Lundi 21 mai 2012 1 21 /05 /Mai /2012 07:24

 

 

 

Fukushima : Des preuves visuelles de fissures importantes sur le mur Sud de l'unité n°. 4

Le 16 mai 2012, Tepco publiait un dossier en anglais évoquant la campagne de mesures au niveau du bâtiment n°. 4 de Fukushima-Daiichi. Nous avons d'ailleurs publié un billet le 17 mai reprenant quelques-unes des informations obtenues dans ce document. Quelques jours plus tard, nous sommes tombés par hasard sur la version Japonaise de ce fichier qui est beaucoup plus complète (19 pages contre 9 en anglais).

le jeu des 7 erreurs de la page n°. 15

 
Le cliché de gauche a été pris en juillet 2011 (平成23年7月) et celui de droite en avril 2012 (平成24年4月). Durant cette période de 9 mois, Tepco a à l'évidence accompli au niveau de l'unité n°. 4 bon nombre de travaux de déblayage de gravats ; les courageux ouvriers ont retiré des structures branlantes et ont ainsi nettement dégagé et allégé la structure extérieure de ce fameux bâtiment dont on dit par ailleurs qu'il est si fragilisé qu'une secousse moyenne pourrait compromettre définitivement le précaire équilibre. Ainsi, par exemple, le tunnel de manutention du combustible a manifestement été démoli sur le mur Ouest au niveau du sol.

Un des détails qui nous a frappé réside dans cette ligne noire verticale apparemment anodine qui démarre 3m environ sous le plancher du niveau 5 (ligne rouge pointillée) et se prolonge jusqu'au sol.

 
L'extrait à droite du cliché originale est agrandi de 300%. De quoi s'agit-il ? Cette ligne semble démarrer de nulle part et se trouve brisée à plusieurs niveaux dans sa partie inférieure, il ne peut donc à priori s'agir d'un câble électrique ni d'une des armatures du béton. Il s'agit peut-être d'une énorme fissure (environ 20 m de hauteur) qui aurait par la suite été colmatée lors des "travaux" car un peu trop évidente sur les documents et probablement de nature à "induire des rumeurs erronées" ?

Une fissure ça va ; deux fissures, bonjour les dégâts !

Toujours sur le même mur Sud mais beaucoup plus discret, un autre crack semble courir selon une diagonale de 45° environ. Ce dernier est visible sur la quasi-totalité des photos disponibles, y compris sur les plus récentes, ce qui tend à prouver qu'il ne s'agit pas d'une simple fissure que l'opérateur aurait pu facilement maquiller mais bien d'un défaut dans l'épaisseur de la structure du mur. La différence de teinte est nette : l'éclairage est différent au-dessus et en-dessous de la fissure donc le mur présente à ces niveaux des inclinaisons différentes. Ce défaut est d'autant plus fâcheux qu'il se situe à la base du BR4 et non dans sa partie haute et il explique probablement pourquoiune certaine tension est palpable au niveau de ce bâtiment.

photo HD : cryptome

Croyez-vous que Tepco va effectuer un contrôle de planéité du mur Sud à ce niveau ? Je parierai que non ! D'ailleurs, rappelez-vous comment l'opérateur visualise le bâtiment n°. 4 dans son document en anglais : il est parfait, élégant, quasiment opérationnel ; l'opérateur entend même faire un contrôle optique au niveau de parois qui n'existent plus ! A ce niveau de déni systématique, s'il s'agissait d'un particulier, ce dernier aurait sûrement droit à une consultation "psy" ! Quant à nous, nous nous contenterons de noter que Tepco agit parfois de manière assez irrationnelle et ridicule, au point en fait de susciter une curiosité sur des faits qu'il voudrait banaliser.

fukus.png

En passant, les documents nous confirment qu'une explosion s'est bien produite au niveau de l'angle S-O de la piscine 1F4

Tous les documents nous montrant la face Sud du BR4 après l'explosion sont édifiants : une paroi située dans le prolongement de l'angle Sud-Ouest de la piscine de désactivation a été soufflée ; les blocs de béton formant ces parois mesurent environ 8m x 8 et pèsent environ 150 tonnes. Une chose est sûre : ce n'est pas un simple courant d'air qui a causé cette ouverture, la piscine n°. 4 a frôlé la méga-catastrophe !



Tepco confisquera les appareils de journalistes indépendants lors de la prochaine visite au pied du BR4

Faut-il y voir une conséquence de quelques photos compromettantes "volées" lors des rares visites autorisées à la presse indépendante ? Iori nous apprend ce jour que Tepco vient d'interdire les prises de vue aux deux seuls journalistes indépendants accrédités pour la prochaine visite de presse planifiée le 26 mai sur le site. Cette-fois ci, le bus de journalistes devrait passer au plus près de ce fameux mur Sud du bâtiment n°. 4. L'opérateur explique - très benoîtement - qu'il ne dispose pas de suffisamment de personnel pour surveiller les 2 journalistes en question (sic) aussi leurs caméras et appareils photos seront purement et simplement confisqués à l'entrée du site.

Source :

Tepco Press Handles (Japonais), 16 mai
fukushima-diary, 20 mai, anglais
Source
Par wikistrike.com - Publié dans : Ecologie, conso, biodiversité, énergie
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés