Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

France, USA, G-B, Russie: les derniers mouvements maritimes en Méditerranée (et derniers développements)

Publié par wikistrike.com sur 29 Août 2013, 10:27am

Catégories : #Politique internationale

Syrie: Les derniers mouvements maritimes

 

Les experts de l'ONU quitteront samedi la Syrie. A partir de là, tout devient possible dans la région. Voici les derniers mouvements maritimes "inquiétants". En France, 89% (selon plusieurs sondages RMC, Huffpost..) des interrogés ne souhaitent pas une guerre en Syrie.


 

photo26m.jpgFrance: Une frégate française envoyée au large de la Syrie

Selon Le Point, Paris a décidé d’envoyer au large de la Syrie une frégate antiaérienne. D’après l’hebdomadaire, le «Chevalier Paul», est «l’un des navires français les plus modernes et les plus puissants». Le bateau quitterait Toulon pour rejoindre la flotte internationale, composée de navires américains et britanniques, déjà présente près des côtes syriennes. Tous peuvent tirer des missiles de croisières Tomahawk.
Interrogé par Le Point, le ministère de la Défense a simplement  évoqué des «activités habituelles». 


G-B : Six avions de chasse de l'armée britannique sont déployés à Chypre «par précaution»

«Six jet Typhoon de l'armée de l'air britannique (RAF) sont déployés ce matin à Akrotiri sur l'île de Chypre. C'est simplement une mesure de prudence et de précaution afin de protéger les intérêts du Royaume-Uni et la défense de nos zones de souveraineté dans une période de tensions accrues dans la région», précise le ministère de la Défense britannique, dans un communiqué.


USA : 4 bâtiments sur place au large de la Syrie.

Un cinquième destroyer sera déployé au large de la Syrie. Deux sous-marins sont envoyés rapporte CNN ce jeudi après-midi. 

 

Russie : La Russie va envoyer un bateau anti-sous-marins et un lance-missiles en Méditerranée 

«La situation qui se complique dans l'est de la Méditerranée exige de notre part une certaine adaptation des forces navales. Un bateau de lutte anti-sous-marine et un bateau lance-missiles vont s'ajouter dans les prochains jours à la flotte» russe déjà présente dans cette région, a indiqué une source au sein de l'état-major des forces armées russes. La Russie compte déjà  16 navires en Méditerranée.   

 

WikiStrike/20minutes

 

 

Derniers développements

 

 

 

arton19811-1e850.jpgDavid Cameron reporte l’intervention britannique

Hier soir, Londres a pris la décision inattendue de reporter son intervention en Syrie, écrit jeudi 29 août le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

Ce coup de théâtre fait suite à l’avertissement du parti travailliste d’opposition, qui a annoncé vouloir s’opposer à la décision d’intervenir en Syrie lors du vote d’aujourd’hui à la Chambre des communes du parlement britannique. Cet ultimatum a été notifié mercredi soir au Premier ministre David Cameron par Ed Miliband, chef du parti travailliste. Ce dernier a exigé du Premier ministre des garanties selon lesquelles la décision d’intervenir serait prise par le Royaume-Uni uniquement à l’issue de l’enquête des inspecteurs de l’Onu en Syrie et seulement quand, en tenant compte des conclusions de l’Onu, la Chambre des communes organisera un deuxième vote.

La chaîne britannique BBC a annoncé mercredi soir que la première réaction de Cameron fut de refuser les conditions avancées par Miliband mais moins de deux heures plus tard le bon sens a pris le dessus et le gouvernement a proposé un plan d’action précis. À savoir : le Royaume-Uni est prêt à attendre jusqu’à ce que les experts de l’Onu présentent leurs conclusions concernant l’utilisation de l’arme chimique en Syrie. Seulement après l’adoption d’une résolution à l’Onu, le gouvernement britannique demandera alors l’approbation des députés pour une intervention en Syrie.

Damas attend avec inquiétude l’attaque occidentale

Les forces gouvernementales syriennes ont apparemment évacué la plupart des centres de commandement et bâtiments militaires du centre de Damas, dans l’attente d’une attaque occidentale, rapportent mercredi des habitants de la capitale syrienne et des sources proches de l’opposition. La population a commencé à faire des réserves d’eau et de provisions pour parer à toute éventualité. Des unités de l’armée stationnées près de la ville ont réquisitionné des semi-remorques, probablement pour transporter des armes lourdes en lieu sûr, mais aucun mouvement massif de matériel militaire n’a été signalé, en raison des violents combats entre forces gouvernementales et insurgés autour des principaux axes routiers.

Maduro évoque un lien entre les complots d’assassinat contre lui et l’intervention en Syrie

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a déclaré mercredi qu’il y avait un lien entre les projets d’attentat contre lui et l’intervention des Etats-Unis en Syrie. « Le projet des Occidentaux était de les faire coïncider (dans le temps), tout comme ils avaient tenté de le faire en 2002, lorsqu’une tentative de coup d’Etat contre Chavez avait précédé l’agression de l’Irak par les Etats-Unis », citent les médias vénézuéliens. Selon Nicolas Maduro, le projet impliquait de le liquider et d’attaquer simultanément la Syrie, pour que la question du Venezuela et de ses dirigeants perde de son importance.

Obama n’a pas encore pris de décision sur la Syrie

Barack Obama a affirmé mercredi qu’il n’avait pas encore pris de décision sur la façon de réagir à l’utilisation d’armes chimiques en Syrie, mais que cette réaction serait destinée à dissuader le régime de recommencer. Selon l’AFP, le président américain a déclaré que son pays avait conclu à la responsabilité du gouvernement de Bachar al-Assad dans l’attaque chimique meurtrière de la semaine dernière près de Damas, mais a écarté une implication directe de son pays dans la guerre civile syrienne, dans un entretien à la télévision publique PBS.

Une frégate française en route vers la Syrie

Selon Le Point, l’une des plus modernes des frégates françaises, le Chevalier Paul, a quitté Toulon pour le large syrien. Antiaérienne, elle pourrait servir à protéger les bombardiers français et alliés. Par ailleurs, cela ne « préjuge aucunement » d’une éventuelle intervention selon le gouvernement mais le Parlement français est convoqué en session extraordinaire mercredi prochain. Une décision que beaucoup interprètent comme le signe d’une imminente entrée en guerre.

Damas plongée dans l’obscurité

L’électricité a été coupée dans plusieurs quartiers de Damas, durant la nuit de mardi 27 au mercredi 28 août. Des convois de camions déménageaient d’improbables chargements. L’État syrien prenait ses précautions dans l’attente d’un possible bombardement par les États-Unis. Même les satellites ne peuvent observer précisément ce qui se passe dans la nuit noire.

Les membres permanents du Conseil de sécurité campent sur leurs positions

Les cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité se sont séparés sans conclure mercredi à l’issue d’une discussion sur une résolution britannique justifiant une frappe en Syrie.

Moscou et Pékin ont continué de rejeter l’option militaire en préparation à Washington, Londres et Paris.

Les ambassadeurs russe et chinois ont quitté la salle où se tenaient ces consultations à huis clos au bout d’une heure et quart environ. Les représentants des trois autres pays (États-Unis, France, Royaume uni) sont restés un peu plus longtemps mais sont sortis sans faire de déclaration.

Selon des diplomates, les Russes ont répété les arguments de Serguei Lavrov, leur ministre des Affaires étrangères, sur les dangers d’une opération militaire et affirmé qu’il n’y avait pas de preuve que le régime syrien ait mené une attaque à l’arme chimique.

La Chine a insisté sur l’importance de Genève II, la conférence censée aboutir à une transition politique en Syrie mais qui n’a toujours pas pu être convoquée.

Russes et Chinois ont indiqué qu’ils allaient en référer à leurs gouvernements respectifs.

Les discussions doivent se poursuivre sur la base des instructions que donneront les capitales, a expliqué un diplomate occidental. Mais il s’est déclaré pas très optimiste et a indiqué qu’aucune date précise n’avait été fixée pour une nouvelle discussion.

Le Premier ministre britannique David Cameron avait annoncé mercredi que Londres allait présenter une résolution devant le Conseil condamnant l’attaque chimique du 21 août en Syrie et autorisant les mesures nécessaires pour protéger les civils, y compris l’usage de la force armée.

