Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Hold up : Le sauvetage des banques a coûté 37% du PIB Européen !

Publié par wikistrike.com sur 24 Juin 2012, 19:54pm

Catégories : #Economie

Hold up : Le sauvetage des banques a coûté 37% du PIB Européen !

 

Cela signifie que l’équivalent de 37% de la richesse produite en une année a été détourné au profit  des banques. Une information que les médias passent sous silence.

 

hold-up_planetaire_web.jpg

Une info qui n’a pas fait les gros titres: d’après le commissaire européen au marché intérieur et aux services, Michel Barnier, les 4.500 milliards d’euros injectés sans débat dans les banques européennes représentent 37% du PIB européen. Un hold up incroyable qui s’est réalisé sous nos yeux, un transfert de la dette des banques vers les Etats qui n’est certainement pas terminé.
Voici ce que les technocrates nous disent: « Afin d’assurer la continuité de services financiers essentiels pour les citoyens et les entreprises, les États ont été contraints d’injecter des fonds publics dans les banques et de leur accorder des garanties pour un montant sans précédent: entre octobre 2008 et octobre 2011, la Commission européenne a approuvé environ 4 500 milliards d’euros d’aides d’État en faveur des établissements financiers, ce qui équivaut à 37 % du PIB de l’UE ».
Ce qui est une vraie blague, car « la continuité des services financiers essentiels pour les citoyens et les entreprises » est loin d’être une réalité, il n’y a qu’à regarder l’état du marché immobilierpour s’en rendre compte. Ces milliards n’ont enr éalité servi qu’à éviter la banqueroute des « établissements financiers ».

Pour soi-disant éviter cela à l’avenir, on nous propose des mesures absolument inefficaces, comme obliger les banques à élaborer des « plans de redressement » ou des « plans de résolution »…

Il ‘nest évidemment pas question de séparer les banques axées sur la spéculation des banques de dépôt, ni d’exiger des fonds propres décents de 30%, ni même d’appliquer les mesures de Bâle III qui sont au placard pour un moment.

En outre, toutes ces idées géniales partent du principe que les banques communiquent une comptabilité proche de la réalité, or on sait que ce ‘nest pas le cas puisqu’elles rappatrient petit à petit leurs pertes depuis les paradis fiscaux.

Pour que les technocrates refilent 4.500 milliards d’euros aux banques à taux zéro, il faut que les populations fassent de grosses économies, d’où les cures d’austérité sans fin du nord au sud de l’Europe.

Enfin, à côté de cela, qui est contrôlé d’une manière automatique dès que son déficit dépasse 3% du PIB? Les Etats, qui se verront contraints à des mesures de privatisation, de baisse des dépenses publiques, bref d’austérité encore et toujours, ainsi qu’à des amendes, ce qui est une solution étrange pour redresser un pays en mauvaise santé financière. D’ailleurs, on constate que les dettes de la Grèce ou de l’Espagne ne font qu’augmenter.

76472182_p.jpg

Le cirque n’est pas terminé, parce que chaque pays dans la ligne de mire des spéculateurs leur rapporte des milliards avant de couler. Et quand il coule, les « établissements financiers » (banques, fonds de pension, assureurs etc.) parviennent à faire racheter leurs titres pourris sans pertes ou presque par la BCE via le FESF (fonds européen de stabilité financière) ou par la FED, par exemple.

Si Barnier veut « minimiser les coûts » de ce renflouement des banques pour « les contribuables », il n’envisage pas du tout de les réduire au néant. Aujorud’hui on marche sur la tête: ce sont les citoyens qui financent les banques, qui elles continuent à les entuber, et peut-être même davantage encore qu’avant la crise. Pour l’Europe, il faut nous faire croire que les technocrates ont à coeur de nous épargner la misère totale, car le transfert de dette est loin d’être terminé, comme le laissent présager les eurobonds, qui sont loin d’être une invention d’Hollande.

Pour résumer, les eurobonds permettraient de monétiser la dette des banques, qui existe sous forme de titres dont la valeur chute tellement que les spéculateurs refusent de les évaluer à leur valeur réelle. Ca peut aussi marcher pour la dette des Etats

Source: dondevamos.canalblog.com 

Commenter cet article

Denis 24/06/2012


ça peut allègrement continuer, la CSG et la CRDS peut leur bouffer un quart du SMIC, ça sera quand même a cause des chômeurs et des étrangers. Moi je ne me fais pas d illusion a ce sujet. Vive la
France.

vagalam 24/06/2012

Moi, je retire tout mon argent de la banque et ne laisse que ce dont le mois a besoin. Le reste,, je le transofrme en réel afin que la mafia européenne qui est celle de la finance ne s'en serve
pas.

brujitafr 25/06/2012


Europe-USA : la zone de libre-échange dont rêve Bruxelles


http://www.brujitafr.fr/article-europe-usa-la-zone-de-libre-echange-dont-reve-bruxelles-107002780.html

Archives

Articles récents

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog