Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Google a déposé un brevet pour contrôler automatiquement ce qu'écrit un utilisateur

Publié par wikistrike.com sur 8 Mai 2013, 17:53pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

Google dépose un brevet inquiétant pour les libertés individuelles

 

 

 

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000.jpgGoogle a déposé un brevet pour contrôler automatiquement ce qu'écrit un utilisateur. Une tierce personne sera immédiatement informée si le contenu du message viole une règle privée ou publique. 

Nous savons que Google regarde dans les documents que nous lui confions afin de mieux cibler les publicités qu'il nous propose. Un brevet déposé le 2 mai montre que la firme de Mountain View pourrait, bientôt, « lire » les mails que vous écrivez et vous dire si c'est légal. Dans le cas contraire, un signalement sera automatiquement transmis à une tierce personne.

 

Vous êtes en train d'écrire un mail quand soudain, une fenêtre pop-up surgit et vous informe que ce que vous êtes en train d'écrire pourrait être en infraction avec le règlement intérieur de votre entreprise, ou les termes de confidentialité de votre contrat de travail.

 

Dans le même temps, le service juridique de votre employeur reçoit une notification: « Monsieur X. est peut-être en train d'enfreindre telle ou telle loi. »C'est ce que la technologie nouvellement brevetée par Google serait, théoriquement, en mesure de faire.


Big Brother contrôle ce que vous écrivez 

Le formulaire du brevet déniché par Slashdot.org et relayé par le HuffingtonPost.com précise que le « Policy Violation Checker » (vérificateur de violation de règles) est capable de reconnaître une série de « phrases problématiques » inscrites dans une base de données, qui présentent « des implications légales pour une personne ou une compagnie ». C'est un peu comme si l'on avait un avocat dans notre boîte mail, nous avertissant lorsque ce que nous écrivons risque de se retourner contre nous, ou notre entreprise.

 

Certaines entreprises, qui utilisent Gmail comme système de mail professionnel, pourraient s'en servir pour contrôler la correspondance de leurs employés avec des critères qui leur sont propres. En effet, chaque entreprise serait libre de choisir et paramétrer les éléments déclencheurs. On peut imaginer, par exemple, que tout message semblant dénigrer son entreprise soit automatiquement relevé par la direction, qu'il soit à destination de ses partenaires, de ses collègues, ou de son délégué syndical.

 

Mais Big Brother ne se contente plus de lire, il contrôle ce que vous écrivez. Car le système est en mesure de proposer des reformulations plus acceptables envers le règlement intérieur.


Sanctionné avant même d'avoir commis un impair 

Cet outil menace-t-il les libertés individuelles? Pas le moins du monde, selon la doctrine d'Eric Schmidt, à l'époque PDG de Google.

 

Il avait déclaré, dans une interview donnée à la chaîne CNBC en 2010, au sujet des traces personnelles laissées sur le Web: « S'il y a quelque chose que vous voulez tenir secret, peut-être n'auriez-vous pas dû le faire en premier lieu. »Utilisant, au passage, le fameux argument du « ceux qui n'ont rien à cacher n'ont pas à le craindre » qui abolit à lui tout seul tout concept de vie privée, en partant du principe que ceux qui maîtrisent ces technologies seront toujours animés des meilleures intentions.

 

Dans ce monde merveilleux, des gens pourront être sanctionnés avant même d'avoir commis les faits qui leur seront reprochés, puisque le système sera activé à la frappe et une tierce personne prévenue avant l'envoi du mail ou la transmission du document. Mais tout va bien, nous explique Google dans le brevet : « C'est dans l'intérêt des entreprises de prévenir les violations de leurs règles ou lois avant qu'elles aient lieu. »


Vers une surveillance généralisée des internautes ? 

Mais que se passera-t-il si ces bases de données, compatibles avec tout type de terminal, comme un smartphone géolocalisé, sont utilisées par des patrons un peu trop autoritaires? Par des régimes moins démocratiques que le nôtre? Google va-t-il être tenu de livrer les malfaiteurs à la police? De rendre automatiquement public les écarts sentimentaux des personnages publics? De mettre en place, en fait, une surveillance généralisée de ses utilisateurs?

