Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Guerre en Algérie très proche !

Publié par wikistrike.com sur 17 Avril 2012, 11:26am

Catégories : #Politique internationale

Crise Malienne : silence algéro-africain inquiétant !

 

 

alge.jpg

Le Mali dans la tourmente risque d’imploser si la solidarité africaine ne se concrétise pas maintenant. L’Afrique entière aura du mal à survivre à l’éclatement de la Libye et du Mali. Souhaitons que l’Afrique des peuples refuse une nouvelle aventure coloniale et fasse échouer ce complot diabolique visant le retour d’un esclavagisme des temps modernes.

 

 

« Le chien a beau avoir quatre pattes, il ne peut emprunter deux chemins à la fois » sagesse africaine. 
Après le peuple libyen, le peuple malien : en effet, dans le sillage de la décomposition et du délitement de la Libye, voilà le Mali frappé de plein fouet, menacé dans sa souveraineté, son indépendance et son intégrité territoriale. Les armes de Kadhafi sont entre les mains d’Al-Qaïda et des islamistes-jihadistes qui n’hésiteront pas à semer la terreur et imposer des règles barbares aux populations paisibles du Sahel africain. 

Les rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) profitant du désordre total provoqué par le coup d’Etat au Mali gagnent du terrain et installent un Emirat islamique dans le territoire qu'ils occupent situé au nord du Mali avec l’assistance des terroristes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et d’autres factions venues de l’Algérie, de la Libye et de la Tunisie. Pourquoi les pays africains et l’Occident ne réagissent-ils pas à cet affront-défi humiliant ? L’Algérie, pays voisin du Mali, concernée en premier chef par cet effritement malien, reste, en apparence, discrète voire paralysée, attitude-positionnement d’autant plus surprenante que ses ressortissants du consulat de Tombouctou ont été pris en otage par ces séparatistes. 

Pourquoi l’Algérie ne prend-t-elle pas l’initiative de réunir un sommet des Chefs d’Etats des pays voisins du Mali afin de traiter cette crise et de prêter main forte, si nécessaire, au pouvoir légitime de Bamako ? L’Algérie serait-elle intéressée par l’éclatement du Mali pour mieux contrôler ses frontières ? Paradoxe difficile à saisir. Si cette thèse se confirme, l’Algérie joue ainsi avec le feu. Le silence algérien est inquiétant sinon déstabilisant et nous rappelle la position ambigüe du gouvernement algérien lors de la révolte libyenne. Une stratégie opportuniste, si tel est le cas, ne constitue pas une bonne logique à moyen et long termes. 

L’AQMI, agrégat d’anciens membres du groupe islamiste armé (GIA) et d’anciens membres des forces armées algériennes n’obéit –elle pas aux ordres des militaires algériens ? Cette stratégie de création d’un foyer de tension chez les voisins maliens pourrait-elle donner du temps et un répit au régime algérien occupé par les élections du 10 Mai prochain et son lot d’incertitudes ? En effet, les groupes algériens sont chargés d’aider le MNLA dans sa lutte pour l’installation d’un Etat islamiste. 

’Algérie, refusant de saisir toutes les données géopolitiques et géostratégiques évidentes et en filigrane, joue à la politique de l’autruche, accepte cet état de fait tout en influençant par des touches insignifiantes le déroulement des évènements dans la région afin de tirer le maximum de profit plus tard ou de retarder le jour « J » de son «printemps arabe» promis par Bernard-Henri Lévy, sous-traitant exclusif pour le déclenchement des révoltes. 

Si l’Algérie croit à l’adage « chacun pour soi et dieu pour tous», elle se trompe sur tous les plans car le projet de déstabilisation de l’Afrique et de son éclatement en Etats minuscules constitue un plan-programme unique et global qui touchera toute l’Afrique. Aucun pays n’échappera à cette fatalité, fût-ce l’Algérie puissante et riche. L’exemple libyen est présent encore dans nos esprits pour nous renseigner sur la stratégie de nos ennemis qui cherchent à nous marginaliser et exploiter nos richesses humaines et souterraines pour leur confort matériel. 

