Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Fukushima: Tonneau des Danaïdes et boite de Pandore

Publié par wikistrike.com sur 11 Mars 2013, 09:16am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Fukushima: Tonneau des Danaïdes et boite de Pandore

 


Il y a maintenant plus d’un un an j’écrivais deux articles sur Agoravox  Fukushima : le nouveau tonneau des Danaïdes et Les chateaux de sable de Fukusihma où j’indiquait que dans la mythologie les Danaïdes étaient condamnées, aux enfers à remplir sans fin un tonneau sans fond.  A cette époque l’agence de presse Kyodo news, écrivait que  la société TEPCO aurait déclarée : « avoir trouvé de multiples trous sur la tuyauterie soudée », sur la cuve du réacteur n°1 censées confiner le combustible serait devenue une passoire. Depuis  nous savons qu’il en est de même pour les réacteurs 2 et 3 Tepco ayant confirmé la fusion de ces deux réacteurs . Ainsi dans l’ Express du 24 Mai 2011 on pouvait lire  : Déclaration officielle mais toujours prudente !

Jusqu’à présent, concernant la fusion des réacteurs 2 et 3, des éléments de preuves provenaient de sources internes à Tepco mais pas encore officialisées. Désormais, « il est tout à fait possible que la fusion se soit également produite au sein [de ces réacteurs]« , a déclaré un porte-parole de Tokyo Electric Power, qui vient de publier ses dernières analyses des mesures effectuées à Fukushima Daiichi (n°1).

« La plupart du combustible est sans doute tombé au fond (de la cuve sous pression), comme dans le réacteur numéro un », a-t-il précisé. Les réacteurs « subissent des opérations de refroidissement et leur condition est stable », a ajouté le porte-parole.

Pendant plusieurs semaines après la catastrophe du 11 mars, l’opérateur, comme le gouvernement, n’avait évoqué qu’une fusion partielle et affirmé que les réacteurs étaient relativement stables et les fuites radioactives dangereuses largement contenues. Des informations aujourd »hui mises en cause par des mesures récentes.

Donc le fait que les 3 réacteurs en question soient des passoires et que les coeurs aient fondu est maintenant bien établi et ce n’est pas le site de stockage de l’eau radioactive contaminée qui arrive bientôt à saturation qui pourrait démontrer le contraire .

Stockage eau contaminée

 

Vue d’ensemble du stockage de l’eau contaminée

 

Ma prévision concernant le tonneau des Danaïdes qu’allait devenir Fukushima c’est malheureusement avérée exacte , à la seule différence que ce n’est pas un,  mais des tonneaux … la question qui reste posée où va t-on mettre le reste ?

Mon deuxième article Les chateaux de sable de Fukusihma évoquait la dangerosité des matières radioactives que l’on transporte dans des châteaux de transfert  pour éviter que la moindre particule s’en échappe.

A fukushima les 3 bâtiments ont explosés et le combustible des piscines de stockage est maintenant à l’air libre uniquement protégé par la couche d’eau .

Vue générale du site

 

Mais le combustible de ces piscines à été dénoyé car l’on trouve de la contamination partout dans le Japon comme le montre les mesures vidéo faites par Asusperdry
à 220 km au sud de Fukushima, à la périphérie de la région de Tokyo,

En résumé à Fukushima :

a) Les 4 bâtiment réacteurs ont explosés 3 ont été détruits , explosion d’hydrogène ou explosion d’hydrogène combinée à un steam Flash (production instantanée d’une grande quantité de vapeur suite à une criticité en piscine ) le résultat est le même . Toutefois vu la grande quantité de contamination répandue dans tout le pays cette dernière hypothèse n’est pas à exclure.

b) Les 3 coeurs ont fondus , à ce sujet le Blog de Fukushima de Pierre Fetet , et non pas la presse,  car vous ne trouverez rien ailleurs !  à  fait le point depuis le début de la catastrophe , un véritable travail de journaliste scientifique d’investigation que notre presse n’est semble t-il plus en mesure de faire .A  Fukushima nous avons selon le travail de Pierre Fetet et son article du 20 mai 2011  pas moins de 69 + 94 + 94 = 257 tonnes de combustible fondu  et cerise sur le gâteau 94 tonnes de ce combustible serait Moxé et contiendrait donc plus de plutonium que le reste .