Selon le gouvernement britannique, cette résolution autorisera toutes les mesures nécessaires en vertu du chapitre VII de la Charte de l’ONU pour protéger les civils contre les armes chimiques en Syrie. Le chapitre VII prévoit des mesures coercitives en cas de menace contre la paix et la sécurité internationales, qui peuvent aller des sanctions à une opération militaire.

Cette résolution, si elle était adoptée, donnerait une plus grande légitimité à une éventuelle frappe militaire contre le régime de Bachar al-Assad, qui est en préparation à Washington, Londres et Paris.

Mais la Russie, alliée fidèle du régime syrien, avait affirmé avant la réunion qu’il fallait attendre le retour des enquêteurs de l’ONU actuellement en Syrie avant de discuter d’une résolution.

Moscou a mis son véto à trois projets occidentaux de résolution visant à faire pression sur Damas depuis le début de la crise syrienne en mars 2011.

Le chef du Foreign Office, William Hague, a estimé mercredi que les discussions à l’ONU allaient se poursuivre dans les prochains jours sur le projet de résolution mais jugé qu’il fallait agir sans trop tarder, même si le texte était rejeté.

L’Égypte veut bloquer le canal de Suez aux navires de guerre

Propriété de l’État égyptien, le canal est déclaré « libre et ouvert » à la navigation mais les navires militaires américains bénéficient d’un accès privilégié. Un avantage mis en danger depuis les récentes tensions. Un porte-avions américain a passé dimanche le canal de Suez en direction de la région du Golfe, alors que les relations entre les États-Unis et l’Égypte traversent de graves turbulences, a annoncé lundi la Marine américaine.

La presse égyptienne a annoncé hier l’intention du général Al-Sissi de bloquer désormais le passage aux navires de guerre américains engagés dans une opération en direction de la Syrie, pays avec lequel l’Égypte d’ailleurs formé une seule et même république de 1958 à 1961. Al-Sissi a souligné les engagements de défense mutuelle liant l’Égypte à la Syrie, précisant que l’Égypte ne serait pas un chemin pour aller frapper n’importe quel pays arabe et appelant en outre à ne pas répéter les erreurs de la guerre en Irak.

Reste à savoir si le général Al-Sissi agit dans l’espoir de récupérer l’aide militaire des États-Unis, dans la crainte d’une intervention de l’OTAN contre elle-même ou par réel esprit de solidarité avec la Syrie. Cette nouvelle fait écho au récent refus de l’Irak de céder son espace aérien en vue de bombardements sur la Syrie.

Damas prévient que la Syrie sera le cimetière des envahisseurs

Le Premier ministre syrien, Waël al-Halqi, a prévenu mercredi les pays occidentaux que son pays serait le cimetière des envahisseurs en cas d’intervention militaire.

"La Syrie (...) va surprendre les agresseurs comme elle les a surpris pendant la guerre (israélo-arabe) d’Octobre (1973) et sera le cimetière des agresseurs", a indiqué le Premier ministre cité par la télévision d’État.

La guerre d’Octobre, ou la guerre du Kippour, avait été déclenchée par une offensive surprise de l’Égypte et de la Syrie contre Israël, faisant subir des revers à l’État hébreu avant que celui-ci ne finisse toutefois par l’emporter après trois semaines de combats acharnés, et au prix de 2 650 morts.

La nouvelle mise en garde du régime syrien intervient alors que plusieurs pays occidentaux semblent sur le point de lancer une action militaire contre le régime pour le punir d’avoir lancé une attaque meurtrière présumée à l’arme chimique le 21 août.

"Leurs menaces colonialistes ne nous terroriseront pas en raison de la volonté et la détermination du peuple syrien, qui n’accepte pas d’être humilié", a poursuivi le Premier ministre.

Il a répété, comme le soutient le régime depuis qu’il est accusé de l’attaque du 21 août, que les pays occidentaux étaient en train de mentir en imputant l’attaque au régime, ce qui leur fournirait prétexte pour une frappe.

Le Premier ministre assure (...) "que les pays occidentaux, États-Unis en tête, inventent des scénarios mensongers et préparent des prétextes fictifs pour intervenir militairement en Syrie", a rapporté la télévision d’État syrienne.

Nicolas Maduro : "L’Occident a soutenu les rebelles pour préparer l’invasion de la Syrie"

"Les États-Unis et l’Otan ont armé des groupes de terroristes à l’intérieur de la Syrie pour préparer l’invasion de ce pays et le mettre sous leur contrôle", a écrit M. Maduro sur son compte Twitter. Le chef de l’État vénézuélien a réaffirmé que son pays était parmi ceux qui s’opposaient à une intervention militaire en Syrie. "Il s’agit d’une guerre d’occupation et d’anéantissement d’un peuple arabe, rempart historique et bastion de stabilité dans la région", a souligné M. Maduro. Mardi, le président vénézuélien a appelé la communauté internationale à mettre tout en œuvre pour empêcher une intervention étrangère en Syrie, en prévenant qu’une attaque contre ce pays marquerait le début d’une "guerre catastrophique".

Les armées turque et iranienne sont en état d’alerte

Ahmet Davutoğlu, ministre des Affaires étrangères, a déclaré que la Turquie a mis en état d’alerte ses forces armées et a l’intention de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les intérêts de ses citoyens. L’Iraq a également mis ses forces de sécurité en état d’alerte dans le cas où il y aurait une attaque arienne de la Syrie. « Toutes les structures politiques et de force à Bagdad, dans ses provinces et partout en Iraq sont mis en état de plus grande alerte », a déclaré le chef du gouvernement Nouri al-Maliki lors de sa déclaration à la télévision. Une mise en alerte des armées israélienne et saoudienne a été rapportée auparavant.

Une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Syrie a commencé à New York

A New York les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (Russie, Grande-Bretagne, Chine, États-Unis et France) ont entamé une réunion à huis clos consacrée à la situation en Syrie. Selon les médias, la réunion a été organisé à l’initiative des États-Unis. Il a été également communiqué que la liste des participants pouvait être élargie. La discussion porte sur le projet de résolution britannique relatif au recours à la force possible contre Damas. Précédemment le vice-ministre des Affaires étrangères de Russie, Guennadi Gatilov, avait déclaré aujourd’hui que si la force était employée contre la Syrie sans le consentement du Conseil de sécurité, cela serait une violation flagrante du droit international.

Israël procède à un rappel limité de réserviste :

Le cabinet de sécurité israélien a autorisé mercredi un rappel limité de réservistes alors que l’État hébreu se prépare aux répercussions d’une éventuelle intervention militaire étrangère en Syrie, a annoncé la radio militaire. Les soldats rappelés, en nombre limité, sont rattachés à quelques unités stationnées dans le nord du pays, a précisé une correspondante de la radio. « Suite aux consultations de sécurité qui ont été menées aujourd’hui, il n’y a pas de raison de changer les habitudes quotidiennes des Israéliens », a cependant déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans un communiqué à l’issue de la réunion du cabinet. « Dans le même temps, nous sommes prêts à tous les scénarios. L’armée israélienne est prête à se défendre contre toute menace et à répliquer fermement à toute tentative de nuire aux citoyens israéliens », a-t-il ajouté.

Attaque chimique : les autorités syriennes fournissent les preuves de leur innocence

Les autorités syriennes ont fourni aux inspecteurs de l’ONU menant une enquête sur l’utilisation de l’arme chimique les preuves confirmant qu’elles ne l’avait pas utilisée, a déclaré aux journalistes à Damas le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Faysal Mikdad. « Les troupes gouvernementales syriennes n’ont jamais utilisé les armes chimiques. Nous avons transmis des preuves à la commission d’enquête de l’ONU », a dit M. Mikdad. Précédemment il s’était rendu dans le bureau des inspecteurs. Le diplomate a également déclaré que « les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France avaient aidé les terroristes à utiliser les armes chimiques en Syrie » ayant ajouté que « bientôt les mêmes terroristes utiliseraient les armes chimiques contre les habitants d’Europe ».

Déclaration du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov :

Les tentatives d’intervention armée en Syrie conduiront à « une déstabilisation plus grande encore du pays et du reste de la région », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, au cours d’une conversation téléphonique avec l’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi. Les diplomates sont tombés d’accord sur le fait que, à ce moment critique du conflit, toutes les parties, acteurs extérieurs y compris, devraient faire preuve de responsabilité et « ne pas répéter les erreurs du passé ». « La tension autour de la Syrie s’est exacerbée suite aux démarches et aux déclarations faites par certains pays », constate le ministère russe des Affaires étrangères.

