Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Fukushima: La saison des typhons, c'est parti !

Publié par wikistrike.com sur 8 Septembre 2012, 16:43pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

 

Fukushima: La saison des typhons va-t-elle faire achever le réacteur n°4 ? 

 

Des scientifiques incriminent la piscine du réacteur 4 (sur le toit) car un nouvel accident peut se produire n’importe quand. Ils jugent que « cette piscine est un désastre planétaire en puissance. Un cube en béton de onze mètres de profondeur, rempli d’eau et bourré de combustibles nucléaires usagés : 264 tonnes de barres très radioactives ! Depuis un an et demi, ce bassin dit de “désactivation” repose à trente mètres du sol sur le bâtiment ébranlé du réacteur numéro 4 de la centrale de Fukushima. Il n’est plus protégé ni par un toit solide ni par des murs, mais par une simple bâche de plastique blanche ».


reacteurn4.jpg

Pourquoi s’inquiéter aujourd’hui ?

Parce que nous entrons dans la période des typhons et qu’un super typhon (voire un éventuel tremblement de terre – et cela secoue beaucoup depuis quelques semaines) pourrait vider la piscine avec des conséquences inimaginables. Un scénario d’apocalypse qui obsède la plupart des chercheurs. « La mise à l’air libre de ces 264 tonnes de combustibles nucléaires pourrait dégager dans l’atmosphère dix fois plus de radioactivité que l’accident de Tchernobyl, si ce n’est davantage.

Le professeur Koichi Kitazawa qui présidait la prestigieuse Agence japonaise pour les Sciences et la Technologie (JST) est de ceux qui expriment leur vive inquiétude. Cette année, il a dirigé une grande commission d’enquête sur l’accident nucléaire de mars 2011. “Après avoir écouté des centaines de témoins, ma conviction est faite, raconte cet universitaire respecté. A la centrale de Fukushima, le pire est peut-être à venir. A cause de la piscine du réacteur 4, un nouvel accident peut se produire n’importe quand, qui menacerait la survie même de mon pays.”

Idem pour Robert Alvarez, un haut responsable du département de l’Energie sous Bill Clinton. “Si un tremblement de terre ou tout autre événement venait à affecter cette piscine, il pourrait en résulter un incendie radiologique catastrophique, avec près de dix fois la quantité de césium 137 qui s’est propagée à la suite de l’accident de Tchernobyl.” Pour information, « les explosions à la centrale de Fukushima n’ont libéré qu’un sixième de ce césium émis à Tchernobyl. Autrement dit, la chute de cette piscine, qui selon l’expression du physicien français Jean-Louis Basdevant, semble être maintenue en hauteur par les seules “forces de l’esprit”, pourrait être soixante fois plus grave que la catastrophe de mars 2011 ».

Un professeur à l’Institut de Recherche nucléaire universitaire de Kyoto, Hiraoki Koide, propose, lui, une comparaison plus effrayante encore, surtout pour les Japonais. “Si le bassin du réacteur numéro 4 devait s’effondrer, assure-t-il, les émissions de matière radioactive seraient énormes : une estimation prudente donne une radioactivité équivalente à 5 000 fois la bombe nucléaire de Hiroshima.” (Source)

A part cela, continuons à vivre dans la plus grande insouciance… dans l’attente du vrai changement.

Source: Liesi

 

La diplomatie française, elle, prévient les ressortissants des dangers des typhons

Le Japon est entré dans la saison des typhons, qui va se poursuivre jusque courant juillet. L’archipel peut donc connaître d’importantes variations climatiques et des situations dangereuses. Outre les vents violents, qui sont souvent à l’origine de nombreux accidents, les importantes précipitations qui les accompagnent peuvent entraîner crues des cours d’eau et glissements de terrain. Il est donc recommandé aux Français résidents et de passage de suivre avec attention l’évolution météorologique dans les médias japonais, qui en rendent compte avec précision, auprès des établissements hôteliers ou offices de tourisme, pour les voyageurs, ou sur le site en anglais de l’Agence météorologique japonaise (http://www.jma.go.jp/jma/en/menu.html). 
Dans tous les cas, il est fortement conseillé de suivre les consignes de prudence des autorités, tout particulièrement dans les zones côtières ou montagneuses.

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/japon-12268/

Commenter cet article

Archives

Articles récents