c)  La boite de Pandore:

Comme nous venons de le voir la  » Boîte de pandore  »  à bien été ouverte par le couvercle , les Russes eux lors de la catastrophe de Tchernobyl l’avaient  refermée au bout de 8 mois  au prix que nous connaissons tous .   La solution retenue pour isoler le réacteur détruit  de Tchernobyl fut de construire est une immense structure d’acier recouvrant les ruines du bâtiment du réacteur. A Fukushima une simple tente de polyester à été construite sur le réacteur N°1 , (tout est une question de moyens ).

Mais les Russes avaient aussi réussi à éviter le fameux Syndrome Chinois  , en creusant un tunnel sous la centrale . A  Fukushima cela est impossible car la centrale construite en bord de mer l’est aussi en pied d’une colline qui draine toute la nappe phréatique et les sous sols de la centrale sont pratiquement au niveau de la mer , et sont toujours plein d’eau.

Les dernières nouvelles que nous avons de Fukushima ne sont pas bonnes car en plus d’ être ouverte  par le couvercle,  la Boîte de pandore le serait  aussi sans doute par le fond . En effet depuis le début de la catastrophe cette industrie de haute technologie n’a pas été capable de localiser avec précision les 257 tonnes de corium . Lorsque que l’on sait de quoi il s’agit,  toujours selon l’excellent blog de Fukushima,  à savoir «  la matière la plus dangereuse jamais créée par l’homme, une sorte de magma incontrôlable et ingérable, aux conséquences incommensurables »

On se demande bien pourquoi il a fallu attendre le 12 Juin 2012  pour avoir les premières thermographies précises ? comme celles ci:

Thermographie tranche 2

 

Thermographie tranche 2

 

Thermographie tranche 2

Mais pour localiser le corium il existait aussi les gama caméras comme sur ces images

gammamétriques .
VISUALISER LA RADIOACTIVITE
VISUALISER LA RADIOACTIVITE
VISUALISER LA RADIOACTIVITE

le matériel existe !   soit chez Radiation Monitoring Devices Inc.  ou bien chez  Aréva nos petits cachottier avec le Gamma Imaging System   ou bien en 3D avec le  MERCURAD – 3D Simulation Software for

 

Radiations gamma détectées à distance  https://www.dndkm.org/DOEKMDocuments/GetMedia/Technology/828-RadCam.pdf

Il est donc possible de détecter un petit rayonnement à distance, alors celui de quelques tonnes de corium devrait être facilement localisable .  En conclusion nous pouvons dire sans nous tromper que l’on ne veut surtout pas nous dire la vérité , et que les différentes promenades journalistiques organisées sur la centrale, et les informations   visaient à endormir  les médias .

Comme à l’habitude Tepco distille les informations au goutte à goutte , comme les M3 par M3 d’ eau contaminée qui se répandent actuellement  dans le Pacifique .

Mais l’information capitale que l’on semble vouloir nous cacher et qui serait une première dans toute l’ histoire des accidents nucléaires c’est qu’un ou plusieurs coriums ne soient plus dans les confinements et qu’il soit à tout jamais impossible de les récupérer dans l’état actuel de nos connaissances !

car comme l’écrit le blog de Gen4 dans son dernier article des niveaux de radioactivité incohérents dans l’unité 1F1  il conclu : Une  chose est sûre : le combustible ne se trouve plus dans la cuve du réacteur . Le cœur de l’unité n°. 1 est, de l’aveu même de l’opérateur, celui qui a le plus souffert lors de la fusion du combustible ; comment est-il possible que les niveaux de radioactivité constatés dans son confinement soient nettement moins élevés que ceux relevés au même niveau de l’unité n°. 2 en mars 2012 (de 40 à 70 Sv/h) ?

