Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Fukushima : Les poissons radioactifs font peur aux japonais

Publié par wikistrike.com sur 16 Janvier 2014, 18:28pm

Catégories : #Social - Société

Fukushima : Les poissons radioactifs font peur aux japonais

 

 

 

fishART.jpgLe risque qu’un poisson radioactif, contaminé par des fuites d’eau de la centrale Fukushima-1, puisse arriver sur la table des consommateurs japonais, reste assez élevé. Les poissons qui ont été pêchés à proximité de la centrale, contenaient 124 fois plus de césium que les normes autorisées. 

Une chaîne de télévision japonaise a récemment montré un calmar géant, rapporté par un pêcheur local.



(http://www.youtube.com/watch?v=GN7fwhxTDiA ). 

Alors que le public est toujours choqué par ce « mutant de Fukushima », le journal japonais Asahi parle d’un nouveau plat national très dangereux pour la santé : le carassin (ou brème) noir (Japanese black porgy). Les chercheurs ont découvert que ce poisson accumule des taux de radioactivité monstrueux. Cependant, chez les carassins, seul un poisson sur 37 est contaminé en moyenne, relativise le journal. Deux autres poissons de le même espèce accumulent deux et quatre fois plus de substances radioactives dans leurs corps, alors que le taux de radioactivité des autres poissons reste normal. Les échantillons ont été prélevés par l'Institut de la pêche (Fisheries Research Agency) dans le delta du fleuve qui se trouve à 40 kilomètres au Sud de la centrale accidentée. Cette recherche fait partie d’un grand projet qui permettra de définir les niveaux de contamination dans la chaîne alimentaire à cause des fuites d’eau depuis la centrale de Fukushima.

Les substances radioactives s’accumulent dans le corps de l’homme et provoquent des maladies qui détruisent progressivement son organisme. A cause des fuites radioactives dans la mer, c’est le premier maillon de la chaîne alimentaire - les organismes marins et les plantes aquatiques – qui sont contaminés par la radioactivité. Les fuites radioactives contaminent immédiatement le premier maillon de la chaîne alimentaire – les organismes et les plantes aquatiques simples.

« En parlant globalement, on peut dire qu’une cellule de mollusque est générée à partir d’algues. Et une dizaine de cellules de mollusque, qui ont accumulé la radioactivité à partir des algues, se transforment en une cellule de poisson. L’homme consomme ce poisson radioactif, en ingérant la substance radioactive concentrée dans plusieurs tonnes de poisson. Ainsi, en avançant dans la chaîne alimentaire, le taux de radioactivité augmente », explique Maxime Chingarkine, le vice-président du Comité de la Douma d’Etat pour les ressources naturelles.

La pêche du carpe au large des préfectures de Fukushima et de Miyyagi, ainsi que la vente de ce poisson, sont interdites. Cependant, il est difficile de changer les habitudes alimentaires des Japonais avec un seul trait de plume. Les consommateurs vont toujours vouloir manger le poisson qu’ils mangeaient depuis des siècles. Avec des publications comme celle du journal Asahi, les autorités mettent la nation en garde.

« Avec des moyens sophistiqués, les autorités du pays doivent changer la vision de leurs concitoyens sur le monde, tout en évitant une explosion sociale. Ce genre d’articles est en réalité un mécanisme de contrôle de la nation qui se trouve au bord d’une catastrophe nucléaire », poursuit l’expert.

La publication de ces informations dans un journal japonais n’est que le haut de l’iceberg. Il est fort probable que Tokyo ait abaissé les données sur la radioactivité au cours de ces trois dernières années. La situation est en réalité bien pire.

« Pourquoi seulement un poisson sur 40 contient un taux trop élevé de radionucléides ? », s’interroge l’écologiste et le professeur Alexeï Iablokov, conseiller à l’Académie des Sciences de Russie. « Etant donné que nous ne savons pas par quels moyens se répandent ces substances, nous pouvons imaginer que des poissons qui sont plus facilement contaminés que d’autres, existent vraiment. C’est en cela que réside le problème. Et la source de la contamination n'a pas encore été identifiée. »

Les conséquences de l’accident de Fukushima sont donc plus désastreuses qu’on ne le pensait. Après quelques années, une partie importante des poissons issus de la pêche au Japon est contaminée par des substances radioactives. Des baleines radioactives vivront donc dans le Pacifique, car ces poissons sont au sommet de la pyramide alimentaire marine. En conséquence, les médecins s’attendent à une multiplication des cas de cancer chez les Japonais au cours de la prochaine décennie.

Les experts ajoutent qu’un carassin ou brème radioactif, tel qu’il est décrit par le journal Asahi, est certes comestible, car il ne provoque pas la mort imminente. Toutefois il est déconseillé d’en manger régulièrement.

 

http://french.ruvr.ru/2014_01_16/Les-medias-font-peur-aux-Japonais-avec-des-poissons-radioactifs-7659/

Commenter cet article

Archives

Articles récents