Début de l’opération militaire dans la nuit de jeudi à vendredi :

Les navires des flottes militaires américaine et britannique sont prêts à tirer des missiles à longue portée sur des cibles syriennes dans la nuit de jeudi à vendredi, à la suite du vote de soutien au Parlement britannique pour l’opération militaire en Syrie, annoncent les médias américains. Les missiles viseront en premier lieu les unités de l’armée syrienne qui auraient fait usage d’armes chimiques, selon une source anonyme au Pentagone.

L’armée israélienne déploie des batteries de missiles Patriot :

Israël a commencé le déploiement des missiles Patriot dans le nord du pays, près de Haïfa. Les médias expliquent cela par l’aggravation de la situation autour de la Syrie. Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré hier à Tel Aviv que son pays était prêt à affronter « tout scénario » en Syrie. « Si nous détectons la moindre tentative de nous agresser, nous réagirons et notre riposte sera violente », a souligné le premier ministre. Le département de la Défense civile israélienne annonce que, ces derniers jours, la demande en masques à gaz a triplé dans le pays.

Arabie Saoudite : l’armée est en état d’alerte

L’armée saoudienne a été mise en état d’alerte sur fond de déclarations de l’Occident concernant son intention de lancer une opération militaire en Syrie, annoncent les médias. En cas de frappes occidentales en Syrie, la base britannique d’Akrotiri à Chypre serait l’emplacement idéal. Or, selon The Guardian, les préparatifs s’accélèrent dans l’aéroport militaire situé sur la côte sud de l’île, à quelque 160 kilomètres de la Syrie. Selon les estimations des experts, l’opération devrait impliquer des missiles Tomahawk, tirés des quatre destroyers américains et éventuellement d’un sous-marin britannique qui croisent en Méditerranée.

Carla Del Ponte : l’arme chimique a été utilisée par les rebelles en Syrie

Selon plusieurs témoignages, ce sont les rebelles syriens qui se sont servis de gaz sarin, un agent neurotoxique interdit par le droit international, a déclaré la magistrate suisse Carla Del Ponte à la télévision. « La commission d’experts n’a trouvé aucune preuve de l’usage d’armes chimiques par l’armée syrienne », a indiqué Mme Del Ponte. Dans le même temps, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a déclaré que les experts avaient besoin de temps afin d’établir les faits et de faire le rapport approprié.

Syrie : la Russie évacue ses ressortissants

La Russie a évacué hier 116 Russes et citoyens d’autres ex-républiques soviétiques, à bord de deux avions du ministère des Situations d’urgence, a indiqué ce dernier aujourd’hui. Le premier avion, un Iliouchine 76, a ramené hier soir 89 personnes de Lattaquié, à l’ouest de la Syrie, selon un communiqué du ministère. Un deuxième avion, un Iliouchine 62, a décollé ce matin de Lattaquié avec 27 Russes à son bord, d’après Irina Rossious. Lattaquié est une ville portuaire, située dans le fief du clan du président Bachar el-Assad.

 

Source

 


 

Commenter cet article

Athos 29/08/2013 19:22


Scoop:


Flamby a donné sa dernière conférence de presse à Palavas , devant le restarout La Moule, avant de prendre la mer avec le pédalo immatriculé 48B25 , loué avec ses propres deniers à un plagiste de
la rive gauche.


Un femme en pleur sur le rivage, a longtemps était observée, tandis que se confondant avec l'horizon, la pédale de gauche maintenait son cap ( droit sur la barge de 140.000 tonnes qui venait de
draguer le port de vendres !).


Nous n'avons aucune nouvelle , si ce n'est le dernier pigeaon voyageur reçu, disant que tout allait bien et comme en politique, il maintenait le cap.


En cas de malheur, le PCF local, se chargera de la fourniture des gerbes et des sandwiches. Les memebres du gouvernement pourront faire leur deuil devant une brasucade de moules chez "Pierrot
d'Usinor" .


Taubira , prenant l'initiative a promulgué , que mort ou pas mort, l'enterrement aurait lieu dans trois jours, et que s'il était trop lourd, ils feraient plusieurs voyages.

Archives

Articles récents