L’Algérie doit comprendre que sa sécurité se joue à l’extérieur et non à l’intérieur. Si elle continue à hésiter à se vacciner, le virus du «printemps arabe» et de la conspiration sioniste l’atteindra profondément et définitivement. Le Mali est la dernière étape avant l’assaut final contre l’Algérie et son intégrité territoriale. L’Algérie n’est pas la Syrie. Elle ne dispose pas d’un allié comme le Hezbollah pour lui prêter main forte, le cas échéant. Ses 6.385 km de frontières sont difficiles à sécuriser car poreuses d’autant plus que ses voisins libyens et maliens ne répondent plus à l’appel. 

Seuls l’Algérie et les pays de la CEDEAO sont à même de pousser les protagonistes maliens vers un processus de dialogue et de négociation afin de trouver de toute urgence une solution pérenne qui préserverait des vies humaines de même que les intérêts du peuple malien et ceux de leurs voisins. L’attentisme renforce l’insécurité de la sous-région, il met en jeu l’indépendance voire l’existence des Etats. 

La CDEAO reproduit-elle le scénario écrit par la ligue des Etats arabes lors des crises libyenne et syrienne ? La CDEAO doit renoncer à ce jeu malsain de punitions collectives qui ne mène à rien sauf à aggraver la situation humanitaire du peuple malien. La consœur de la ligue arabe est invitée à apporter son soutien au régime malien pour mater les rebelles touaregs indépendantistes du MNLA. Les dirigeants de la CDEAO doivent comprendre que les pays africains seront confrontés un par un à leur propre version de rébellion ou de révolte. 

L’Afrique est convoitée pour ses richesses minières et surtout ses terres arables et ses conditions climatiques favorables pour produire des aliments, du fourrage ou des agro-carburants essentiellement destinés à l'exportation. Les multinationales golfiques investissent sans retenue dans ce créneau porteur et risquent de mettre en péril l’indépendance des pays africains et favoriser une nouvelle forme de colonialisme. A Madagascar et au Kenya, ce phénomène a déjà créé des troubles sociaux et politiques. 

Les africains doivent intérioriser l’idée que l’Afrique est le Continent de l’avenir. Il renferme des réserves immenses (humaines, richesses matérielles, croissance …) et tous les espoirs, car le progrès et la prospérité de la planète dépendent de notre Continent. L’Afrique doit retrouver sa place dans un monde changeant, bouleversé par la crise du système économique capitaliste, ultra-libéral. L’Afrique ne peut pas continuer à jouer le rôle non souhaité du «dindon de la farce» pour servir les intérêts de l’Occident et du sionisme international. L’avenir de l’Afrique appartient à une Afrique solidaire et non divisée. 

L’Union Africaine, comme La ligue Arabe, deux institutions fantoches, coûteuses et inefficaces devraient disparaître pour faire place à d’autres formes de coopération et de coordination entre les pays africains. L’Afrique des citoyens doit s’imposer en lieu et place de l’Afrique des présidents. La forme institutionnelle et le contenu d’une telle plateforme d’échanges et de solidarité pourrait être arrêtée suite à une rencontre des élites africaines, progressistes et intègres. 

Le Mali dans la tourmente risque d’imploser si la solidarité africaine ne se concrétise pas maintenant. L’Afrique entière aura du mal à survivre à l’éclatement de la Libye et du Mali. Souhaitons que l’Afrique des peuples refuse une nouvelle aventure coloniale et fasse échouer ce complot diabolique visant le retour d’un esclavagisme des temps modernes. 

Je termine par un proverbe bien africain «Celui qui rame dans le sens du courant fait rire les crocodiles». 

Mustapha STAMBOULI 

 

Source: Alter Info

 

A lire aussi :

Derrière le Mali, l'Algérie ?


Archives

Articles récents