 

Déposer un brevet ne veut pas dire l'exploiter, et il reste à voir comment il sera appliqué. Mais si d'aventure la firme de Mountain View devait mettre en marche un tel système, un grand débat pourrait naître tant ses possibilités théoriques sont inquiétantes. Cela pourrait être le faux-pas qui ferait définitivement de Google « le mal incarné » aux yeux du public, comme Microsoft en son temps.

 

Source: O1net

Commenter cet article

zarmagh 09/05/2013 13:23


Et votre femme pourrait recevoir un mail du genre : Attention votre mari devrait vous tromper ce soir a 20h avec votre meilleure amie Danielle"


Hi Hi Hi





 

Nenuphar_Baise_Zara_Par_Tout_Les_Trous 09/05/2013 12:21


Oué Gros

mentalx 09/05/2013 02:20


j'adorerais que mon entreprise le fasse....


 


j'attaquerais l'état dans lequel elle réside à la cour européenne...


 


même si cela prend dix ans et que je doive emprunter, j'aurais un max d'indemnités en retour...de l'un ou de l'autre par l'un...


traité de Lisbonne, contraignant.


inclue la charte des droits fondamentaux





Article 67 - Respect de la vie privée et familiale

Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de ses communications.





Article 68 - Protection des données à
caractère personnelCommentaire 1 de la CIG sur cet article

1. Toute personne a droit à la protection des données à caractère personnel la concernant. 2. Ces données doivent être traitées loyalement, à des fins déterminées et sur la base du
consentement de la personne concernée ou en vertu d’un autre fondement légitime prévu par la loi. Toute personne a le droit d’accéder aux données collectées la concernant et d’en obtenir
la rectification. 3. Le respect de ces règles est soumis au contrôle d’une autorité indépendante


 


Et même l'outil de google pourrait me devoir de l'argent; portant sur un
objet illégal, je ne pense même pas qu'une technologie de ce type à sa place chez nous CAR jamais une entreprise ne saurait être une autorité compétente et indépendante....le simple fait
que les institutions permettent la vente dans nos frontières d'un produit ou service intrinsèquement illicite; un organe ou un services administratif devra répondre de ce bordel , et
me dédomager...même si cela prend vingt ans; j'aurais mon
pognon, et quelques têtes de cons viendront garnir les choux gras de la presse...au moment le plus inopportun pour eux....et le mieux dans tout cela c'est que l'on pourra introduire une
action commune et ne payer donc qu'un avocat pour des milliers de dossiers et en payant un petit rien, faire du lobbyisme, payer des petites têtes pour ratonner les opposants à nos droits, les petits fonctionnaires qui freinent l'avancée du
dossier...bref faire comme eux quoi, on est pas plus cons et en plus, on est plus. c'est mathématique...des solutions, cherchons des solutions.


Peut-être devrons nous déja faire une page internet de mannière proactive, réunir à l'avance des membres senssibilisés sur le sujet, préfinancer la contre attaque...de mannière proactive
via allerte sur boîte mail , un et compte d'un cabinet d'avocats où nous pourrions mettre des provisions; les sommes engrengées à coup d'euros par des millions de travailleurs seraient un
peu comme la fabrication d'un alcazar ou entrerait des énorme quantités de munitions juridiques, on pourrait alors s'acheter des parts de marchés dans des médias..financer des commandos
comme le fait greenpeace....etc....bref un contre pouvoir mais dans lequel chacun peut retirer ses euros versés si vous voyez la nuance...ou mieux: revendre son action si on porte le
projet en bourse ;) 


la future start up du cac: la justice immanente!




Tipol 08/05/2013 20:31


La censure qui atteint les libertés est déjà très opérationnelle ; le site d'annonces "le bon coin" épluche toutes les annonces avant de les publier. Je viens de me faire refuser de publication,
hier, parce qu'il faut impérativement dire comment on veut être déclaré et payé pour rendre des petits services qui n'ont pas lieu de l'être.
Cette censure est déjà un gros abus de leur pouvoir de contrôle sur la vie privée.
Demain, pourquoi ne pas justifier que nos plus petits objets vendus aient bien été déclarés dans les feuilles d'impôts.
La surveillance et la censure sont déjà très développés, et le pire est seulement à venir.
La planète est dirigée par des primates inhumains, des guerriers remplits de corruptions, des esclavagistes, de gauche, comme de droite.
Ils ont besoin de toute cette grosse suveillance pour protéger de leurs bandes biens organisées de malfaiteurs. Ils ont besoin de protéger leurs agissements diaboliques.

Archives

Articles récents