Il serait logique de conclure, au regard de ces comparaisons, que le combustible fondu puisse effectivement se situer au niveau du radier de l’unité n°. 2 ; en ce qui concerne l’unité n°. 1, les éléments en notre possession permettent désormais de douter fortement de cette éventualité. Si le corium n’est plus dans le réacteur, s’il n’est plus dans le confinement, il s’agira alors du premier accident nucléaire majeur qui aura entraîné le déconfinement de toutes les « barrières » radiologiques et la disparition pure et simple d’une partie du combustible de l’unité 1F1 de Fukushima-Daiichi… 

Il appartient donc à Tepco de démontrer le contraire , ils ont tous les outils pour le faire

pour le moment l’ hypothèse du syndrome Chinois , est comme la boîte de Pandore: très ouverte !

Mi-octobre 2011, Nikkei était entré pour la première fois dans la centrale de Fukushima lorsque Tepco l’a ouvert à la presse. Lorsque le bus nous a fait faire un tour, nous avons vu le paysage bizarre de réservoirs bleus et blancs. Ce sont les réservoirs de stockage de l’eau contaminée.
Le niveau de la radioactivité qui fuit des réacteurs 1 à 3 a été réduit dans un rapport de 1 sur 80 millions mais le combustible fondu est toujours là. Tepco continue de l’arroser avec 17 tonnes d’eau pour chaque de façon à ce que les réacteurs dévastés restent sous contrôle.
Ils font marcher l’eau de refroidissement mais, parce que les réacteurs sont dévastés, il y a des fuites. On a même 400 tonnes d’eaux souterraines circulant autour des réacteurs. L’eau contaminée continue d’augmenter. Ils la filtrent jusqu’à un certain point puis la mettent dans les réservoirs.
« Où mettre l’eau du mois prochain. Ça me file toujours la migraine. » se plaint M. Arai, le directeur de l’équipe de gestion des réservoirs d’eaux travaillées.
En ce moment, le réservoir des 240 000 tonnes d’eaux contaminées est déjà plein. Tepco va étendre sa capacité de stockage à 700 000 tonnes d’eau d’ici trois ans. C’est déjà plus grand que la moitié du dôme de Tokyo. Tepco a commencé la construction d’une dérivation souterraine pour éviter qu’elle inonde les réacteurs mais l’eau de la dérivation doit aussi être stockée.
Le tuyau qui contient l’eau contaminée s’étend sur 10 km. Des débris épars, des camions et machines lourdes ont endommagé le tuyau en chlorure de vinyle et provoqué des fuites d’eau.
Ils sont arrivés à les réparer dans le courant de l’automne 2011 mais l’eau a recommencé à fuit fin janvier. Il y a eu des fuites en 10 points différents le même jour, la plupart dus au gel de l’eau dans les tuyaux.
Tepco est supposée avoir changé la plupart des tuyaux par d’autres en polyéthylène et les a recouverts d’isolants thermique avant le deuxième hiver.
Ils pourraient raccourcir la tuyauterie en la faisant passer dans chaque réacteur mais ils repoussent cette construction suite à une  pénurie de ressources. La gestion des eaux contaminées est une tâche sans fin .

Sources : Gen4   – Blog de Fukushima  - Radiation Monitoring Devices   – AREVA CAMBERRA – NEW NUCLEAIRE - Fukushima DiaryFR

Source:FI

Commenter cet article

Laurent Franssen 11/03/2013 17:33


De TOUTES facons, vous comptez faire quoi avec cette flotte?

La stockker pendant mille ans ? La lancer dans l'espace?

On à déjà évoqué ce que vous attends dans cette voie,

Planete Dune , te voilà.

Nucléaire, over , acceptation ou confrontation, putain de monde, c'est toujours le même refrain.


Max 11/03/2013 16:33


Le Japon est dépassé par cette catastrophe depuis le début. La "sécurité" nucléaire de chaque pays nous concerne tous. Le nucléaire c'est un problème international et s'ils repoussent des solutions suite à une  pénurie de ressources et continuent de refuser l'aide international ils nous mettent tous en
danger...



Que fait l'ONU ?

Archives

Articles récents