvelle audition», a confié au site lexpress.fr le député UMP Georges Fenech qui avait été le premier membre de la commission à demander à réentendre l’ancien ministre

 

Une partie de la gauche rallie la droite

 

 

Pour obtenir cette nouvelle audition, une partie de la gauche a voté avec la droite depuis ce mercredi matin. Le fait que Pierre Moscovici évoque une réunion informelle à l’Elysée en présence de Cahuzac, ce qu’a toujours nié l’ancien ministre, a sans doute pesé dans la balance. La proposition d'entendre Jean-Marc Ayrault a été rejetée par l'ensemble des élus de la majorité. Le Premier ministre ne sera donc pas amené à témoigner devant cette commission.

 

 

Commission Cahuzac: Pierre Moscovici vivement attaqué sur la «muraille de Chine»

 

 

article_Moscoviciok.jpgL'audition a été dominée par de vives interrogations sur une réunion tenue le 16 janvier à l'Elysée en présence de Jérôme Cahuzac...

L'audition très attendue mardi soir du ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, dans l'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac a été dominée par de vives interrogations sur une réunion tenue le 16 janvier à l'Elysée en présence de Jérôme Cahuzac.

Pierre Moscovici, qui était le ministre de tutelle du ministre délégué au Budget déchu Jérôme Cahuzac, a été vivement attaqué mardi par les députés sur la réalité de la «muraille de Chine» érigée le 10 décembre autour de Jérôme Cahuzac après les révélations sur un compte caché en Suisse. Une protection destinée à l'exclure de toutes les décisions et mesures prises à la suite du scandale.

>> Revivez l'audition de Pierre Moscovici en direct

Les membres de la commission chargée de l'enquête ont questionné Pierre Moscovici sur cette réunion de janvier, au cours de laquelle il avait informé le président de la République, François Hollande, et le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, de la possibilité d'utiliser la procédure d'entraide administrative avec la Suisse pour déterminer si le ministre du Budget avait bien eu un compte dans ce pays. Elle s'est tenue en présence de Jérôme Cahuzac.

Cette réunion «fissure cette muraille de Chine»

Pierre Moscovici, qui parlait sous serment, a confirmé l'existence de cette rencontre à quatre, révélée par la journaliste du Point Charlotte Chaffanjon dans un ouvrage publié le 4 juillet et intitulé Jérôme Cahuzac Les yeux dans les yeux. A la demande des députés, il a précisé qu'elle avait eu lieu dans une pièce attenante à la salle du conseil des ministres. Selon Pierre Moscovici, Jérôme Cahuzac s'était alors montré «serein» et avait «demandé que la demande puisse couvrir la période la plus large possible».

Cette réunion «fissure cette muraille de Chine», a ironisé le député UMP Georges Fenech. «Cela ne vous choque pas que la personne concernée soit associée à la procédure ?», a lancé le président de la Commission, le centriste Charles de Courson. «Le mot associé est impropre, a rétorqué Pierre Moscovici, il a été informé sans que son avis n'ait été demandé» au sujet de la demande d'entraide.

Des propos en «contradiction flagrante» avec ceux de Jérôme Cahuzac devant la même commission, a déclaré Georges Fenech. «M. Pierre Moscovici ne m'a jamais informé de cette procédure. A fortiori il ne m'a pas communiqué les termes de la demande formulée par l'administration française à son homologue helvétique», avait déclaré le ministre démissionnaire devant la même commission, ont rappelé mardi les députés.

Cahuzac «a reçu une information sur le principe de la procédure»

«Donc vous pensez que Jérôme Cahuzac a menti dans sa réponse à la Commission?», a demandé un des ses membres. «Je viens de vous répondre de manière très précise», a déclaré dans un flottement en laissant tomber ses bras Pierre Moscovici, visiblement désarçonné. Jérôme Cahuzac «a reçu une information sur le principe de la procédure», a martelé Pierre Moscovici, il n'a «été en rien informé de la procédure elle-même, de sa conduite, de la rédaction de la question et de la réponse».

Pierre Moscovici a été informé de la réponse de la Suisse lorsqu'elle est parvenue au directeur général des finances publiques, Bruno Bézard, le 31 janvier et a pu seulement la consulter sur la tablette électronique de ce dernier. Quant à Jérôme Cahuzac, il en a été informé par ses conseils en Suisse, eux-mêmes informés par les autorités helvétiques, a précisé le ministre de l'Economie.

 

La commission a pour objectif de déterminer s'il y a eu des dysfonctionnements dans les services de l'Etat entre les révélations du site d'information Mediapart le 4 décembre et les aveux du ministre délégué au Budget le 2 avril.

 

Source

Archives

Articles récents